La numérisation des processus TVA en Europe de l’Est

A Quick Guide to E-invoicing and Real-Time Reporting Tax regulations in Eastern European countries are complex but that shouldn’t be a reason not to do business there. If you’re responsible for VAT compliance, this ebook provides key details of the varying VAT digitisation mandates and business requirements across the region:
  • Understand how to comply with the e-invoicing and reporting in Eastern Europe
  • Deep dives into Hungary, Poland, Romania, Serbia and Slovakia
  • Must-read for tax professionals and consultants

Guide Pratique de la Conformité de la Facturation Électronique : Roumanie & Pologne

Les réglementations fiscales dans les pays d’Europe de l’Est sont complexes mais ce ne devrait pas être une raison pour ne pas y exercer des activités. Si vous êtes responsable de la conformité fiscale, cet ebook contient des informations clés sur les obligations de numérisation fiscale et les exigences imposées aux entreprises à travers ces régions. A la fin de cet ebook vous aurez :

  • Compris les principes de base des CTC
  • Compris les différentes approches de la facturation électronique en Europe de l’Est
  • Appris comment la Pologne et la Roumanie ont mis en place des régimes CTC
  • Entrevu de ce qui change en Europe de l’Est et comment votre entreprise peut s’adapter

Télécharger l’e-Book

Qui doit lire cet e-book ?

Les fiscalistes

  • Devant se tenir informés des réglementations en Europe de l’Est
  • Devant comprendre les exigences des systèmes pour les déclarations en temps réel et la facturation électronique
  • Devant élaborer une stratégie pérenne pour la numérisation fiscale à venir

Les conseillers fiscaux

  • Devant garantir les meilleures pratiques pour leurs clients
  • Devant se tenir informés des tous derniers développements et règlementations
  • Devant évoluer en toute confiance au sein du paysage fiscal pour aider leurs clients dans leur planification

Rédigé par des experts fiscaux et des spécialistes des réglementations

Les administrations fiscales sont de plus en plus présentes dans les processus de facturation ou exigent des données détaillées dans les heures ou les jours qui suivent les transactions. Bon nombre ont introduit des contrôles des transactions en continu (CTC) et constatent les avantages de combler l’écart de TVA au sein de leur pays en recueillant des données détaillées, en temps réel ou en temps quasi réel. L’Europe de l’Est suit elle aussi cette tendance et avance rapidement avec des initiatives de déclarations en temps réel et de facturation électronique.

Le défi de la numérisation fiscale en Europe de l’Est

Chaque pays d’Europe de l’Est a une approche différente des CTC. Ces différences pourraient s’accentuer par l’évolution constante des réformes et le changement des nouveaux formats de déclarations comme SAF-T et les déclarations en temps réel pour préserver leur conformité fiscale. Comprendre les différentes exigences en matière de conformité à la TVA est essentiel pour toute entreprise opérant dans la région ou cherchant à s’y développer. Ce guide vous permettra de mieux comprendre les exigences en vigueur. Notre analyse approfondie des pays clés vous aidera à respecter dès aujourd’hui les réglementations relatives à la TVA et à vous préparer aux futures obligations.

preview e-book TVA Europe de IEst

Découvrez ce qu’il contient :

Informations sur la fiscalité à l’échelle régionale

Guide détaillé des pays

Comment développer ses activités en toute confiance

Contenu de ce guide de la conformité en matière de facturation électronique et de déclarations en Europe de l’Est

Procurez-vous notre guide pour obtenir un tableau complet des CTC en Europe de l’Est ainsi que des nombreuses exigences qui varient d’un pays à l’autre. Ceci comprend le format des factures, la connectivité, les données, le mode de soumission, l’archivage, les systèmes existants, les technologies et les processus métiers, tous ces aspects devant être réexaminés et repensés pour garantir la conformité. Nous menons également des études détaillées des économies clés d’Europe de l’Est, tout en dévoilant ce qui se profile à l’horizon au sein de l’un des plus importants pays de la région, la Pologne:

  • Les contrôles continus des transactions – de quoi s’agit-il ?
  • Les caractéristiques communes des systèmes de type « clearance »
  • Les régimes de type « clearance »
  • Préserver sa conformité aux réglementations CTC en pleine évolution
  • Un examen approfondi de la facturation électronique au sein de la région
  • Roumanie
  • Pologne
  • La conformité en Europe de l’Est
  • Comment Sovos peut vous aider
VAT Digitalisation Map e-book TVA

Le paysage CTC en Europe de l’Est est en constante évolution, les pays se situant à différentes étapes de leurs parcours.

La République tchèque, l’Autriche, la Croatie et le Monténégro autorisent tous à l’heure actuelle une facturation post-audit.

Parmi les pays ayant déjà mis en œuvre des régimes CTC (déclarations électroniques ou/et facturation électronique) où une facturation papier est toujours possible figurent la Hongrie, l’Albanie et la Grèce.

Dans certains cas, comme en Slovénie et en Bulgarie, des régimes CTC sont prévus mais les détails n’ont pas encore été précisés.

D’autres pays ont décrit leurs spécifications et mis en œuvre des régimes volontaires. Notre guide aborde certains de ces pays, en détaillant la portée, les flux de documents, les exigences clés et les échéanciers de leurs régimes.

Roumanie – Un aperçu

Les contribuables sont soumis à trois exigences en Roumanie:

  1. Facturation électronique obligatoire pour les transactions B2G
  2. Facturation électronique obligatoire pour les produits à haut risque
  3. Obligation de documents de transport électroniques

Les contribuables sont tenus d’utiliser le système roumain de lettres de transport électroniques pour émettre un document de transport électronique concernant le transport de produits à haut risque fiscal avant le début du transport des marchandises. Ceci comprend des données concernant l’expéditeur, le destinataire, les marchandises, les lieux de chargement et déchargement, ainsi que des informations sur le mode de transport et le transporteur.

Sovos propose une solution économique et sécurisée, qui renforce la résistance aux perturbations engendrées par la tendance mondiale de mise en œuvre des contrôles des transactions en continu (CTC)

Nos solutions cloud uniques préservent votre conformité dans plus de 60 pays et nos experts fiscaux garantissent le respect par votre entreprise des toutes dernières réglementations et de leurs exigences.

Leader du marché, fort d’une expertise de plus de 40 ans dans la surveillance et l’analyse des réglementations à l’échelle mondiale

Un fournisseur unique, une interface technique unique

Une solution intégrée au sein de plus de 60 partenaires (SAP, Ariba, Coupa, IBM et bien plus)

Une API conviviale pour une interopérabilité plug-and-play

Évolue avec vos choix de technologies et de processus.

La suite de solutions de conformité fiscale de Sovos regroupe la déclaration CTC et la facturation électronique CTC, en tant que composantes intégrales d’une suite de solutions entièrement évolutive, incluant également les déclarations périodiques Sovosle calcul de la TVASAF-T et Sovos eArchive.

Après un long épisode législatif, le calendrier de la réforme de la facturation électronique en France a été largement précisé. En effet, le 29 décembre 2023, la loi de finances 2024 n° 2023-1322 a été officiellement promulguée et avec elle son article 91 qui détaille les nouvelles dates d’entrée en vigueur de la réforme.

Dans ce webinaire, Cyril Broutin, Product Manager CTC, reviendra sur ces dernières évolutions réglementaires et sur celles qui sont encore attendues.

Par ailleurs, Sovos étant dorénavant officiellement identifié comme candidat à l’immatriculation PDP, une brève démonstration de la plateforme et de ses évolutions sera également proposée.

Vous guider et vous accompagner en vous offrant des conseils pratiques pour anticiper les impacts de cette réforme sur vos systèmes d’information et vos processus métiers reste notre priorité.

Au programme :

S’incrire ici

La convergence des régimes traditionnels de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et de la conformité transactionnelle crée de nouvelles obligations et responsabilités pour toutes les entreprises à travers le monde. En matière de TVA, la conformité va bien au-delà de la simple déclaration.

Voici six pièges à éviter pour assurer sa conformité à la TVA :

 

1. Prendre la mauvaise décision en matière de TVA dès le départ

Les entreprises avec des chaînes d’approvisionnement multi juridictionnelles doivent s’assurer que leurs décisions en matière de détermination de la TVA soient toujours exactes. La gestion du processus de validation à l’aide d’un logiciel de détermination de la TVA vérifiant la validité avant que les factures ne soient éditées permet de gagner du temps et d’améliorer l’exactitude des données dès le départ.

La meilleure pratique consiste également à effectuer les contrôles d’identification de la TVA de l’acheteur à ce stade du processus afin d’éviter les mauvaises surprises par la suite. Les vérifications manuelles peuvent être très chronophages en termes de ressources. L’utilisation d’une solution automatisant ces vérifications peut donc vous faire gagner du temps et vous éviter des complications.

 

2. L’absence de facture légalement valable

Pour être considérées comme légales au regard de la TVA, les factures doivent répondre à un ensemble d’exigences spécifiques qui varient d’une juridiction à l’autre. Si vous ne disposez pas de factures légalement valides, vous risquez de rencontrer toute une série de problèmes au moment de la récupération de la TVA en amont. Si vous avez accepté une facture qui ne répond pas aux critères de légalité en matière de TVA, vous vous exposez au contrôle des autorités fiscales.

Au-delà des amendes éventuelles, le retard pris dans l’examen des anomalies peut avoir un impact sur votre trésorerie et nuire à votre réputation. La déduction de la TVA n’est pas autorisée pour les factures mal formatées.

 

3. Le non-respect des délais de déclaration

Les obligations en matière de TVA ne cessent de croître et forcent les entreprises à constamment s’adapter, la pression sur les équipes fiscales internes est plus forte que jamais. Chaque gouvernement a sa propre approche en matière de pénalités pour les déclarations tardives ou les paiements en retard. Il n’est plus possible de compter sur les processus manuels pour répondre aux exigences des autorités en temps voulu et avec précision.

Il est possible de rationaliser le processus de déclaration en utilisant des logiciels, des services externalisés ou une approche hybride ; ce qui convient le mieux à votre entreprise dépend de l’organisation de votre équipe fiscale.

 

4. L’erreur manuelle

Avec l’arrivée de nouvelles exigences, les équipes travaillent plus dur et plus vite. Par conséquent, les possibilités d’erreurs manuelles n’ont jamais été aussi nombreuses.

Le traitement manuel des factures de TVA peut prendre énormément de temps et laisse place à l’oubli et à l’erreur humaine. Même des erreurs individuelles peuvent entraîner des problèmes plus importants, attirer l’attention des autorités et avoir un impact sur votre capacité à faire des affaires.

 

5. Sous-estimer ses défis liés à l’extraction et à la mise en correspondance des données

Extraire les bonnes données des modules appropriés du système, puis les traiter et les mettre en correspondance afin de pouvoir les résumer, est une tâche compliquée et détaillée. Pour compliquer encore les choses, chaque juridiction a ses propres exigences en matière de rapports que vous devez respecter. L’automatisation de ces processus peut améliorer la précision et votre capacité à vous conformer.

 

 

6. Ne pas vérifier les données avant de les soumettre

La préparation des déclarations de TVA, des listes de ventes CE (Commission européenne), des déclarations Intrastat et d’autres rapports spécifiques à un pays en vue d’une soumission régulière peut s’avérer exigeante. Si l’on y ajoute la nécessité de préparer un rapport SAF-T (Standard Audit File for Tax), la complexité s’intensifie. Les exigences du SAF-T varient d’un pays à l’autre et comprennent au minimum des données transactionnelles (sur les ventes et les achats) et des données comptables, mais aussi souvent des informations sur les actifs et les stocks.

La combinaison de données détaillées provenant de différents systèmes sources et d’un format de soumission exigeant signifie que le rapport ne peut pas être facilement consulté pour vérifier d’éventuelles erreurs. Les autorités fiscales utilisent des logiciels pour analyser les déclarations SAF-T qu’elles reçoivent et décider des points à contrôler. Pour garantir la qualité de la soumission et éviter un appel de l’administration fiscale, il est essentiel que les données soient analysées en profondeur avant d’être soumises – idéalement à l’aide d’outils du même niveau que ceux utilisés par chaque administration fiscale.

 

Il n’a jamais été aussi important de rechercher les bons conseils en matière de TVA. Admettre que l’on a besoin d’aide peut être une étape intimidante mais cruciale, mais la peur de la non-conformité devrait être une préoccupation plus importante.

Tout simplement, il y a un moment pour chaque organisation multinationale où la gestion des obligations fiscales complexes en interne n’est tout simplement plus viable. En consolidant votre conformité avec Sovos, vous avez accès à des logiciels de pointe, à des services de conseil et à des experts en réglementation, qui ont tous pour objectif de vous assurer que vous êtes en conformité aujourd’hui et que vous le resterez à l’avenir.

Pour en savoir plus, contactez-nous dès aujourd’hui.

L’évolution du paysage de l’e-invoicing à l’international devient incontournable, et les autorités fiscales mettent les organisations sous pression afin d’être conformes dans les régions où elles exercent.

Chaque pays a sa propre approche et réglementation. Il devient vital de construire une stratégie à l’échelle mondiale avec une approche consolidée. Le but étant d’avoir une vue homogène et globale sur toutes les données, quel que soit le processus dans lequel elles sont utilisées.

Nos experts, Clémentine Mayor, Consultante en TVA et Alexis Desjardins, Directeur des Ventes examineront 4 pays qui ont récemment implanté une réforme d’e-invoicing, en donnant un aperçu sur 4 axes stratégiques pour maîtriser sa conformité fiscale.

L’agenda de l’intervention :

S’inscrire ici 

Lorsque votre organisation exerce des activités transfrontalières, des changements réguliers dans le paysage réglementaire sont inévitables et celui de l’Europe est particulièrement en plein essor.

Entre le Post-Audit et le Contrôle Continu des Transactions (CTC), il devient évident que la tendance se dirige vers la transformation numérique. Cependant, le respect des exigences de conformité est complexe et différent pour chaque régime où que vous opérez.

Clémentine Mayor, Consultante en TVA, vulgarisera les spécifications, conditions et contours de chaque régime appliqué par les différents membres de l’Union Européenne, de l’Italie au Portugal, en passant par l’Europe de l’Est. Elle présentera également en détail  la mise en œuvre des mandats déjà mis en place et ceux en cours de déploiement dans 5 pays clés d’Europe.

L’agenda de l’intervention :

S’inscrire ici 

Depuis que la Commission européenne a annoncé son projet de modifications législatives relatives à l’initiative de ViDA « VAT in the Digitale Age », les questions sur les impacts à court et à long terme se sont multipliées.

Cette initiative s’inscrit dans la tendance générale de la TVA qui consiste à rendre les obligations de déclaration plus numériques et en temps réel, de protéger les recettes et de réduire l’écart de TVA, qui constitue une préoccupation économique majeure pour tous les pays de l’UE, mais aussi d’encourager les entreprises à automatiser leurs échanges de données.

Dans ce webinaire, Christiaan Van Der Valk examinera les raisons qui expliquent la naissance du projet, l’ampleur des changements proposés ainsi que les défis pour votre entreprise.

Enregistrez-vous dès maintenant ici

Information importante : le calendrier d’entrée en vigueur ci-dessous a été reporté par les autorités françaises le 28 juillet 2023, les nouvelles dates seront annoncées dans le cadre des travaux d’adoption de la loi de finances pour 2024.

La réforme de la Facturation Electronique qui se mettra en place en Juillet 2024 impose de choisir une plateforme de dématérialisation partenaire dès que possible.Sovos se positionne dès aujourd’hui comme future PDP, riche d’une longue expérience des régimes dit ‘CTC’ et avec le support d’une solution spécialement adaptée aux exigences de la réforme. 

Cette session sera l’occasion de présenter la solution Sovos et ses multiples fonctionnalités. 

Cyril Broutin, Product Manager CTC, vous guidera pas à pas au travers de plusieurs processus typiques supportés par la solution. Vous pourrez dès lors juger de son adéquation avec vos propres problématiques ou besoins.   

Au programme : 

Il y aura également un temps pour les questions-réponses. 

Je m’inscris 

Information importante : le calendrier d’entrée en vigueur ci-dessous a été reporté par les autorités françaises le 28 juillet 2023, les nouvelles dates seront annoncées dans le cadre des travaux d’adoption de la loi de finances pour 2024.

A compter de juillet 2024, la réforme de la facture électronique B2B deviendra progressivement obligatoire en France. Cette évolution majeure aura des impacts considérables sur les systèmes d’information et les processus métiers de toutes les entreprises.
Il est essentiel de s’y préparer dès maintenant afin de minimiser les risques d’une implémentation tardive ou inadaptée.

Dans ce webinaire, nos experts rappelleront brièvement les contours de la nouvelle règlementation et aborderont les dernières évolutions des spécifications de la DGFiP. Ils évoqueront également les enjeux pour les entreprises, notamment dans le choix de leur plateforme de dématérialisation (PDP).

Au programme :

Inscrivez-vous ici 

D’Amazon à Etsy, un nombre croissant d’entreprises utilise des markeplaces pour s’ouvrir à de nouvelles opportunités commerciales et augmenter leurs ventes.

Cependant, les règles relatives à la TVA et aux marketplaces ne sont pas toujours claires et face aux géants du e-commerce, vous pouvez craindre de sauter le pas et de faire face à des complications.

La clé du succès en matière d’e-commerce sur les marketplaces est de comprendre quelle est votre responsabilité dans chaque transaction et quelles sont les responsabilités de votre chaîne d’approvisionnement.

Notre webinaire couvrira les points suivants :

Du temps sera alloué pour répondre à vos questions à la fin.

Inscrivez-vous ici

De nombreuses entreprises sont souvent confrontées à de strictes obligations en matière de TVA européenne lorsqu’elles souhaitent exercer leur activité en Europe. Nos experts fiscaux examinent en permanence les réglementations, les règles de conformité et les mises à jour des autorités fiscales afin de comprendre les exigences en matière de TVA en Europe et au-delà.

Lors de ce webinaire, Clémentine Mayor traitera des exigences complexes en matière de TVA qui doivent être prises en compte et traitées diligemment pour garantir la conformité de votre société.

Au programme :

Inscrivez-vous ici.

Pour les entreprises basées dans l’UE, la TVA est imputable sur la plupart des achats et des ventes de biens au sein de l’Union européenne. Pour les indutsries manufacturières, cela peut se traduire par l’application de nombreux taux de TVA différents.

Choisir le bon pays pour s’implanter dans l’UE peut être une décision difficile, surtout si l’on considère que les pays ont leurs propres règles. Tenez compte du fait que vous pouvez ne pas connaître l’emplacement des marchandises et la situation peut vite devenir complexe.

Les fabricants peuvent subir des perturbations dans leurs chaînes d’approvisionnement – qui souvent sont déjà complexes – si ce problème n’est pas traité efficacement. Mais par où commencer ?

Nos experts en TVA sont là pour vous aider. Rejoignez-les lors de notre prochain webinaire pour en savoir plus :

Ne manquez pas le webinaire en réservant votre place ici.

Mise à jour : 13 mars 2023 par Enis Gencer

Juridictions d’Europe du Nord : Mise à jour de la CCT

La proposition de la Commission européenne sur la TVA à l’ère numérique (ViDA) continue d’évoluer, les derniers détails ayant été publiés le 8 décembre 2022. En conséquence, de nombreux pays de l’UE redoublent d’efforts pour numériser les contrôles fiscaux, notamment en imposant la facturation électronique.

Bien que nous observions différentes approches pour initier cette transition en Europe du Nord, la tendance aux contrôles continus des transactions (CTC) et aux mandats de facturation électronique s’est accélérée.

L’Allemagne prévoit un mandat de facturation électronique

Des déclarations récentes indiquent que l’Allemagne prend des mesures en vue d’un mandat de facturation électronique interentreprises, sans toutefois prévoir d’élément de déclaration ou de compensation centralisé – du moins pour l’instant. Lors d’une conférence sur la TVA le 10 mars, le ministère fédéral des finances a annoncé qu’un projet de document sera publié dans quelques semaines pour l’introduction du mandat de facturation électronique.

Il convient de noter que l’Allemagne avait précédemment demandé une décision dérogatoire à la Commission européenne pour mettre en œuvre un régime de facturation électronique obligatoire, comme l’a annoncé le ministère des finances en novembre 2022.

La Suède s’oriente vers une facturation électronique B2B obligatoire

La Suède est un autre pays où il ne serait pas surprenant de voir apparaître une obligation de facturation électronique. L’Agence suédoise pour l’administration numérique (DIGG) a exprimé le souhait de mettre en œuvre la facturation électronique obligatoire dans le pays.

Avec l’Agence suédoise des impôts et l’Office suédois d’enregistrement des sociétés, la DIGG a demandé au gouvernement d’étudier les conditions d’une facturation électronique obligatoire pour les flux B2B et G2B, qui s’ajouterait à l’actuel mandat de facturation électronique B2G.

Cette demande est motivée par le fait que si la proposition ViDA de la Commission européenne est adoptée, elle entraînera une obligation de facturation électronique pour les flux transfrontaliers. Le système national devrait donc s’aligner à des fins d’efficacité. La DIGG ne pense pas que l’alignement se fera de manière volontaire, mais qu’un mandat sera nécessaire.

La Finlande soutient le paquet ViDA

En Finlande, il n’existe pas de mandat obligatoire pour la facturation électronique interentreprises. Toutefois, les acheteurs peuvent recevoir une facture électronique structurée de la part de leurs fournisseurs s’ils en font la demande. Ce règlement est en vigueur depuis avril 2020 pour toutes les entreprises finlandaises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 10 000 euros.

En outre, le gouvernement finlandais a récemment manifesté son soutien à la facturation électronique en envoyant au Parlement une lettre soulignant ses avantages. Le gouvernement considère la facturation électronique comme un moyen d’accroître l’efficacité des entreprises et de lutter contre la fraude à la TVA grâce au paquet ViDA.

La Lituanie introduit une plateforme de facturation électronique basée sur Peppol

La Lituanie jette les bases d’ une utilisation plus large des factures électroniques. Elle a annoncé son intention de mettre en place une solution technologique conforme à la norme européenne pour la transmission des factures électroniques.

La plateforme devrait être mise gratuitement à la disposition des entreprises pendant au moins cinq ans et devrait être prête en septembre 2023. En outre, la plate-forme répondra aux exigences du réseau Peppol et sera conforme à la norme Peppol BIS 3.0.

Le Danemark permet l’automatisation de la facturation électronique grâce à des systèmes de tenue de livres électroniques

Le Danemark a également travaillé à la numérisation des processus commerciaux en mettant en œuvre une nouvelle loi sur la tenue des livres. L’Autorité danoise des affaires a commencé à mettre en œuvre les dispositions de la loi sur la comptabilité numérique en adoptant des projets de décrets relatifs aux systèmes de comptabilité numérique standard et à leur enregistrement.

Par conséquent, les fournisseurs de systèmes de comptabilité numérique standard doivent adapter leurs systèmes aux nouvelles exigences au plus tard le 31 octobre 2023. Les nouvelles dispositions prévoient que les systèmes traditionnels de comptabilité numérique doivent permettre l’envoi et la réception automatiques de factures électroniques au format OIOUBL et PEPPOL BIS.

Bien que le Danemark n’ait pas annoncé les dates définitives, il s’attend à ce que les contribuables adhèrent aux règles de comptabilité numérique entre 2024 et 2026.

Si vous avez d’autres questions sur la facturation électronique, adressez-vous à un membre de notre équipe .

 

 

Mise à jour : 4 octobre 2022 par Enis Gencer

Mise à jour des contrôles continus des transactions en Europe du Nord

Le récent rapport de la Commission européenne sur l’initiative TVA à l’ère numérique indique que les contrôles continus des transactions(CTC) deviendront plus fréquents en Europe. Le rapport final suggère l’introduction d’un système de facturation électronique de la CTC à l’échelle de l’UE, couvrant à la fois les transactions intra-UE et les transactions nationales, comme étant la meilleure option politique. Si les pays d’Europe de l’Est ont été à l’avant-garde des mises en œuvre locales, en agissant rapidement et en introduisant des CTC, il est également utile de garder un œil sur certains développements en Europe du Nord.

ALLEMAGNE

À la suite des élections nationales de 2021, le nouveau gouvernement de coalition en Allemagne  a fait de la  fraude à la TVA une question politique. Elle a annoncé son intention de mettre en place dès que possible un système de déclaration électronique à l’échelle nationale, qui sera utilisé pour la création, la vérification et la transmission des factures. Bien qu’il n’y ait pas de détails sur la nature du système, des discussions sont en cours avec les parties prenantes du secteur privé, portant principalement sur le calendrier de mise en œuvre et le rôle du gouvernement dans un tel système.

La facturation électronique B2G est obligatoire pour les factures émises à l’intention de l’administration fédérale depuis 2020. Le champ d’application a été élargi à partir du 1er janvier 2022 pour inclure les autorités publiques du Bade-Wurtemberg, de Hambourg et de la Sarre, les États suivants devant s’y joindre en 2023 et 2024. En outre, le Conseil de planification informatique, l’organe central pour la numérisation de l’administration en Allemagne, a publié la décision 2022/31  conseillant à tous les pouvoirs adjudicateurs d’accepter les factures électroniques via le réseau PEPPOL d’ici le 1er octobre 2023 afin de connecter l’ensemble de l’espace public de manière uniforme.

Danemark

Le Danemark vise également à introduire de nouvelles exigences pour numériser les processus commerciaux des entreprises danoises. Le 19 mai 2022, le Parlement danois a adopté une nouvelle loi comptable obligeant les contribuables à effectuer leurs réservations par voie électronique en utilisant un système de comptabilité numérique. Le mandat prendra effet progressivement entre 2024 et 2026, en fonction de la forme et du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Bien que le nouveau droit comptable n’introduise aucune obligation en matière de facturation électronique ou de CTC, il est envisagé que les systèmes comptables numériques permettent l’enregistrement continu des transactions de l’entreprise et l’automatisation des processus administratifs, y compris la transmission et la réception automatiques des factures électroniques. Le ministère des finances a été autorisé à adopter des règles obligeant les entreprises à enregistrer les transactions d’achat et de vente avec des factures électroniques comme documentation des transactions, ce qui, dans la pratique, équivaudrait à un mandat de facturation électronique.

L’autorité danoise des affaires, Erhvervsstyrelsen, a préparé des projets pour trois décrets concernant les nouvelles exigences en matière de comptabilité numérique. Selon le projet de règlement, les systèmes de comptabilité numérique doivent permettre l’envoi et la réception automatiques de factures électroniques au format OIOUBL et PEPPOL BIS. Ces systèmes doivent pouvoir partager les données comptables de l’entreprise en générant un fichier standard, qui est la norme danoise SAF-T récemment publiée par Erhvervsstyrelsen.

Le projet de règlement fera l’objet d’une consultation publique jusqu’au 27 octobre et les exigences devraient entrer en vigueur le 1er janvier 2023. Les systèmes comptables numériques disposeront d’une période de conversion jusqu’au 1er octobre 2023 pour se conformer aux exigences.

SUÈDE

La Suède est un autre pays qui envisage d’introduire des exigences en matière de rapports numériques. L’administration fiscale suédoise, Skatteverket, étudie différents moyens d’assurer la collecte correcte de la TVA tout en obtenant des données économiques utiles de la part des entreprises. Le projet n’en est encore qu’à ses débuts et, bien que ces exigences puissent se traduire par l’introduction d’un fichier d’audit fiscal standard (SAF-T) ou d’un type de CTC, d’une déclaration électronique ou d’une facturation électronique, les autorités fiscales s’efforceront toujours de mettre en place un système sans heurts pour les entreprises.

LETTONIE

Le ministère letton des finances travaille depuis un certain temps à la numérisation des processus de facturation. Ils ont mené une consultation publique et pris en compte les avis des entreprises et des organisations non gouvernementales pour déterminer si la Lettonie était prête à utiliser les factures électroniques.

En conséquence, le ministère des finances a préparé un rapport sur la situation actuelle et la mise en œuvre des factures électroniques, ainsi que sur les solutions technologiques possibles. Le rapport se concentre sur les différents systèmes de facturation électronique, tels que la facturation électronique après audit, la facturation électronique centralisée et la facturation électronique décentralisée, en comparant les avantages et les inconvénients de ces systèmes.

Le rapport est favorable à la norme PEPPOL BIS pour l’introduction de la facturation électronique obligatoire dans les transactions B2B et B2G et propose que l’utilisation des factures électroniques soit définie comme une obligation dans la réglementation lettone, en fixant une exigence obligatoire pour l’utilisation des factures électroniques à partir de 2025 au plus tard.

Le gouvernement letton a approuvé le rapport et les actes réglementaires nécessaires, d’où la mise en œuvre de solutions technologiques, devraient prendre forme en temps voulu.

Et ensuite ?

Il est clair que les initiatives de CTC sont de plus en plus populaires parmi les gouvernements et les autorités fiscales en Europe, les pays d’Europe du Nord commençant à suivre cette tendance, même s’ils semblent agir avec plus de prudence. Il sera très intéressant de voir comment et quand ces projets CTC prendront forme et seront affectés par les résultats à venir de la Commission européenne sur le projet TVA à l’ère numérique.

Passez à l’action

Besoin d’aide concernant les exigences en matière de facturation électronique ? Contactez nos experts fiscaux.

De nombreux pays ont récemment entamé leur parcours de contrôle continu des transactions (CTC) en introduisant des systèmes obligatoires de facturation électronique ou de déclaration électronique. Nous constatons davantage cette tendance dans l’Union européenne, car les récents rapports sur l’initiative sur la TVA à l’ère numérique discutent du fait que le meilleur choix politique serait d’introduire un système de facturation électronique CTC à l’échelle de l’UE couvrant à la fois les transactions intra-UE et nationales.

Cependant, les efforts de lutte contre la fraude fiscale ne se limitent pas aux systèmes obligatoires de facturation électronique ou de déclaration électronique. De nombreux gouvernements préfèrent regarder au-delà et introduire un autre outil qui leur donne un meilleur aperçu de leur économie : les documents de transport électronique. Lors de l’introduction des systèmes de transport électronique, nous constatons qu’un pays diffère des autres États membres de l’UE avec l’adoption précoce d’un système de transport électronique – la Hongrie.

Système de transport électronique hongrois: EKAER

Le système électronique de contrôle des transports publics routiers ou Elektronikus Közúti Áruforgalom Ellenőrző Rendszer (EKAER) est en place en Hongrie depuis 2015. Exploité par l’administration fiscale hongroise, l’EKAER est destiné à contrôler le respect des obligations fiscales découlant du transport de marchandises sur la voie publique sur le territoire national.

Le système a été initialement introduit pour surveiller le mouvement de toutes les marchandises sur le territoire national. Cependant, après plusieurs lettres de la Commission européenne demandant à la Hongrie de mettre son système en conformité avec les règlements de l’UE, le champ d’application du système a été réduit aux produits dits à risque en janvier 2021. Les produits à risque sont définis en 51/2014. (XII. 31.) Décret NGM, qui se compose de denrées alimentaires ou d’autres produits à risque (tels que des fleurs, toutes sortes de sables naturels, différents types de minéraux, etc.).

Selon 13/2020. (XII. 23.) décret sur le fonctionnement du système électronique de contrôle de la circulation routière, les contribuables hongrois sont tenus de déclarer des données spécifiques concernant le transport de produits à risque en utilisant le système EKAER avant le début du transport des marchandises. Il est également important de mentionner qu’il est nécessaire d’être enregistré dans le système EKAER et de fournir une garantie de risque pour certains types de transport, sauf exception dans la loi.

Génération de numéros EKAER

Les contribuables sont tenus de déclarer le transport de marchandises à risque au format XML au système EKAER. Ces informations comprennent des données concernant l’expéditeur, le destinataire et les marchandises. En outre, les entreprises doivent également communiquer à l’administration fiscale des données spécifiques supplémentaires en fonction du type de transport (acquisitions nationales, intracommunautaires et livraisons intracommunautaires).

Suite à la déclaration du contribuable, le système EKAER génère un numéro EKAER, un numéro d’identification attribué à une unité de produit. Ce numéro sera valide pendant 15 jours; par conséquent, la livraison des marchandises doit être effectuée dans ce délai. Les entreprises doivent communiquer le numéro EKAER au transporteur et il doit accompagner les marchandises transportées.

Et ensuite ?

Bien qu’aucun changement futur ne soit prévu pour le système EKAER, différents pays du monde continuent d’introduire des exigences de transport électronique similaires au système EKAER. Les contribuables doivent s’assurer que leurs processus de transport sont flexibles et compatibles avec les changements que les autorités fiscales introduisent pour rester conformes.

Pour le Royaume-Uni et d’autres entreprises non européennes, il est essentiel de déterminer l’importateur des biens dans l’UE, car cela aura un impact sur le traitement de la TVA.

Pour les marchandises de moins de 150 €, il existe des options simplifiées telles que le guichet unique d’importation (IOSS) ou des arrangements spéciaux par l’intermédiaire de l’opérateur postal. Cependant, lorsqu’elles fournissent des biens de plus de 150 €, les entreprises doivent réfléchir à la manière dont elles souhaitent importer les marchandises.

Une option consiste pour les entreprises à livrer sur la base des droits acquittés livrés (DDP) et à être l’importateur des marchandises dans l’UE. Cela améliore l’expérience client pour les transactions B2C, mais crée un passif à enregistrer dans le comté d’importation et à facturer la TVA locale, ainsi que des exigences de conformité supplémentaires. Si les marchandises sont déplacées de ce pays vers d’autres pays de l’UE, le guichet unique (OSS) pourrait être utilisé en fonction de la chaîne d’approvisionnement pour éviter d’autres exigences en matière d’enregistrement à la TVA.

Client en tant qu’importateur – options disponibles

En raison de l’augmentation des coûts de conformité, de nombreuses entreprises ont choisi de ne pas être l’importateur et de transmettre cette obligation au client final. Si une entreprise choisit cette voie, des options sont toujours disponibles.

L’entreprise pourrait simplement imposer l’entière obligation au client., Le client recevrait une demande de paiement de la TVA et de toute obligation par le transporteur avant la livraison., Il pourrait également y avoir des frais de traitement répercutés sur le client. Une fois payées, les marchandises seraient livrées Cette approche n’offre pas la meilleure expérience client.

C’est pourquoi de nombreuses entreprises ont opté pour une « méthode de coût au débarquement » offerte par de nombreux coursiers. Le client est toujours l’importateur sur la documentation d’importation, mais l’entreprise perçoit la TVA et les droits du client au moment de la vente et règle la facture du transporteur en son nom. En théorie, cela évite à l’entreprise d’avoir à s’enregistrer dans l’UE et offre toujours au client une expérience transparente. Cependant, cela soulève la question: le client est-il réellement l’importateur?

L’impact commercial de conditions incorrectes

Certaines autorités fiscales commencent à adopter un point de vue différent sur les dispositions applicables aux biens d’une valeur supérieure à 150 euros lorsque les biens sont importés directement dans l’État membre de livraison. Un changement de loi le 1er juillet 2021 a inclus la notion de « lorsque le fournisseur intervient indirectement dans le transport ou l’expédition des marchandises ». Il s’agit de contrer les arrangements qui permettaient au vendeur de faire valoir qu’il ne s’agissait pas d’une vente à distance, mais d’une vente locale, de sorte qu’il n’avait à comptabiliser la TVA que dans l’État membre d’expédition des biens.

À la suite du changement de loi, certaines autorités fiscales soutiennent que ce concept signifie que si un vendeur vend à un particulier dans son pays et que le vendeur fait livrer les marchandises d’un pays tiers et dédouanement dans son État membre de l’UE, le lieu de livraison est l’État membre car le fournisseur est indirectement intervenu dans le transport.

En conséquence, le fournisseur doit s’enregistrer et comptabiliser la TVA dans l’État membre, même si le client est l’importateur des biens. Cet argument pourrait entraîner une double imposition et créer des obligations de conformité supplémentaires ainsi que des audits des autorités fiscales , ce qui augmenterait les coûts et le temps supplémentaires pour les entreprises.

Comment les entreprises devraient-elles aborder ce changement?

Il est important que les entreprises qui adoptent une méthode où le client est l’importateur mettent en place des arrangements corrects. Il s’agit notamment de s’assurer que les conditions générales du site Web reflètent le fait que le client est l’importateur et de donner à l’entreprise le pouvoir de désigner un déclarant en douane en son nom. Il est également important que les documents douaniers soient remplis correctement. Éviter des termes tels que DDP sur le site Web est également essentiel car cela implique que l’entreprise est l’importateur.

Vous avez encore des questions?

Pour obtenir de l’aide sur les questions d’importation de l’UE ou si votre entreprise a besoin d’une assistance en matière de conformité à la TVA , contactez l’un de nos experts fiscaux.

Le 22 juillet, la Commission européenne a ouvert quatre nouvelles procédures d’infraction contre le Royaume-Uni pour violation présumée du protocole de 2021 sur l’Irlande du Nord sur les conditions liées aux exigences douanières, à la taxe d’accise et à la TVA. L’UE a engagé sept procédures contre le Royaume-Uni au sujet du protocole depuis 2021.

Le Protocole d’Irlande du Nord

Après le départ du Royaume-Uni de l’UE en 2020, les parties ont convenu que les points de contrôle douaniers à la frontière terrestre entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande pourraient entraîner une instabilité politique. Le Protocole était une tentative d’éviter les postes frontières entre les deux pays.

Au lieu de cela, le protocole garantit que des contrôles douaniers sont effectués dans les ports d’Irlande du Nord avant que les marchandises ne soient dédouanées en République d’Irlande. Ce processus a effectivement créé une frontière douanière sur la mer d’Irlande. En outre, le protocole permet à l’Irlande du Nord de suivre les règles de l’UE en matière de normes de produits et de TVA relatives aux biens.

Amendements potentiels au Protocole du Royaume-Uni

Le protocole a été controversé au Royaume-Uni, car il crée des règles spéciales pour l’Irlande du Nord qui ne s’appliquent pas en Angleterre, en Écosse ou au Pays de Galles. Les membres du Parti conservateur au pouvoir au Royaume-Uni – y compris Liz Truss, l’une des favorites pour remplacer Boris Johnson au poste de Premier ministre du Royaume-Uni – ont récemment présenté un projet de loi sur le protocole d’Irlande du Nord qui permettrait au Royaume-Uni de modifier les termes du protocole.

Entre autres choses, le projet de loi vise à soustraire le règlement des différends à la compétence de la Cour de justice de l’Union européenne, autorise les « voies vertes [accélérées] » pour les marchandises séjournant au Royaume-Uni et permet des politiques de TVA à l’échelle du Royaume-Uni. Les partisans du projet de loi affirment qu’il est nécessaire de protéger « l’intérêt essentiel » de la paix en Irlande du Nord.

Controverse sur l’amendement au Protocole

Cependant, les représentants de l’Union européenne ont condamné ce projet de loi comme une violation potentielle du droit international. Dans sa procédure d’infraction la plus récente, l’UE allègue que le Royaume-Uni n’a pas du tout mis en œuvre de manière substantielle certaines parties du protocole.

En particulier, l’Union fait valoir que:

Ce dernier point est particulièrement intéressant aux fins de la TVA, car le régime IOSS est une signature de l’initiative de l’UE « LA TVA à l’ère numérique ».

Au moment de la rédaction du présent rapport, le projet de loi sur le protocole d’Irlande du Nord n’a pas encore été adopté par le Parlement britannique. Il attend d’être examiné par la Chambre des lords. Le Royaume-Uni et l’UE ont déclaré que de nouvelles négociations sur le protocole seraient l’option privilégiée. Les parties, cependant, restent très éloignées sur les détails.

L’UE a prévu deux mois pour que le Royaume-Uni réponde à la procédure d’infraction. En l’absence de nouveaux accords, l’action pourrait entraîner d’éventuelles amendes et/ou sanctions commerciales entre les parties. Les contribuables qui effectuent des échanges transfrontaliers entre le Royaume-Uni et l’UE devraient s’assurer qu’ils restent au courant des développements futurs.

Passez à l’action

Vous avez besoin de plus d’informations sur IOSS et sur son impact sur la conformité de votre entreprise ? Contactez notre équipe.

Les données sont l’un des actifs les plus précieux des entreprises et des particuliers. Les données bien collectées, nettoyées et analysées permettent aux entreprises de réaliser leurs capacités maximales. Avec la tendance à la numérisation, les formulaires papier, les grands livres et les livres sujets aux erreurs sont remplacés par des versions électroniques. Ce développement a donné aux entreprises plus de contrôle sur leurs données et les données liquidées pour une analyse plus approfondie.

C’est également vrai pour les gouvernements. Étant donné que les recettes fiscales sont l’une des sources de revenus les plus importantes pour les pays et que les données transactionnelles constituent la base du calcul des recettes fiscales, l’analyse des données transactionnelles est également essentielle pour les gouvernements.

Objectif de la collecte de données en temps réel

La réception de données sous forme électronique permet aux autorités fiscales de mieux estimer leurs revenus fiscaux et leurs sources de revenus et, à terme, de collecter les impôts plus efficacement. Ce processus a conduit de nombreuses autorités fiscales mondiales à exiger des contribuables qu’ils transmettent les données fiscales pertinentes par voie électronique. En outre, la fiabilité des données en temps réel s’est révélée si attrayante que les contribuables sont tenus de transmettre des données en temps réel à l’administration fiscale de nombreux pays.

L’exigence de transmission de données en temps réel ou presque en temps réel pertinente pour la fiscalité est une nouvelle tendance souvent appelée contrôle continu des transactions (CTC). Les CTC exigent que chaque transaction soit transmise aux autorités fiscales pour permettre un contrôle immédiat et continu. Les CTC sont de plus en plus courants dans le monde entier. L’objectif initial des CTC lors de leur lancement en Amérique latine, le point d’origine, était de réduire l’écart de TVA. En regardant les pays qui ont adopté les CTC, il est juste de dire que les CTC ont déjà atteint cet objectif. Toutefois, les autorités fiscales ont par la suite constaté que les avantages des CTC ne se limitent pas à combler l’écart de TVA.

La grande quantité de données collectées par le biais des CTC présente d’immenses opportunités pour les autorités fiscales. Les autorités fiscales peuvent atteindre des niveaux sans précédent de transparence des transactions commerciales. Les autorités fiscales T peuvent calculer le risque de conformité des contribuables et planifier des audits en fonction de ces calculs de risque. En outre, les données peuvent être utilisées pour orienter la politique budgétaire et économique et partagées avec d’autres organismes gouvernementaux. Par exemple, en période de crise économique, il est possible de déterminer les secteurs d’activité les plus touchés grâce aux données sur les ventes déclarées par les contribuables. Les personnes concernées peuvent bénéficier d’un soutien (par le biais d’exonérations fiscales, de taux réduits, etc.). Le graphique du Forum de l’OCDE sur l’administration fiscale compare les capacités de gestion et d’analyse des données de différentes juridictions fiscales et peut être utilisé pour comprendre la technologie d’analyse des données de différents pays.

Défis pour les entreprises

La collecte granulaire des données et la transparence des données sources créent des défis pour les entreprises car il y a peu de place pour les erreurs, les raccourcis ou la correction ultérieure des erreurs. Les entreprises devront s’assurer que la prise de décision en matière de détermination fiscale est beaucoup plus granulaire plus tôt dans leurs processus et ceux de leurs partenaires commerciaux.

En outre, il peut être difficile d’assurer la conformité là où les CTC sont mis en œuvre, en particulier pour les entreprises internationales, qui ont toujours considéré les impôts comme quelque chose à traiter par les comptables locaux. Considérer la fiscalité comme une préoccupation principalement locale en adoptant des solutions locales qui combinent les fonctionnalités commerciales et de conformité pour chaque juridiction sera difficile à concilier avec la transformation et l’alignement numériques et financiers plus larges d’une entreprise, qui sont souvent mondiaux.

Pour intensifier leur jeu, les entreprises devraient se concentrer sur la collecte de données et disposer d’un référentiel de données central pour avoir une « vue d’ensemble » plutôt que d’acquérir des solutions locales pour « sauver la journée ». La transmission de données en temps réel nécessite également des données propres à maintenir. La stratégie mondiale de transformation numérique doit être en place pour répondre à ces exigences ainsi qu’une technologie évolutive pour gérer les futures demandes fiscales.

Derniers changements

Le 1er juillet commence le second semestre de 2022 et, conformément à cette étape, des changements ont commencé à être mis en œuvre dans la sphère de la CCT. Dans ce blog, nous mettons en évidence les développements vitaux qui ont eu lieu en Europe et à l’étranger et qui peuvent influencer le paysage des contrôles continus des transactions (CTC) à l’échelle mondiale.

Philippines : Programme pilote

Les Philippines ont officiellement mis en œuvre leurs contrôles continus obligatoires des transactions (système CTC), qui consiste en la transmission en temps quasi réel des factures et des reçus émis par voie électronique. Le 1er juillet 2022, l’administration fiscale des Philippines a lancé le programme pilote du système électronique de déclaration des reçus, des factures et des ventes (EIS).

Cette initiative a été introduite pour la première fois en 2018 par la loi sur la réforme fiscale pour l’accélération et l’inclusion, connue sous le nom de loi TRAIN. 100 contribuables pilotes sélectionnés sont désormais tenus d’émettre et de transmettre des factures/reçus électroniques au Bureau of Internal Revenue (BIR) via la plateforme EIS. (Les Philippines progressent vers des rapports obligatoires de la CCT | Sovos)

Roumanie : système E-Factura et système E-Transport

La Roumanie prend des mesures pour mettre en œuvre son système de contrôle continu des transactions (système CTC) depuis 2021. Au 1er juillet 2022, Les contribuables roumains sont tenus d’utiliser le système de facturation électronique e-Factura de la CCT pour la fourniture de produits à haut risque fiscal dans les transactions B2B et toutes les transactions B2G. Les fournisseurs doivent transmettre les factures structurées émises au format XML au système E-Factura. Par la suite, le sceau sera appliqué par le ministère des Finances comme preuve d’autorisation. Cette facture sera juridiquement valable en vertu de la réglementation roumaine. (Roumanie : Des questions demeurent alors que la date limite approche | Sovos)

Parallèlement à la mise en service du 1er juillet 2022 pour le mandat de facturation électronique de la CCT, le système de transport électronique a été introduit pour surveiller les marchandises à haut risque budgétaire transportées au niveau national. Les contribuables doivent délivrer un document de transport électronique avant le transport de certaines marchandises. De plus, les contribuables doivent envoyer des fichiers aux autorités fiscales au format XML. Sur la base de la loi n° 106 émise par le gouvernement roumain le 30 juin 2022 et de la modification des articles 13 et 14 du GEO, les amendes pour non-respect des exigences en matière de transport électronique ne seront pas effectives avant le 1er octobre 2022. En outre, à partir du 1er juillet 2022, saFT a commencé à s’appliquer aux gros contribuables à la fin du délai de grâce de pénalité.

Vietnam : Mandat de la CCT

Sur la liste des pays qui élargissent leurs exigences en matière de facturation électronique figure également le Vietnam, où l’émission de factures électroniques est devenue obligatoire pour tous les assujettis opérant au Vietnam à compter du 1er juillet 2022. Auparavant, la date limite prévue était le 1er novembre 2020, mais l’administration fiscale l’a prolongée en raison des difficultés rencontrées par les entreprises locales pour mettre en œuvre à temps une solution de facture électronique conforme.

En outre, les entreprises, les organisations économiques, les autres organisations, les ménages professionnels et les particuliers doivent s’enregistrer auprès de l’administration fiscale locale pour utiliser les factures électroniques conformément aux règles établies dans le décret 123. (Vietnam : Déploiement de la facturation électronique en juillet 2022 | Sovos).

Portugal – Report de la facturation B2G

La facturation B2G obligatoire a été reportée pour les petites, moyennes et microentreprises avec la promulgation du décret-loi 42-A/2022. La date initiale était le 1er juillet 2022. Désormais, la facturation électronique B2G sera obligatoire à partir du 1er janvier 2023. La raison de ce changement est que, après avoir prolongé le délai d’acceptation des factures électroniques en PDF jusqu’au 31 décembre 2022, le gouvernement portugais a jugé important de prolonger également le délai de réception et de traitement des factures électroniques B2G pour les micro, petites et moyennes entreprises jusqu’au 31 décembre 2022 (Portugal: la facturation B2G obligatoire pour les PME reportée à nouveau | Sovos)

Turquie, Corée du Sud et Italie : élargissement des mandats existants

En Turquie, l’administration fiscale a élargi le champ d’application des contribuables tenus d’utiliser les applications e-fatura, e-arsiv et e-waybill. Cette expansion a été réalisée soit en ajoutant de nouveaux mandats sectoriels, soit en diminuant le seuil de revenus annuels. Les nouvelles exigences sont devenues applicables récemment, et les contribuables concernés par les modifications ont commencé à utiliser des documents électroniques à compter du 1er juillet 2022. (La Turquie élargit la portée des documents électroniques (sovos.com)

En Corée du Sud, la facturation électronique est obligatoire pour toutes les entreprises depuis 2011. Une facture de taxe électronique émise doit être transmise au Service national des impôts (NTS) dans un délai d’un jour à compter de l’émission de la facture. Le changement actuel concerne le seuil limite pour les entreprises individuelles, qui à partir du 1er juillet 2022 a été abaissé à 200 000 000 KRW.

L’Italie est également entrée dans une autre phase de mise en œuvre de ses exigences en matière de CCT. En commençant par les factures transfrontalières, l’Esterometro (le rapport des factures transfrontalières) a été remplacé par la transmission des données de facturation transfrontalières à l’IDS dans un format FatturaPA à partir du 1er juillet 2022. En outre, le décret n.73 récemment publié a établi un seuil pour le mandat de déclaration de factures transfrontalières. Les contribuables ne sont tenus de déclarer que les transactions qui dépassent le montant de 5 000 EUR pour chaque opération. Cela s’applique, plus spécifiquement, aux achats de biens et de services non territorialement pertinents aux fins de la TVA en Italie, en vertu des articles 7 à 7 octobre du décret présidentiel 633/1972.

En outre, la facturation électronique par l’intermédiaire de l’IDS est devenue obligatoire à partir du 1er juillet 2022 pour les contribuables appliquant le régime forfaitaire de TVA (régime forfettario), ainsi que pour les associations sportives amateurs et les entités du secteur tiers dont les recettes ne dépassent pas 65 000 EUR. Enfin, la facturation électronique est devenue obligatoire entre l’Italie et Saint-Marin à partir du 1er juillet 2022. Le système d’échange de factures électroniques entre l’Italie et SM tirera parti de l’IDS en tant que point d’accès pour les contribuables italiens et nouveau centre comparable pour les entreprises de Saint-Marin.

De nombreux pays à travers le monde introduisent ou élargissent leurs régimes existants de LACC avec les changements actifs qui ont lieu à l’échelle mondiale. Sovos continue de surveiller quels pays sont les prochains sur la liste pour construire ses régimes locaux de CTC et se conformer aux normes internationales.

Passez à l’action

Avec une couverture dans plus de 60 pays, contactez-nous pour discuter de vos exigences en matière de facturation électronique de la TVA.

Dans notre précédent article de blog, « Optimiser la gestion de la chaîne d’approvisionnement : Considérations clés sur l’importation B2B », nous avons analysé la possibilité pour les fournisseurs britanniques de créer un entrepôt dans l’UE afin de faciliter les livraisons clients. Dans cet article, nous étudierons ce sujet plus en profondeur, toujours du point de vue des transactions B2B.

Les avantages et les inconvénients de la création d’un établissement permanent dans l’UE

Lorsqu’on cherche à mettre en place un entrepôt dans l’UE, il faut d’abord se demander si l’entrepôt créera ou non un établissement stable (ES). L’établissement stable est un concept de fiscalité directe, mais en créer un peut avoir des conséquences en matière de TVA, si cet établissement stable est également considéré comme un établissement fixe.

L’OCDE définit un établissement stable comme une installation fixe d’activité par l’intermédiaire de laquelle une entreprise exerce tout ou partie de son activité.

L’UE, quant à elle, définit un établissement stable comme la présence permanente des ressources humaines et techniques nécessaires pour faciliter une prestation.

Toutefois, la tendance à l’entreposage local, aux « livraisons à la demande », à la « gig economy » avec des entrepreneurs locaux et autres évolutions poussent les autorités fiscales à adapter ces définitions.

Par exemple, en ce qui concerne l’entreposage, le point de vue traditionnel est qu’un contribuable doit posséder ou louer un entrepôt et employer du personnel pour qu’il soit considéré comme un établissement fixe aux fins de la TVA. Toutefois, une autorité fiscale a jugé qu’un établissement fixe peut également être créé lorsqu’un entrepositaire met à la disposition exclusive d’un contribuable une zone définie au sein d’un entrepôt, ainsi que du personnel.

La création d’un établissement permanent, aussi considéré comme un établissement fixe, aura à la fois des avantages et des inconvénients. Du côté positif, le fournisseur sera tenu de facturer la TVA sur les ventes locales impliquant l’établissement fixe, et l’enregistrement de la TVA pourra être utilisé pour déduire la TVA payée à l’importation. De plus, le fournisseur peut ne pas être tenu de désigner un agent de douane indirect pour agir en tant que déclarant des importations. En revanche, l’entreprise devra payer la TVA locale sur certaines fournitures, qui autrement feraient l’objet d’une autoliquidation au Royaume-Uni, et pourraient être assujetties à l’impôt direct.

Comme il s’agit d’un blog sur la TVA, nous ne nous attarderons pas sur ce qui précède, mais il est clair que l’utilisation éventuelle d’un entrepôt est un élément à prendre en considération dans la mise en place de la chaîne d’approvisionnement.

Lorsque l’on détermine si on souhaite établir et ou implanter un entrepôt dans l’UE, plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Dans cet article, nous nous pencherons sur le cas d’un fournisseur britannique qui cherche à établir un entrepôt pour servir des clients en Espagne.

L’Espagne considère qu’un entrepôt tiers peut constituer un établissement permanent lorsque le fournisseur a un accès exclusif à une zone définie de l’entrepôt. Il sera donc important d’examiner attentivement le contrat d’entrepôt pour connaître les conséquences en matière de TVA avant de le signer.

Autoliquidation de la TVA due à l’importation

L’Espagne applique un système d’autoliquidation pour les ventes nationales entre entreprises. Par conséquent, un fournisseur britannique qui importe des biens en Espagne et réalise uniquement des ventes intérieures interentreprises ne sera pas tenu de facturer la TVA locale. Il n’y aura pas non plus d’obligation de soumettre une déclaration de TVA locale, et la TVA à l’importation sera donc récupérée via la directive 13. Il s’agira potentiellement d’un flux de trésorerie négatif important.

Pour éviter cela, le fournisseur britannique pourrait changer le lieu d’importation des biens de la façon suivante :

Lorsque les biens sont envoyés en Espagne, l’importation a lieu en France. Le fournisseur britannique déclarera les marchandises pour l’importation en France, puis déclarera un transfert de marchandises propres de la France vers l’Espagne lorsque les marchandises arriveront dans l’entrepôt espagnol. Dans le cas où les marchandises sont transportées par camion, cela ne devrait pas poser problème.

Depuis le 1er janvier 2022, la France dispose d’un mécanisme d’autoliquidation obligatoire pour la TVA à l’importation, et il n’y a donc aucun problème pour récupérer la TVA à l’importation payée, pourvu que les conditions soient remplies. Le fournisseur aura besoin d’un numéro de TVA français pour déclarer une expédition depuis la France et pour déclarer une acquisition en Espagne. Le fournisseur aura également besoin d’un numéro de TVA espagnol pour déclarer ses acquisitions, mais il ne sera pas tenu de soumettre une déclaration de TVA, puisque toutes les ventes réalisées à partir de l’entrepôt espagnol relèvent de l’autoliquidation étendue.

Une autre solution consiste à importer les marchandises dans un entrepôt français à partir duquel le fournisseur britannique peut effectuer des livraisons intracommunautaires à ses clients espagnols, évitant ainsi d’avoir besoin d’un numéro de TVA espagnol et de devoir faire une déclaration SII si le seuil est dépassé.

La TVA est une taxe sur les transactions, et une fois qu’une transaction a eu lieu, elle ne peut être annulée. Il est donc important de bien comprendre les conséquences de la TVA sur une transaction proposée avant de signer un contrat. Une fois le contrat signé, les parties sont engagées par les conséquences de la TVA, à moins que le contrat ne puisse être renégocié avant l’expédition des marchandises. Une fois les marchandises expédiées, la conséquence de la TVA est cristallisée et ne peut être modifiée.