Partout dans le monde, les gouvernements mettent en place des systèmes de contrôle continu des transactions (CTC) afin d’améliorer et de renforcer la collecte de la TVA tout en luttant contre l’évasion fiscale. La Roumanie, dont l’écart de TVA est le plus important de l’UE (34,9 % en 2019), est l’un des pays qui évolue le plus rapidement en matière d’introduction de CTC. En décembre 2021, le pays a annoncé l’utilisation obligatoire du système RO e-Factura pour les produits à haut risque fiscal dans les transactions B2B à partir du 1er juillet 2022, et dès à présent, il passe à l’étape suivante.

Système RO e-Transport

Le Ministère des Finances a récemment publié un projet d’ordonnance d’urgence (Ordonnance) introduisant un système obligatoire de e-transport pour le suivi de certaines marchandises sur le territoire national à partir du 1er juillet 2022. Le système RO e-Transport sera interconnecté avec les systèmes informatiques existants au niveau du Ministère des Finances, de l’Agence Nationale d’Administration Fiscale (ANAF) ou de l’Autorité Douanière Roumaine.

Selon le projet d’ordonnance, le transport de produits à haut risque fiscal sera déclaré dans le système e-transport au maximum trois jours civils avant le début du transport, avant le déplacement des marchandises d’un endroit à un autre.

La déclaration comprendra les éléments suivants :

Le système génère un code unique (code UIT) à la suite de la déclaration. Ce code doit accompagner les marchandises transportées, sous forme physique ou électronique, avec le document de transport. Les autorités compétentes vérifieront la déclaration et les marchandises sur les itinéraires de transport.

La première question qui vient à l’esprit est de savoir quelle est la définition des produits à haut risque fiscal. Le ministère roumain des finances avait déjà établi une liste de produits à haut risque fiscal pour l’utilisation obligatoire du système RO e-Factura. Cependant, on ne sait toujours pas si la liste des produits à haut risque fiscal sera la même. Le Ministère des Finances établira un arrêté ultérieur définissant les produits à haut risque fiscal dans les prochains jours.

Si le transport comprend à la fois des marchandises à haut risque fiscal et d’autres marchandises qui ne font pas partie de la catégorie à haut risque fiscal, l’ensemble du transport doit être déclaré dans le système RO e-Transport.

Quels transports sont concernés ?

Le système RO e-Transport est établi pour surveiller le transport de marchandises à haut risque sur le territoire national.

Il comprend les éléments suivants :

Les transports de marchandises destinés aux missions diplomatiques, aux postes consulaires, aux organisations internationales, aux forces armées d’États étrangers membres de l’OTAN ou résultant de l’exécution de contrats, n’entrent pas dans le champ d’application du système RO e-Transport.

Que se passe-t-il ensuite ?

Le projet d’ordonnance devrait être publié au journal officiel dans les prochains jours. Suite à cette publication, le Ministère des Finances établira des arrêtés ultérieurs pour définir les catégories de véhicules routiers et la liste des produits à haut risque fiscal pour le système RO e-Transport. En outre, à partir du 1er juillet 2022, l’utilisation du système RO e-Transport deviendra obligatoire pour le transport de produits à haut risque fiscal.

Le non-respect des règles relatives au système e-Transport entraînera une amende atteignant 50 000 LEI (environ 10 000 EUR) pour les personnes physiques et 100 000 LEI (environ 20 000 EUR) pour les personnes morales. En outre, la valeur des marchandises non déclarées sera confisquée.

Passez à l’action

Vous devez vous assurer de la conformité avec les dernières réglementations en vigueur en Roumanie ? Prenez contact avec nos experts fiscaux. Suivez-nous sur LinkedIn et Twitter pour vous tenir au courant des actualités et mises à jour réglementaires.

Au cours de la dernière décennie, le gouvernement vietnamien a élaboré une solution réalisable pour réduire la fraude à la TVA dans le pays en adoptant une exigence de facturation électronique pour les entreprises exerçant des activités économiques au Vietnam. Enfin, le 1er juillet 2022, l’obligation de facturation électronique devrait entrer en vigueur dans tout le pays.

Report du mandat de facturation électronique pour 2020

Malgré le report de la date initiale d’entrée en vigueur de l’obligation de facturation électronique à l’échelle nationale, qui devait initialement entrer en vigueur en juillet 2020, le gouvernement vietnamien a rapidement fixé un nouveau délai.

Plus tard dans l’année, en octobre 2020, le nouveau calendrier a été communiqué par décret 123, reportant le mandat de facturation électronique au 1er juillet 2022. Ce nouveau délai est également conforme aux dates de mise en œuvre des règles concernant le système de facturation électronique envisagées dans la loi sur l’administration fiscale.

Plan de préparation régional en cours

Le département général des impôts du Vietnam (GTD) a annoncé son intention de travailler d’abord avec les administrations fiscales locales de six provinces et villes : Ho Chi Minh Ville Hanoi, Binh Dinh, Quang Ninh, Hai Phong et Phu Tho pour commencer à mettre en œuvre des solutions techniques pour les nouvelles exigences de la facture électronique et la construction d’un système informatique permettant la connexion, la transmission des données, la réception et le stockage des données. Selon le plan d’action du GTD, d’ici mars 2022, ces six villes et provinces devraient être prêtes pour l’activation du système de facturation électronique.

Le GTD a annoncé qu’à partir d’avril 2022, le nouveau système de facturation électronique continuera à être déployé dans les provinces et villes restantes.

Enfin, selon ce plan de mise en œuvre local, d’ici juillet 2022, toutes les villes et provinces du Vietnam doivent déployer le système de facturation électronique sur la base des règles établies dans le décret 123 et la circulaire qui fournit des orientations et des éclaircissements sur certains aspects du nouveau système de facturation électronique.

Prochaines étapes pour les entreprises

Les assujettis opérant au Vietnam seront tenus d’émettre des factures électroniques pour leurs transactions à partir du 1er juillet 2022 et doivent être prêts à se conformer au nouveau cadre juridique. Les entreprises, les organisations économiques, les autres organisations, les ménages commerciaux et les particuliers doivent s’inscrire auprès de l’administration fiscale locale pour commencer à utiliser les factures électroniques conformément aux règles établies dans le décret 123 mentionné.

Le Vietnam avance enfin vers l’adoption de la facturation électronique obligatoire. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire pour obtenir la documentation technique nécessaire et mettre en œuvre le nouveau système de facturation électronique au niveau local. Nous continuerons à suivre les derniers développements afin de déterminer si le GTD peut répondre à toutes les exigences à temps pour le déploiement de la facturation électronique obligatoire.

Passez à l’action

Vous avez besoin d’aide pour rester au courant des dernières mises à jour en matière de TVA et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise ? Contactez dès aujourd’hui notre équipe d’experts à l’adresse .

Dans la " Déclaration desur une solution à deux piliers pour relever les défis fiscaux découlant de la numérisation de l’économie" publiée le 1er juillet 2021, les membres du Cadre inclusif du G20 sur l’érosion de la base et le transfert de bénéfices (" BEPS ") ont convenu d’un cadre pour faire avancer un accord sur une réforme fiscale mondiale.

Cela permettra de relever les défis fiscaux d’une économie mondiale de plus en plus numérique. Au 9 juillet 2021, 132 des 139 juridictions membres de l’OCDE/G20 ont accepté le Cadre inclusif sur les BEPS.

Détails du pilier

Pilier 1

Le pilier 1 confère un nouveau droit d’imposition, le montant A, aux pays de marché afin de garantir que les entreprises paient l’impôt sur une partie des bénéfices résiduels tirés des activités menées dans ces juridictions, indépendamment de leur présence physique. Le pilier 1 s’appliquera aux entreprises multinationales ("EMN") dont le chiffre d’affaires mondial est supérieur à 20 milliards d’euros et dont la rentabilité est supérieure à 10 %.

Il y aura une nouvelle règle de lien permettant l’attribution du montant A à une juridiction de marché lorsque l’entreprise multinationale du champ d’application tire au moins 1 million d’euros de revenus de cette juridiction. Pour les juridictions dont le PIB est inférieur à 40 milliards d’euros, le nexus sera plutôt fixé à 250 000 euros.

La "règle du lien à des fins particulières" détermine si une juridiction peut bénéficier de l’allocation du montant A. En outre, les pays se sont mis d’accord sur une allocation de 20 à 30 % des bénéfices résiduels des multinationales du champ d’application aux juridictions de marché, avec un lien utilisant une clé d’allocation basée sur les revenus.

Les recettes seront attribuées aux juridictions du marché final où les biens ou les services sont consommés, les règles d’origine détaillées restant à venir.

D’autres détails sur la segmentation sont encore en cours d’élaboration, tout comme la conception finale d’une zone de sécurité pour les bénéfices de marketing et de distribution qui plafonnera les bénéfices résiduels autorisés pour la juridiction du marché par le biais du montant A.

Enfin, les pays ont convenu de rationaliser et de simplifier le montant B en mettant l’accent sur les besoins des pays à faible capacité. Les détails finalisés devraient être achevés d’ici la fin de 2022.

Pilier 2

Le deuxième pilier consiste en des règles mondiales de lutte contre l’érosion de la base ("GloBE") qui garantiront que les entreprises multinationales qui atteignent le seuil de 750 millions d’euros paient un taux d’imposition minimum d’au moins 15 %. Les règles GloBE consistent en une règle d’inclusion des revenus et une règle sur les paiements sous-imposés, cette dernière devant encore être finalisée.

Le deuxième pilier comprend également une règle d’assujettissement à l’impôt, qui est une règle fondée sur une convention, permettant aux juridictions sources d’imposer une imposition à la source limitée sur certains paiements entre parties liées soumis à un impôt inférieur à un taux minimum. Ce taux sera compris entre 7,5 et 9 pour cent.

Quand le plan sera-t-il mis en œuvre ?

Il existe actuellement un engagement à poursuivre les discussions, afin de finaliser les éléments de conception du plan dans le cadre convenu d’ici octobre 2021. Les membres de l’Inclusive Framework conviendront et publieront un plan de mise en œuvre.

Selon le calendrier actuel, l’instrument multilatéral par lequel le montant A est mis en œuvre sera élaboré et ouvert à la signature en 2022, le montant A entrant en vigueur en 2021. De même, le deuxième pilier devrait être promulgué en 2022, pour une entrée en vigueur en 2023.

Plus de détails à venir

Bien que les éléments clés de la solution à deux piliers aient été convenus, un plan de mise en œuvre détaillé incluant la résolution des problèmes restants reste à venir.

Étant donné que de nombreux pays pourraient mettre en œuvre ces changements dans un avenir proche, il est important que les entreprises actives dans l’économie numérique suivent attentivement et comprennent les développements entourant le projet OCDE/G20 sur l’érosion de la base et le transfert de bénéfices.

Passez à l’action

Vous devez assurer la conformité avec les dernières réglementations en matière de documents électroniques ? Prenez contact avec nos experts fiscaux.

Télécharger Tendances en matière de TVA : Toward Continuous Transaction Controls pour en savoir plus sur l’évolution des systèmes fiscaux dans le monde.

Qu’est-ce qu’Intrastat ?

Intrastat est un régime de déclaration relatif aux échanges intracommunautaires de marchandises au sein de l’UE.

En vertu du règlement (CE) n° 638/2004, les assujettis à la TVA qui effectuent des ventes et des achats intracommunautaires de biens sont tenus de remplir des déclarations Intrastat lorsque le seuil de déclaration est franchi.

Les déclarations Intrastat doivent être remplies à la fois dans le pays d’expédition (par le vendeur) et dans le pays d’arrivée (par l’acheteur). Le format et les éléments de données des déclarations Intrastat varient d’un pays à l’autre, bien que certains éléments de données soient requis dans tous les États membres. Les seuils de déclaration varient également d’un État membre à l’autre.

Comment moderniser Intrastat ?

Dans le but d’améliorer la collecte des données et d’alléger la charge administrative pesant sur les entreprises, un projet de "modernisation d’Intrastat" a été lancé en 2017. À la suite de ce projet, le règlement (UE) 2019/2152 (le règlement sur les statistiques européennes sur les entreprises) a été adopté.

Les effets pratiques de ces changements sont doubles :