À compter du 1er juillet 2022, la Hongrie a introduit un régime d’impôt sur les bénéfices supplémentaires, qui prélève un impôt supplémentaire sur les primes d’assurance (IPT) sur les primes d’assurance. L’introduction du régime d’impôt sur les bénéfices supplémentaires est une mesure temporaire qui vise à couvrir l’augmentation des coûts gouvernementaux causée par le conflit en Ukraine. Le régime d’impôt sur les bénéfices supplémentaires s’applique non seulement au secteur des assurances, mais également à d’autres secteurs, notamment les compagnies aériennes, les services médicaux, l’énergie, les télécommunications et les banques.Le blog suivant donne un aperçu de cette taxe, en soulignant certaines caractéristiques intéressantes et anomalies autour de cette taxe.

Qu’est-ce que l’IPT supplémentaire de la Hongrie?

Le 4 juin 2022, un décret gouvernemental a été publié au Journal officiel hongrois, numéroté 197/2022, sous le titre « À propos des impôts sur les bénéfices supplémentaires ». On peut se demander pourquoi un décret gouvernemental réglemente une nouvelle méthode fiscale. Pour répondre à cette question, nous devons faire des recherches et lire la Constitution hongroise et une autre loi sur les mesures spéciales en cas de catastrophe. L’ajout de deux nouvelles sections à la loi susmentionnée le 25 mai 2022 a permis au gouvernement d’introduire les impôts sur les bénéfices supplémentaires dans un décret gouvernemental au lieu d’ajuster les lois pertinentes. Le régime d’impôt sur les bénéfices supplémentaires comprend l’IPT supplémentaire. Bien que le décret gouvernemental fasse référence à des lois fiscales particulières, telles que la loi 102/2012 sur l’IPT, les réglementations relatives à l’impôt sur les bénéfices supplémentaires ne sont pas et ne seront pas intégrées dans ces lois fiscales.

Vue d’ensemble de l’IPT supplémentaire

L’IPT supplémentaire est une taxe temporaire en vigueur à compter du 1er juillet 2022 pour une durée de 18 mois et prendra fin le 31 décembre 2023. Cette taxe est due sur les polices d’assurance non-vie et d’assurance vie souscrites par les assureurs de liberté d’établissement et de libre prestation de services. Un système d’échelle mobile similaire sur les revenus perçus est applicable à ce nouvel IPT supplémentaire comme il l’est pour l’IPT existant. Les échelles pour 2022 sont les suivantes :

  1. Moins de 1 milliard de forint hongrois (HUF)
  2. Plus de 1 milliard et moins de 18 milliards de HUF
  3. Plus de 18 milliards de HUF

Alors que pour 2023, les échelles sont les suivantes:

  1. Moins de 2 milliards de HUF
  2. Plus de 2 milliards et moins de 36 milliards de HUF
  3. Plus de 36 milliards de HUF

Les taux varient selon le moment où le contribuable a perçu la prime et le type de police d’assurance. En 2022, les taux sont plus élevés pour les polices d’assurance non-vie et les polices d’assurance vie qu’en 2023, notant également que les taux d’assurance vie sont la moitié de ceux appliqués aux polices non-vie. Pour plus de détails sur les taux, veuillez lire notre alerte fiscale, Hongrie: IPT supplémentaire introduit en raison du conflit en Ukraine.La déclaration et le paiement sont dus au plus tard le 31 janvier 2023 et le 31 janvier 2024, respectivement. Il existe également une obligation de remboursement anticipé pour les deux années avec des dates d’échéance du 30 novembre 2022 et du 31 mai 2023. Pour plus de détails sur le paiement anticipé, veuillez également vous référer à l’alerte fiscale susmentionnée.

Caractéristiques intéressantes sur l’IPT supplémentaire

L’introduction de cette taxe est l’une des caractéristiques qui est unique en matière de fiscalité. En Hongrie, dans des circonstances normales, des taxes sont introduites ou les taxes existantes sont modifiées par des lois. En règle générale, les lois fiscales doivent être publiées au moins 30 jours avant leur entrée en vigueur. Dans le cas du régime de l’impôt sur les bénéfices supplémentaires, l’organe législatif n’a satisfait à aucun des éléments ci-dessus.Une autre caractéristique intéressante à mentionner est que, bien qu’elle soit appelée taxe sur les primes d’assurance complémentaire, elle est également due sur les polices d’assurance-vie. En Hongrie, il n’existe pas de taxe sur les primes d’assurance sur les polices d’assurance vie, car ces polices sont exonérées.Aucun paiement anticipé n’est dû pour l’IPT existant, mais un paiement anticipé doit être payé pour l’IPT supplémentaire.L’IPT supplémentaire est un type d’impôt sur les bénéfices supplémentaires, mais il semble qu’il n’y ait pas de code fiscal distinct qui lui soit donné. L’IPT supplémentaire doit être déclaré sur le formulaire de déclaration IPT et versé sur le même compte de l’administration fiscale hongroise que l’IPT existant.

Anomalies et questions ouvertes concernant l’IPT supplémentaire

La période de base pour calculer le paiement anticipé de 2022 est d’un an, bien que l’impôt supplémentaire ne soit dû que pour le deuxième semestre de 2022. En revanche, le prépaiement pour l’ensemble de l’année 2023 est égal au montant de l’impôt complémentaire semestriel 2022. En tant que telles, les compagnies d’assurance paieront probablement trop la taxe avec le paiement anticipé de 2022. Cet impôt payé en trop devra ensuite être récupéré ou pourra être déduit de l’IPT existant ou utilisé pour le paiement anticipé de 2023 ou l’IPT supplémentaire de 2023. Est-ce pour un but ou juste une erreur et il sera modifié?Dans les orientations publiées par l’administration fiscale hongroise le 1er juillet 2022 sur les règles fiscales d’assurance complémentaire pour 2022, l’administration fiscale a mentionné que les contribuables devraient déclarer la taxe supplémentaire sur le formulaire de déclaration fiscale IPT standard, 2220. Toutefois, l’administration fiscale n’a pas mis à jour le formulaire avant le 1er juillet 2022. Étant donné que la date d’échéance du paiement anticipé et de l’impôt supplémentaire diffère de celle de l’IPT existant, la question reste ouverte de savoir à quoi ressemblera le formulaire pour faire la distinction entre l’IPT existant, le paiement anticipé et l’impôt supplémentaire. Espérons qu’un nouveau modèle de retour sera bientôt publié pour répondre à ces questions.Comme expliqué plus haut, il y a encore de l’ambiguïté et des questions autour de cette nouvelle taxe. Sovos s’engage à tenir nos clients au courant et à vous informer dès que les informations clarifiées sont disponibles. Veuillez contacter notre équipe dédiée à la conformité IPT si vous avez des questions.

Passez à l’action

Vous avez encore des questions sur la taxe sur les primes d’assurance? Téléchargez notre Guide IPT, rédigé par notre équipe d’experts IPT.

La complexité de la réglementation espagnole en matière de taxe sur les primes d’assurance peut être décourageante pour toute personne responsable de la déclaration et de la conformité IPT pour ce pays.Outre les différentes autorités fiscales impliquées dans les rapports IPT espagnols et les différents processus de soumission, il existe également de nombreuses déclarations différentes que les équipes de conformité fiscale doivent connaître.Ici, nous examinerons certains des aspects les plus difficiles de la déclaration IPT.

Qu’est-ce qu’un formulaire Modelo 480 ?

Bien que les autorités fiscales espagnoles reçoivent des déclarations mensuelles pour la taxe sur les primes d’assurance, elles exigent également une déclaration annuelle. Le formulaire de déclaration annuelle est appelé Modelo 480. Ce formulaire contient un résumé mensuel des renseignements par catégorie d’entreprise et une section pour fournir les primes exonérées. Modelo 480 est également dû aux quatre autorités fiscales des provinces de la région basque, qui sont des formats différents mais contiennent les mêmes informations. La date limite reste en janvier en même temps que les déclarations de décembre.

Qu’est-ce que le Modelo 50 ?

La plupart des catégories d’assurance comprennent des frais pour le Fonds de liquidation des assureurs (ou le Modelo 50), même si la police est exemptée de l’IPT. Le Modelo 480 agit comme une autre forme de contrôle par les autorités espagnoles pour s’assurer qu’elles reçoivent le montant correct de l’impôt. Ils peuvent croiser le montant de la prime déclarée pour le Fonds de liquidation des assureurs avec la prime déclarée sur Modelo 480.

Charge du pont d’incendie en Espagne

Un autre des rapports annuels les plus notoires est la charge des pompiers. Le rapport d’accusation de pompier peut prendre environ quatre ans pour compléter une période d’imposition. Avec les paiements anticipés et les ajustements, les soumissions incorrectes peuvent prendre tout autant de temps à corriger. Les rapports exigent une attention particulière aux détails, car les contribuables ne peuvent pas apporter de corrections après leur présentation.Historiquement, un assureur pouvait appliquer soit un taux de 2,5% pour une police multirisque, soit un taux de 5% pour le feu pur et être sûr que le total demandé par l’administration fiscale serait autour de ce nombre. Plus récemment, ce n’est plus le cas avec l’évolution du climat économique et plus de cas où les revendications sont plus élevées.

Comment se conformer aux rapports de charge des pompiers espagnols

Le processus commence par un rapport concernant les politiques sur les biens et les incendies rédigé au cours de l’année précédente. Au début de l’année suivante, le contribuable effectue un paiement anticipé basé sur ce rapport. L’année suivante, le contribuable présente un rapport avec les primes réelles souscrites au cours de l’année précédente. Enfin, au cours de la quatrième année, la différence entre le paiement anticipé et les primes réelles souscrites est confirmée et ajustée en cas d’écart. En termes simples, la période d’imposition des pompiers de 2022 sera fermée en 2026!

Modelo 0-6 devient obsolète

Un autre des rapports annuels les plus compliqués était le Modelo 0-6, qui est devenu obsolète avec l’introduction du nouveau système de rapport. Ce rapport portait sur les taxes sur les risques extraordinaires dues aux dommages matériels, aux incendies, aux interruptions d’activité et aux accidents. Le nouveau système permet d’accéder à des informations en temps réel en cas de réclamation contre une police.

Passez à l’action

Vous avez encore des questions sur l’IPT en Espagne? Contactez l’équipe d’experts IPT de Sovos ou regardez notre webinaire sur la complexité de la taxe sur les primes d’assurance en Espagne.

L’identification de l’emplacement du risque aux fins de la taxe sur les primes d’assurance (IPT) est la première étape pour assurer la conformité IPT dans un territoire donné. Ce domaine n’est peut-être pas aussi simple qu’il n’y paraît pour l’assurance maritime.Comme pour les règles de localisation des risques pour toutes les branches d’assurance en Europe, le point de départ de l’assurance maritime est la directive Solvabilité II (2009/138/CE), en particulier son article 13, paragraphe 13. L’article 13, paragraphe 13, sous b), fait référence aux « véhicules de tout type », ce qui s’entend généralement comme englobant non seulement les véhicules à moteur, mais également les navires, les yachts et les aéronefs dans son champ d’application. Sur cette base, la localisation du risque pour l’assurance maritime est identifiée par l’«État membre d’immatriculation ». Étant donné que cette expression n’est pas définie dans la directive, il y a eu une certaine confusion quant à ce que l’«enregistrement » désigne dans ce contexte. Ceci est bien illustré par une affaire entendue devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) en avril de l’année dernière.

North of England P&I Association contre German Federal Central Tax Office (C-786/19)

Cette affaire concernait des contrats d’assurance avec des sociétés établies en Allemagne et inscrites au registre des sociétés tenu par le tribunal de district de Hambourg. Les propriétaires ont inscrit les navires dans le registre maritime tenu par le même tribunal en Allemagne. L’affaire s’est produite parce que les navires ont été temporairement autorisés à battre pavillon national de Malte et du Libéria. L’administration fiscale allemande a fait valoir que l’IPT allemand était dû sur ces contrats parce que les navires sont restés sur le registre maritime allemand pendant toute la période de dédouanement.En revanche, l’assureur a contesté que le lieu du risque soit déterminé par l’État membre qui a certifié que le navire est apte à l’emploi et dont il bat pavillon. Malte considère l’assurance maritime comme exemptée de son régime de droit de timbre, donc si l’assureur réussissait avec son argument, alors aucune taxe sur ses primes d’assurance ne serait due dans l’Union européenne.La CJUE a estimé que le lieu du risque se trouvait en Allemagne malgré le pavillon temporaire des navires. Cette décision était due au fait que les navires restaient inscrits au registre du tribunal de district de Hambourg, qui avait pour fonction principale de prouver la propriété. Étant donné que le propriétaire a le principal intérêt d’assurer le navire pour protéger ses intérêts financiers, le registre attestant de la propriété était essentiel.

Quelle est la prochaine étape pour les règles de localisation des risques de l’assurance maritime?

Il convient de souligner qu’il n’est pas clair combien de poids devrait être accordé à cette affaire. C’est pour plusieurs raisons. Premièrement, l’ordonnance pour la mise en œuvre de la législation allemande pertinente se réfère spécifiquement aux « registres maritimes tenus par les tribunaux locaux » comme étant déterminants, ce qui diffère de la position des autres territoires. En outre, une question importante qui n’est pas abordée par l’affaire est celle qui se passe lorsqu’un État membre ne dispose pas d’un registre maritime.Chez Sovos, nous n’avons pas constaté de changement majeur dans l’approche adoptée par les assureurs depuis le jugement, ce qui signifie dans de nombreux cas que le pavillon du navire continue d’être considéré comme pertinent par le marché. Il sera intéressant de voir comment la CJUE traitera des affaires similaires à l’avenir.Nous sommes heureux d’aider tous les assureurs qui ont des affaires en Europe qui ont des questions sur l’emplacement des règles de risque, qu’il s’agisse d’assurance maritime ou de toute autre assurance pour s’assurer que les taxes sont correctement déclarées.

Passez à l’action

Contactez l’équipe d’experts de Sovos pour obtenir de l’aide pour vous conformer aux règles de localisation des risques en mer ou téléchargez notre eBook règles de localisation des risques pour IPT pour plus d’informations.

Meet the Expert est notre série de blogs où nous partageons plus d’informations sur l’équipe derrière nos logiciels innovants et nos services gérés.En tant qu’organisation mondiale avec des experts en fiscalité indirecte dans toutes les régions, notre équipe dédiée est souvent la première à connaître les changements réglementaires et les développements dans les régimes fiscaux mondiaux, afin de vous aider dans votre conformité fiscale.Nous nous sommes entretenus avec Manisha Patel, représentante principale des services de conformité – Insurance Premium Tax (IPT), au sujet de leur rôle, de la façon dont ils soutiennent les clients de Sovos et de leurs meilleurs conseils de conformité pour les captives.

Pouvez-vous me parler de votre rôle et de ce qu’il implique?

Je suis représentant senior des services de conformité pour IPT chez Sovos. J’ai rejoint l’entreprise il y a plus de cinq ans.Mon rôle chez Sovos est multiforme. Ma principale responsabilité est de superviser la conformité IPT pour un vaste portefeuille de clients, en particulier au sein de la pratique captives.J’aide à garantir que toutes les exigences fiscales des clients sont respectées, y compris la vérification et l’approbation des déclarations de revenus et la garantie que les paiements corrects sont effectués aux autorités fiscales compétentes dans les délais légaux spécifiés. De plus, j’aide à conseiller les clients sur des questions plus complexes ou urgentes qui ont été remontées au sein de l’équipe.

Qu’est-ce qu’un P&I Club ?

Un club P&I est une association coopérative à but non lucratif de fournisseurs d’assurance maritime qui fournit une assurance P&I à toutes ses sociétés membres. Un club P&I couvre un large éventail de responsabilités, y compris les pertes de vie, les blessures corporelles, les pertes ou dommages de cargaison, la pollution par des substances dangereuses, l’enlèvement d’épaves, les collisions et les dommages matériels.Ces clubs offrent aux armateurs les limites les plus élevées et les plus larges gammes de couverture. Grâce à leur participation à un club P&I, les clubs membres partagent des revendications au-dessus de la rétention d’un individu via une structure de mise en commun. La mise en commun permet aux membres de fournir l’assurance

la couverture dont les armateurs et leurs navires ont besoin pour faire du commerce tout en respectant les exigences obligatoires en matière d’assurance et de sécurité financière.

Quels sont vos conseils pour les captifs afin d’assurer la conformité IPT?

De plus en plus d’autorités fiscales mondiales passent aux soumissions numériques et, dans certains cas, ont besoin d’informations plus détaillées pour compléter ces soumissions.Mon conseil pour les captifs serait d’investir du temps à apprendre ces exigences en constante évolution pour vos territoires pertinents et de vous organiser de manière à pouvoir facilement et facilement avoir les informations dont vous avez besoin à portée de main. Cela réduira le risque d’erreurs et de non-conformité de votre entreprise lors du règlement de l’IPT.

Quelles sont les façons les plus courantes dont Sovos aide les captifs ?

L’équipe Captives de Sovos répond aux besoins spécifiques des assureurs captifs. Notre équipe peut examiner n’importe quel programme qu’un client peut avoir avant le renouvellement du programme, où nous pouvons aider avec le calcul de la taxe sur les primes, valider les taux d’imposition applicables par pays et préparer des résumés de paiement. En raison de l’expertise interne limitée, nous reconnaissons que des conseils supplémentaires sont parfois nécessaires.Notre équipe de services gérés IPT offre une vaste quantité de connaissances, fournissant l’expertise à nos clients captives par le biais de webinaires, d’alertes fiscales et de bulletins d’information pour renforcer leur confiance en matière de déclaration de revenus et de déclarations. De plus, notre équipe de consultants peut vous aider avec toute autre question.

Passez à l’action

Vous avez des questions sur la conformité IPT ? Parlez à nos experts ou téléchargez notre livre électronique, Indirect Tax Rules for Insurance Across the World.

Conformité fiscale en Italie – par où commencer ? Des règlements fiscaux mensuels à la déclaration annuelle, en passant par le paiement anticipé, la déclaration supplémentaire et le traitement des primes négatives , tous ces facteurs font de l’Italie une juridiction unique et l’une des plus difficiles du point de vue de la conformité à la taxe sur les primes d’assurance (IPT).Décomposons tout cela :

Taxes d’assurance

Les taux IPT varient de 0,05 % à 21,25 %, selon la classe d’assurance souscrite. En plus de l’IPT italien, il existe également plusieurs frais parafiscal d’assurance:

Fréquence de dépôt et de règlement

Les paiements mensuels sont dus au plus tard à la fin du mois suivant le mois de déclaration, sauf en décembre. Le paiement des engagements de novembre est reporté au 20 décembre. Tandis que la déclaration annuelle est due au plus tard le 31 mai suivant l’année civile.

Livres IPT

Bien que les obligations fiscales soient payées mensuellement et que les déclarations soient produites chaque année, il existe une obligation légale de tenir à jour les livres IPT. Les livres IPT sont un registre chronologique au niveau de la politique qui doit être facilement disponible si les autorités fiscales italiennes demandent les enregistrements de l’entreprise. Les livres IPT sont principalement demandés pour des vérifications de bureaux fiscaux, des enquêtes ou pour appuyer des demandes formelles d’un assureur.

Rapports supplémentaires

En plus des paiements mensuels et de la déclaration annuelle, les rapports suivants sont également requis en Italie:

Nous avons expliqué les exigences supplémentaires en matière de rapports en Italie dans un blog précédent.

Prépaiement

Les assureurs sont tenus d’effectuer un paiement anticipé annuel aux autorités fiscales italiennes en prévision des obligations fiscales futures. Le prépaiement est dû au plus tard le 16 novembre de chaque année. Il est calculé en pourcentage (100 % pour 2022) du total des cotisations IPT et Consap versées au cours de l’année précédente, déduction faite de toute IPT payée au titre des activités de responsabilité civile automobile. Une fois réglé, ce paiement anticipé peut être déduit des passifs IPT (à l’exclusion des passifs de tiers automobiles) découlant de février, lorsque les obligations fiscales de janvier sont exigibles.Dans certains cas, les assureurs peuvent être tenus de remettre des sommes importantes au bureau des impôts qui conservera ces montants, dans certains cas pendant plusieurs années. Bien que le paiement anticipé ne devrait pas représenter un coût supplémentaire pour les opérations d’assurance, il peut poser certaines considérations de flux de trésorerie pour les assureurs. Il est important de noter que le paiement anticipé est dû sur une base historique et ne peut être réglé sur la base d’une estimation des obligations fiscales futures. Les entreprises peuvent utiliser le paiement anticipé excédentaire pour compenser les obligations fiscales au cours de la période suivante ou compenser par le paiement anticipé suivant.

Prime de retour

Les crédits IPT relatifs aux annulations ou ajustements de police ne sont pas autorisés et ne doivent pas être réclamés auprès des autorités fiscales italiennes ni compensés par des passifs courants. Selon l’art. 4. Loi 1216/1960, IPT « ne cesse pas d’être due même si la prime est entièrement ou partiellement restituée au preneur d’assurance pour quelque raison que ce soit ». Par conséquent, si la compagnie d’assurance reçoit une prime, l’IPT est due même si celle-ci est remboursée ultérieurement à l’assuré.L’ANIA (l’organisme commercial italien) a fourni quelques éclaircissements au marché sur l’applicabilité de cette disposition, n’autorisant les réclamations fiscales que si la taxe n’a pas été perçue équitablement. Cette disposition comprend des erreurs d’écriture ou une qualification incorrecte du risque ou de la portée du contrat d’assurance sur la base des informations disponibles lors de la rédaction de la police.Par exemple, si l’assureur a surfacturé par erreur le preneur d’assurance et que celui-ci a payé l’impôt en trop. Dans de tels cas, l’IPT payé en trop peut être déduit des obligations fiscales découlant de la même période de déclaration, c’est-à-dire de l’année civile.

Pénalités et intérêts

L’Italie est connue pour son application stricte des lois et son régime de sanctions sévères – jusqu’à 400% des obligations fiscales dues. De plus, les pénalités et les intérêts de retard sont sensibles au facteur temps et sont calculés quotidiennement. De plus, les pénalités et les intérêts sont payables en plus des obligations fiscales.Compte tenu de ses normes de déclaration uniques, nous recommandons que les assureurs qui souscrivent des activités en Italie connaissent les subtilités et les exigences de cette juridiction. Cela les aidera à maintenir la conformité et à éviter les erreurs coûteuses qui pourraient prendre beaucoup de temps à résoudre.

Passez à l’action

Chez Sovos, nos spécialistes IPT expérimentés peuvent aider votre entreprise à assurer sa conformité IPT en Italie.

La mise à jour la plus récente du système portugais de droit de timbre a inclus certains des changements les plus complets en matière de déclaration fiscale observés ces dernières années. Le droit de timbre est la plus ancienne taxe au Portugal et existe depuis le décret royal de 1660. Compte tenu de son âge, des mises à jour pour l’aligner sur la norme mondiale de déclaration fiscale étaient indispensables. Bien que les taux d’imposition au Portugal soient demeurés inchangés, le processus de déclaration visant à incorporer les passifs provinciaux dans une seule déclaration a été grandement apprécié.

Informations requises

Les informations supplémentaires que les assureurs sont tenus de collecter, de divulguer et de soumettre dans leur déclaration de droit de timbre sont les suivantes:

Impacts négatifs de ces changements

Il est important de noter que la possibilité de compenser les impôts relatifs aux périodes précédentes a été révoquée par le décret-loi no. 119/2019, qui a permis aux assureurs de déclarer des montants d’impôt réduits pour les passifs payés en trop. Les modifications apportées à la procédure de déclaration permettent aux entreprises de modifier les périodes précédentes par le biais de leur système interne. Par conséquent, cela permet de procéder à des ajustements de périodes antérieures et de récupérer des engagements surdéclarés directement auprès de l’administration fiscale portugaise. Nous croyons comprendre que les réclamations seront remboursées au client deux mois après la présentation d’une déclaration modifiée.

Comment Sovos peut-il aider avec le reporting?

Sovos a développé une relation unique avec l’administration fiscale portugaise, permettant un reporting complet entre les systèmes Sovos et l’API portugaise. La procédure de reporting peut confirmer les ID validés pour faciliter la validation et la création de rapports sur les données. Ce processus collaboratif a permis à Sovos de fournir à ses clients un processus de soumission plus fluide et plus fluide pour la déclaration des droits de timbre.

Passez à l’action

Pour en savoir plus sur le droit de timbre du Portugal et son impact sur votre conformité IPT, contactez notre équipe d’experts.Apprenez-en davantage sur les derniers taux, règles et règlements en matière de taxe sur les primes d’assurance dans notre livre électronique, Conformité IPT – Guide à l’intention des assureurs.

Il existe de nombreuses taxes (IPT) et taxes parafiscales prélevées sur les primes d’assurance dans toute l’Europe. En raison de l’absence d’harmonisation fiscale, aucune règle générale ne peut être appliquée pour déterminer quelles taxes existent dans quels pays et comment calculer les montants ipT corrects.

Certains assureurs n’ont pas d’équipe IPT dédiée; c’est généralement le cas avec les petits assureurs. Cela pourrait conduire à une erreur de calcul IPT et déclencher des pénalités. Sans les connaissances appropriées et à jour, il est facile de se perdre dans les règles et règlements.

Le blog suivant donne un aperçu des méthodes de calcul de l’impôt en mettant en évidence certains éléments uniques du calcul de l’IPT.

Méthodes de calcul de l’impôt

Il existe deux méthodes de calcul fiscal de base dans le monde européen de l’IPT

  1. Pourcentage de la prime
  2. Montants fixes

Dans un premier temps, il y a un taux d’imposition. Par exemple, en Bulgarie (2%), les entreprises peuvent facilement déterminer le montant de l’impôt en multipliant la base imposable par ce taux d’imposition. Heureusement, plusieurs calculs IPT sont basés sur ce modèle de taux dit de base.

Alors que dans le second cas, les réglementations locales déterminent le montant de la taxe qui doit être réglé sur les polices d’assurance. Le droit de timbre irlandais peut être cité à titre d’exemple.

On peut dire que ce n’est pas sorcier. De plus, c’est facile. Ces modèles de calcul ne sont que les bases. Les règlements IPT sont construits sur ces modèles de base en ajoutant plusieurs règles spécifiques rendant les calculs IPT assez complexes. Voici quelques exemples de ces règles spécifiques :

Calcul de l’impôt inversé

Pour ajouter de la couleur à ce sujet, nous pouvons mentionner que l’inversion d’une ligne de politique dans le calcul n’entraîne pas toujours le même montant d’impôt dans une position négative. Le meilleur exemple est Malte, où le même montant de droit de timbre n’est pas remboursé lorsque la police est annulée après la période de réflexion. Au lieu de récupérer le même droit de timbre payé, un droit de timbre supplémentaire de 2,33 euros est déclenché si certaines conditions sont remplies.

Bien qu’il s’agisse d’un règlement unique, il souligne que lorsqu’il s’agit d’inverser une ligne de politique, il est fortement recommandé de vérifier les règles au préalable et de clarifier si l’IPT négatif peut ou non être compensé ou récupéré et d’ajuster la méthode de calcul en conséquence.

Passez à l’action

Le calcul de l’IPT nécessite une connaissance détaillée des règles et règlements. Sovos dispose d’une équipe dédiée d’experts en conformité pour vous guider à travers les calculs les plus difficiles. Contactez notre équipe dès aujourd’hui.

Meet the Expert est notre série de blogs où nous partageons plus d’informations sur l’équipe derrière nos logiciels innovants et nos services gérés.

En tant qu’organisation mondiale avec des experts en fiscalité indirecte dans toutes les régions, notre équipe dédiée est souvent la première à connaître les nouveaux changements réglementaires et les derniers développements sur les régimes fiscaux à travers le monde, afin de vous aider dans votre conformité fiscale.

Nous nous sommes entretenus avec Hooda Greig, responsable des services de conformité, sur les façons dont les assureurs peuvent rendre le processus de taxe sur les primes d’assurance (IPT) plus efficace.

Pouvez-vous me parler de votre rôle et de ce qu’il implique?

Je dirige une équipe IPT qui fournit des services de conformité en Europe. Je supervise la gestion quotidienne et la mise en œuvre de la conformité IPT pour un vaste portefeuille de clients mondiaux. Nous sommes le premier point de contact entre Sovos et nos clients. Mon objectif est de m’assurer que toutes les exigences fiscales pour les clients sont respectées, c’est-à-dire de produire et de payer leurs dettes dans les différents territoires dans lesquels ils sont enregistrés. Je travaille également en étroite collaboration avec d’autres départements de notre entreprise, en particulier notre équipe de consultants pour aider avec des aspects plus techniques de la conformité IPT.

Comment les assureurs peuvent-ils rendre le processus IPT plus efficace? Quels sont vos meilleurs conseils?

La modernisation du processus fiscal aidera les assureurs à fonctionner efficacement. De nombreux assureurs dépendent encore des méthodes de déclaration manuelles pour l’IPT. La gestion stratégique du processus de bout en bout est essentielle pour améliorer l’efficacité, en mettant l’accent sur la gestion des risques en investissant dans la numérisation. Les outils technologiques fiscaux simplifieront la conformité pour les assureurs, tout comme la collaboration avec des équipes fiscales ayant des connaissances spécialisées en matière de TPI au niveau local.

Mon meilleur conseil pour gérer les risques est l’utilisation de la technologie fiscale. Les autorités fiscales introduisent des exigences de déclaration plus exigeantes et la numérisation des processus de déclaration et de déclaration peut entraîner une efficacité, une précision et une réduction des coûts.

Quels sont certains des problèmes auxquels les assureurs sont confrontés avec IPT?

L’efficacité, la précision et les coûts liés à la mauvaise erreur sont des préoccupations pour les assureurs. Les conséquences de la non-conformité à l’IPT ne se limitent pas aux sanctions légales ou légales, les coûts indirects pour les assureurs sont souvent plus importants, le coût de la correction d’une erreur et de la non-conformité pourrait également avoir un impact sur la réputation de l’entreprise. Les autorités fiscales sont de plus en plus strictes dans leurs exigences de déclaration. Il est important que les assureurs travaillent en étroite collaboration avec une équipe de services gérés pour les aider à respecter toutes leurs obligations fiscales et en préparation des futures exigences en matière de TPI afin d’assurer la conformité actuelle et future.

Comment Sovos peut-il aider les assureurs à répondre à leurs exigences en matière d’IPT ?

Pour minimiser les risques, nous constatons qu’un nombre croissant d’assureurs se tournent vers des solutions technologiques pour changer leur mode de fonctionnement. La mission de Sovos est de résoudre la question de la fiscalité pour de bon et nous nous spécialisons dans la technologie fiscale et l’analyse de données avec des connaissances spécialisées au niveau local, en veillant à ce que les exigences de conformité des assureurs soient respectées. Il peut être difficile de se tenir au courant de tous les changements réglementaires, Sovos émet régulièrement des alertes fiscales, des bulletins d’information et organise des webinaires pour tenir les clients au courant des dernières mises à jour de l’IPT.

Passez à l’action

Vous avez des questions sur la conformité IPT ? Parlez à nos experts ou téléchargez notre e-book, Indirect Tax Rules for Insurance Across the World.

La France est connue pour son système de déclaration de l’impôt sur les primes d’assurance (IPT) difficile. Comprendre auprès des autorités fiscales auprès desquelles vous devez vous inscrire, déposer une déclaration et vous adresser lorsque vous avez des questions est essentiel pour respecter les obligations de conformité IPT de votre entreprise. Dans ce blog, nous identifions les autorités fiscales françaises de l’IPT et expliquons ce qui rend l’IPT si différente dans ce pays européen.

Autorités fiscales IPT en France

Il existe en France trois organismes fiscaux différents chargés de collecter l’IPT. Il s’agit du Service des Impôts des Entreprises (SIE), du Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de Dommages (FGaO) et de l’Union de Recouvrement des Cotisations de Sécurité Sociale et D’Allocations Familiales (URSSAF).

Traiter avec les autorités fiscales françaises peut être difficile, surtout lorsqu’une compagnie d’assurance obtient l’autorisation de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR).

Pourquoi la France est-elle un territoire difficile pour les compagnies d’assurance ?

  1. Enregistrement: Chaque compagnie d’assurance doit être enregistrée auprès des trois autorités fiscales, à commencer par le SIE, qui délivre un numéro d’identification fiscale (Numero SIRET). Une fois le numéro d’identification fiscale obtenu, l’assureur peut demander à être enregistré auprès de la FGaO si ses polices couvrent les risques des classes d’assurance 3 à 10. Dans les cas où le client vend des produits de maladie de classe d’assurance 2, l’enregistrement auprès de l’URSSAF est requis et un deuxième numéro d’identification fiscale est délivré.
  2. Emplacement du risque: En ce qui concerne l’emplacement du risque, le bureau continental est également responsable de la collecte de l’IPT pour certains territoires d’outre-mer, tandis que d’autres ont leurs propres bureaux des impôts.
  3. Processus de règlement fiscal et de déclaration :
  1. Un taux d’imposition différent est utilisé allant de 6,27% à 35% et une charge fixe différente de 5,90 € à 25,00 € selon le type de police d’assurance.
  2. L’annulation et les ajustements à mi-parcours sont autorisés. Le traitement diffère d’un bureau à l’autre.

Passez à l’action

Vous avez des questions sur la conformité IPT ? Parlez à nos experts ou téléchargez notre e-book, Indirect Tax Rules for Insurance Across the World.

Le paysage fiscal belge peut être difficile pour les assureurs s’ils ne connaissent pas bien les règles et les exigences en matière de conformité continue. La Belgique se classe comme l’un des pays les plus difficiles à traiter dans le domaine de la taxe sur les primes d’assurance (IPT) avec une pléthore d’impôts différents dus en fonction de la classe d’entreprise ainsi que des exigences de paiement anticipé IPT.

Il existe deux organismes fiscaux différents que les assureurs belges devraient connaître: le Service des finances publiques fédérales qui couvre l’IPT et l’Institut national de la santé et du handicap (INAMI) qui couvre une vaste gamme de frais parafiscaux.

IPT en Belgique

Le taux normal de l’IPT en Belgique est de 9,25% qui est dû sur le montant total payé par le preneur d’assurance pour obtenir une couverture, y compris les frais de tiers. Les risques liés aux marchandises en transit ainsi que les risques moteurs spécifiques sont soumis à un taux différent, tandis que certaines couvertures vie peuvent également avoir des taux variables.

Le point fiscal est la date qui déclenche l’impôt, et en Belgique pour tous les impôts, il est déclenché à la date d’échéance. Il s’agit formellement de la date contractuelle à laquelle le preneur d’assurance paie la prime à l’assureur.

Ce qui pose parfois problème aux assureurs, c’est l’existence et l’application du paiement anticipé belge. Le paiement anticipé est basé sur les chiffres ipT de la déclaration d’octobre et est dû au plus tard le 15 décembre.

Comme pour le paiement anticipé italien, le taux est de 100%, mais c’est là que les similitudes s’arrêtent. Initialement, le paiement anticipé ne pouvait être déduit que des engagements IPT dans la déclaration de décembre. Cependant, nous avons rencontré quelques problèmes lors de la réception d’argent de l’administration fiscale lorsque le passif de décembre dépassait le paiement anticipé, ce qui entraînait une réclamation due.

En 2021, un exercice a été entrepris en permettant aux assureurs de compenser tout paiement anticipé excédentaire non reçu au cours des quatre années précédentes par les passifs actuels d’IPT. En 2022, les assureurs ont pu utiliser le paiement anticipé jusqu’à la déclaration de mars, c’est-à-dire quatre périodes au total (décembre-mars), puis s’il reste un paiement anticipé, en théorie une réclamation devrait être reçue. Dans certaines circonstances, une exemption a été accordée pour ne pas payer le paiement anticipé. C’était souvent le cas des assureurs captives, où ils payaient leurs passifs uniquement en octobre sur une base annuelle et ne s’attendaient pas à d’autres passifs avant octobre suivant. Ces exonérations ont été négociées directement avec le bureau des impôts.

Afin d’alléger le fardeau des assureurs couvrant uniquement l’assurance-vie, cette couverture est exemptée du paiement anticipé IPT.

INAMI en Belgique

Il y a sept impôts différents couverts par INAMI, dont cinq sont dus mensuellement, ce sont:

Des taxes sont dues sur certains risques de responsabilité automobile et automobile en fonction de ce que le contrat couvre, à l’exception de l’incendie. Certaines polices d’assurance sont taxées avec un élément facturé à l’assuré et un élément facturé à l’assureur.

Le risque d’incendie est le parafiscal le plus courant que nous voyons de ce qui précède et il faut faire attention à son application. Contrairement à d’autres pays où le pourcentage d’élément incendie est largement déterminé par l’assureur et la portée du contrat, les risques d’incendie en Belgique doivent être répartis selon un taux fixe prédéterminé.

Les frais d’hospitalisation INAMI sont dus sur une base semestrielle pour « Maladie – Frais de pré et post-hospitalisation » au niveau individuel et collectif. Pour que les frais s’appliquent, l’assuré doit bénéficier des prestations de l’assurance maladie belge (non applicable aux médecins, dentistes, opticiens, etc.). Le taux applicable est de 10% sur la prime imposable, sauf si la prestation de l’assuré est inférieure à 12,39 EUR par jour, auquel cas une exemption de limite de minimis s’applique.

Enfin, nous avons le Fonds de sécurité pour les incendies et les explosions dû chaque année, qui est actuellement de 3% sur la prime imposable. Cela s’applique à l’assurance responsabilité civile obligatoire en cas d’incendie et d’explosion dans des locaux ouverts au public.

Naviguer dans les règles et les exigences en Belgique peut être exigeant même pour l’assureur le plus expérimenté. Sovos dispose d’une équipe dédiée d’experts en conformité pour vous guider à travers les problèmes les plus difficiles et vous assurer que vous êtes sur la bonne voie de conformité.

Passez à l’action

Contactez-nous sur les avantages qu’un fournisseur de services gérés peut offrir pour alléger votre fardeau de conformité IPT.

Assurer la conformité à la taxe sur les primes d’assurance (IPT) peut être une tâche complexe. Les taux d’imposition et les déclarations variant d’un pays à l’autre, de nombreuses organisations choisissent de travailler avec Sovos pour alléger leur charge de travail de conformité IPT et pour une tranquillité d’esprit fiscale.

Nous avons parlé à Neal Bazeley, superviseur de l’argent des clients, de la solution de Sovos pour les paiements conformes à l’IPT et des raisons pour lesquelles les clients apprécient ce service.

Qu’est-ce que l’argent client pour IPT?

Contrairement à d’autres fournisseurs de conformité IPT, pour nos clients, nous fournissons un point de terminaison simple pour régler les obligations fiscales internationales en un seul paiement. Grâce à notre réseau de filiales et de partenaires internationaux, nous pouvons payer des impôts dans plus de 30 pays.

En tant qu’équipe, nous sommes responsables des fonds des clients à partir du moment où ils sont crédités sur notre compte jusqu’au moment où les fonds arrivent au bureau des impôts respectif.

Nous avons actuellement des comptes bancaires dans 13 devises différentes avec notre principal fournisseur bancaire ici au Royaume-Uni. Nous offrons aux clients le choix de nous envoyer des fonds dans la devise des territoires dans lesquels ils ont des passifs ou d’envoyer tous les fonds combinés sur un seul compte et nous transférons en conséquence.

À l’aide de notre logiciel propriétaire, nous gérons les fonds qui nous sont envoyés et les répartissons sur chaque compte client en conséquence. Ce logiciel fonctionne avec Sovos IPT pour s’assurer que les fonds sont liés aux passifs. Lorsque les paiements sont dus, nous utilisons Sovos IPT pour générer le fichier de paiement nécessaire qui est téléchargé sur notre portail bancaire en ligne. Cela crée ensuite un paiement dans le format correct requis par les autorités fiscales respectives.

Au début de chaque mois, nous générons un relevé de compte pour tous les clients montrant les fonds et les paiements effectués au cours du mois précédent. Nous travaillons sans relâche pour nous assurer que chaque relevé est entièrement exact et reflète les transactions de la période.

Des problèmes peuvent survenir lorsque les clients envoient des fonds sans indication claire de l’entité à laquelle ils se rapportent ou lorsque les bureaux des impôts perçoivent les différences de paiement ou de remboursement sans communication. Nous sommes fiers de veiller à ce que ces problèmes soient traités au fur et à mesure qu’ils surviennent afin que nos clients puissent avoir confiance en sachant que leur déclaration est entièrement représentative du travail que nous faisons en leur nom.

Paiements IPT en Grèce, en Italie, au Portugal et en Espagne

Dans la plupart des cas, le gouvernement central est responsable de la fiscalité et des finances et acceptera tout mode de paiement, à condition qu’il soit complet et précis. Il y a cependant quelques exceptions. Nous maintenons des comptes en devises domiciliés en Grèce, en Italie, au Portugal et en Espagne, car ces territoires exigent que les paiements soient effectués à partir d’un compte local. L’Italie et l’Espagne présentent des défis car elles exigent que chaque paiement soit acheminé vers chaque commune ou région où l’impôt est dû. Pour compliquer encore les choses, ils ont des types de paiement spécifiques auxquels le profane n’a pas accès. Ces territoires sont des exceptions.

Paiements IPT transfrontaliers

Bien qu’il puisse sembler que les paiements transfrontaliers soient simples, ce n’est pas le cas. Il n’y a pas deux pays identiques, chaque territoire ayant son propre ensemble de règles et de règlements. Nous mettons constamment à jour nos processus pour nous adapter à tout changement qui se produit afin de nous assurer que nos clients restent conformes.

Le Brexit a changé notre façon de travailler en équipe. La législation a signifié que notre méthode préférée de paiement SWIFT est devenue prohibitive du jour au lendemain. Nous avons donc modifié nos délais de paiement pour tenir compte de ces changements. Nous avons réagi rapidement à l’évolution de la situation – sans préavis du changement – pour nous assurer que nous n’aurions pas à répercuter ces frais supplémentaires sur nos clients assureurs.

Associée au Brexit, la pandémie de coronavirus a forcé nos partenaires bancaires à commencer à mettre en œuvre des taux d’intérêt négatifs dans les devises où les banques centrales ont dû ajuster leurs taux pour contrer le ralentissement économique. En tant que grand fonds client, nous avons dû mettre en œuvre un système qui prédisait et rechargeait avec précision les frais en constante évolution encourus. En l’espace de quelques mois, nous avons dû revoir nos opérations pour nous assurer que les fonds étaient reçus et payés dans des délais stricts, évitant ainsi les frais d’intérêt négatifs sur les dépôts stagnants et laissant suffisamment de temps pour que les paiements soient traités avec précision.

Passez à l’action

Vous voulez en savoir plus sur la façon dont IPT Client Money peut alléger votre fardeau de conformité IPT? Contactez-nous.

Meet the Expert est notre série de blogs où nous partageons plus d’informations sur l’équipe derrière nos logiciels innovants et nos services gérés.

En tant qu’organisation mondiale avec des experts en fiscalité indirecte dans toutes les régions, notre équipe dédiée est souvent la première à connaître les nouveaux changements réglementaires et les derniers développements sur les régimes fiscaux à travers le monde, afin de vous aider dans votre conformité fiscale.

Nous nous sommes entretenus avec Rahul Lawlor, représentant principal des services de conformité – IPT, au sujet de ses meilleurs conseils de conformité pour les grands et les petits assureurs.

Pouvez-vous me parler de votre rôle et de ce qu’il implique?

Je suis représentant senior des services de conformité – IPT chez Sovos. J’ai rejoint l’entreprise il y a un peu plus de cinq ans et j’ai eu affaire à des assureurs de toutes tailles, des multinationales aux startups, domiciliés dans une pléthore de pays différents de l’UE et au-delà.

Je supervise les activités de conformité d’un portefeuille d’assureurs. Dans le cadre de mon équipe, il y a des associés et des représentants qui s’occupent davantage des données quotidiennes, que je supervise pour m’assurer que tout est sur la bonne voie. Les demandes de nos clients me sont transmises et j’approuve également les retours pour les clients ainsi que l’aide avec les rapports et les exigences annuelles.

Quelles sont les différences et les différentes exigences en matière d’IPT des grands et des petits assureurs?

En termes de règles et de règlements, il n’y a en grande partie aucune différence dans les exigences en matière de TPI pour les grands et les petits assureurs, à une exception près en Hongrie , où le taux de TPI appliqué est fondé sur le volume d’affaires.

Je dirais que la principale différence entre les grands et les petits assureurs est la façon dont ils abordent la conformité IPT. Les petits assureurs n’ont pas tendance à avoir des équipes fiscales dédiées – nous avons tendance à parler aux services financiers qui gèrent les factures et ont également été chargés de l’IPT. Lorsqu’ils produisent des IPT dans d’autres pays en dehors de leur domicile, les petits assureurs peuvent ne pas avoir la langue ou l’expertise fiscale requise pour produire des déclarations ou enregistrer des IPT. Alors que les grands assureurs ont des équipes spécialisées dans le monde entier qui traitent d’une variété de questions fiscales complexes.

Les petits assureurs ont tendance à avoir besoin de plus d’aide, nous les aidons tout au long du processus de conformité IPT du début à la fin, tandis que les grands assureurs comprennent largement IPT et viennent souvent nous poser des questions sur des exigences IPT plus complexes.

Quels sont vos meilleurs conseils IPT pour les petits assureurs?

Les petits assureurs utilisent encore souvent des systèmes hérités qui ont été conçus avant la révolution ipT lorsque les exigences n’étaient pas aussi étendues qu’elles le sont maintenant. Cela signifie que les informations et les données nécessaires aux soumissions IPT ne sont pas toujours collectées à la source et que nous remarquons parfois qu’il manque des éléments. Cela nécessite ensuite de retourner auprès des assurés pour récupérer les informations supplémentaires, ce qui peut entraîner des retards de soumission.

Le fait de ne pas disposer des informations requises pour les soumissions IPT peut amener certains pays à ne pas accepter les risques et à ne pas accepter les rapports. Le coût de la non-conformité l’emporte sur le coût de rester avec un système moins cher. La mise en place d’un nouveau système peut sembler une entreprise importante, mais à long terme, elle offre des avantages et minimise le risque d’atteinte à la réputation associé au fait de ne pas déposer de risques au nom des preneurs d’assurance.

Mon meilleur conseil pour les petits assureurs est de se renseigner sur l’IPT, surtout s’ils écrivent des risques dans des pays où les points d’imposition ne sont pas uniformes et pourraient poser des problèmes pour leurs systèmes. Le point d’imposition est la date qui déclenche l’impôt, mais il peut varier – souvent c’est de l’argent reçu, mais il peut s’agir d’une émission, d’une date écrite, d’une date d’échéance (la liste est longue).

Prévoyez toujours suffisamment de temps avant les dates limites de dépôt et de déclaration, en particulier lorsque vous pénétrez de nouveaux marchés. Nous avons aidé de nombreux assureurs avec les exigences d’enregistrement et d’IPT pour éviter toute surprise.

Quels sont vos meilleurs conseils IPT pour les grands assureurs?

Ne vous reposez pas sur vos lauriers. Les grands assureurs sont plus expérimentés avec l’IPT, mais lorsqu’il y a des changements en gros, les détails peuvent parfois être manqués ou mal compris. Assurez-vous d’élargir vos horizons et de toujours apprendre. Lorsque des changements sont nécessaires, par exemple lorsque le Portugal est passé du retour au dépôt transactionnel ou lorsque l’Espagne a annoncé un changement de taux, il est important de comprendre l’effet que cela aura sur les systèmes et, par conséquent, sur la soumission.

N’ayez pas peur de demander de l’aide au-delà de votre équipe. Chez Sovos, nous traitons avec un large éventail d’assureurs et avons une riche expérience, nous avons donc très probablement aidé avec une requête similaire et notre équipe d’experts est à jour avec les dernières exigences IPT.

N’ayez pas peur de tendre la main et d’obtenir un deuxième avis si vous n’êtes pas sûr, nous pouvons vous guider.

Avez-vous des conseils sur la conformité IPT pour tous les assureurs, quelle que soit leur taille?

La préparation et l’éducation sont essentielles! Il existe diverses parties prenantes dans la chaîne d’approvisionnement des données, et il est important que tout le monde comprenne uniformément les exigences nécessaires à la conformité continue.

Comment Sovos peut-il aider les grands et les petits assureurs ?

Pour les petits assureurs qui utilisent encore des systèmes hérités, le logiciel IPT Determination de Sovos peut s’intégrer aux systèmes existants pour s’assurer que les détails pertinents sont saisis. Nous avons aidé de nombreux petits assureurs avec les enregistrements IPT, en aidant au processus depuis l’étape de la préparation, en soumettant des documents au nom d’un client et en les conseillant une fois l’enregistrement terminé. Vous pouvez vous appuyer sur notre expertise pour vous faire gagner du temps et vous permettre de vous concentrer sur votre entreprise.

La mise en œuvre du logiciel IPT Determination de Sovos ne se limite pas aux petits assureurs. Pour les grands assureurs, nous proposons également une solution de bout en bout. De plus, notre cabinet de conseil IPT est à votre disposition pour vous conseiller sur des questions fiscales complexes, afin de vous donner confiance dans la prise de décision de haut niveau.

Nous entretenons des relations étroites avec les autorités fiscales et nous avons des représentants et des associés locaux dans des pays du monde entier qui peuvent nous aider, nous et nos clients, avec les questions et les exigences les plus complexes en matière d’IPT.

Passez à l’action

Vous avez des questions sur la conformité IPT ? Parlez à nos experts ou téléchargez notre livre électronique, Indirect Tax Rules for Insurance Across the World.

La Croatie prélève actuellement une taxe sur les primes d’assurance (IPT) sur les assurances souscrites dans le cadre de la liberté de services (FoS). L’IPT en Croatie ne s’applique qu’à des catégories d’affaires spécifiques, telles que les assurances automobile et incendie. Les deux taxes, la taxe sur les primes d’assurance automobile (IPT) et la contribution des pompiers (FBC), sont calculées sur la prime de la police d’assurance facturée à l’assuré. L’assureur est responsable de toutes les taxes.

Taxe sur les primes d’assurance automobile

Deux taux de taxe IPT différents sont actuellement en vigueur pour l’assurance automobile en Croatie : .

La taxe sur les véhicules à moteur IPT est une taxe supportée par l’assuré qui doit être déclarée mensuellement et payable dans les 15 jours suivant la fin du mois. Le point d’imposition pour ce type d’IPT est fixé à la date de la signature de la police , et les entreprises doivent effectuer le paiement en monnaie locale : Kuna croate (HRK). Le taux de change pour ces paiements doit être fixé au taux publié le dernier jour ouvrable par la Banque nationale croate .

Il est important de se rappeler que deux séries de déclarations différentes doivent être soumises pour chaque risque de m otor i nsurance covered . De même, les entreprises doivent effectuer le paiement sous le numéro de référence correspondant correct selon le risque d’assurance associé .

Croate Moteur IPT r es exigences :

À l’heure actuelle, il n’y a aucune obligation de soumettre une déclaration IPT pour moteur lorsqu’aucune taxe n’a été payée pour la période de déclaration (NIL).  La marge de paiement en cas de retard est généralement de 12% communiquée par le bureau régional des impôts de Zagreb (Porezna Uprava).    Le rapport annuel motor IPT doit être soumis le 31 janvier suivant la fin de la déclaration.   

IPT croate : Couverture des incendies

La taxe sur la contribution des pompiers (FBC) est prélevée sur le paiement des primes pour les contrats d’assurance conclus en Croatie. Le law local sur Fire Prevention et Firefighting exige que les compagnies d’assurance couvrant un risque d’incendie contribuent à hauteur de 5% de la prime d’assurance incendie. La contribution de 5 % devrait être répartie sur l’élément de risque d’incendie de la police d’assurance.  

Le FBC est un impôt payé par l’assureur qui doit être déclaré trimestriellement et payable dans les 30 jours suivant la fin du trimestre. Le point fiscal pour ce type d’IPT est la date à laquelle le paiement est effectué, et les entreprises doivent effectuer le paiement en kuna croate à l’Association croate de lutte contre les incendies (Hrvatska Vatrogasna Zajednica). Les entreprises ne sont pas tenues de soumettre des déclarations NIL.   La répartition FBC est la suivante :

L’assureur est responsable de toutes les taxes. Si l’assureur ne déclare pas et ne verse pas les impôts , l’autorité compétente peut imposer une amende et entreprendre une évaluation de l’impôt.

Passez à l’action

Parlez à nos experts en matière de TPI des exigences de la Croatie en matière de TPI et tenez-vous au courant des règles européennes de TPI en constante évolution en nous suivant sur LinkedIn et Twitter.

La taxe sur les primes d’assurance (IPT) sur Luxembourg est passée à la déclaration en ligne à partir de la déclaration du premier trimestre 2021. Parallèlement, ils ont également modifié la date limite de l’autorité au 15 du mois suivant le trimestre. Ce changement a provoqué quelques bouleversements car de nombreuses compagnies d’assurance extrayaient déjà des données des systèmes de souscription, examinaient les informations (parfois manuellement) et s’assuraient que les déclarations seraient correctes pour d’autres territoires également soumis le 15.

Les administrations fiscales européennes se mettent au numérique

Le Luxembourg n’a pas été le premier ni le dernier territoire à passer à une plateforme en ligne. L’Allemagne et l’Irlande ont suivi moins d’un an après la mise en œuvre par le Luxembourg. En revanche, les autorités françaises ont reporté la mise en œuvre de leur processus de déclaration en ligne à 2023. En outre, de plus en plus d’autorités fiscales exigent la création de comptes pour le prélèvement automatique plutôt que les habituels paiements SEPA ou prioritaires effectués avec des références spécifiques.

Pourquoi la déclaration d’impôts se fait-elle en ligne ?

On comprend bien pourquoi les autorités fiscales se tournent vers les plateformes en ligne. Un processus de déclaration numérique est plus facile et plus efficace pour des milliers de déclarations provenant de sources diverses. De plus, la déclaration en ligne donne aux autorités fiscales une plus grande visibilité, ce qui signifie qu’elles ont plus de possibilités d’analyse. Ce qui nous intrigue, c’est de savoir pourquoi tant d’administrations fiscales choisissent de fixer leur date limite le 15 ou autour de cette date. Cette date limite ne laisse qu’un court laps de temps aux compagnies d’assurance pour clôturer le mois, extraire les données et faire les déclarations.

Modifications de l’IPT au Luxembourg

En dehors de ces mises à jour, le Luxembourg n’a pas mis en œuvre beaucoup de changements dans le passé, concernant la TPI. Le plus récent dont nous pouvons nous souvenir est l’introduction de la taxe pour les services de secours sur les polices de classe 10 à moteur, qui est entrée en vigueur le 1er octobre 2016. Les taux d’imposition étant relativement bas par rapport à d’autres territoires, il est tout à fait plausible que nous puissions assister à une future augmentation.

L’IPT est une taxe de niche qui n’est pas toujours au premier plan du radar des entreprises. Ce n’est que lorsque nous avons commencé à examiner le processus réel de dépôt des déclarations en ligne que nous avons réalisé que le processus est une adaptation de ce qui est utilisé pour la TVA et d’autres taxes ou conçu autour des assureurs nationaux plutôt que de la liberté de services. C’est du moins ce qu’il semble pour le Luxembourg.

Au cours de l’année écoulée, nous avons constaté que le système de déclaration en ligne est devenu plus rapide et plus facile à naviguer, les délais entre l’authentification d’une déclaration prenant quelques secondes plutôt que quelques minutes. La déclaration est toujours similaire à ce qui était soumis sur le formulaire papier, en décomposant les responsabilités par classe d’affaires, en entrant les primes et ensuite une application automatique du taux de pourcentage.

Est-ce la fin du passage des territoires à une solution de déclaration en ligne ? Probablement pas. Les autorités fiscales vont-elles continuer à numériser la TIP pour l’aligner sur la plupart des autres déclarations fiscales ? Nous le pensons.

Passez à l’action

Vous avez besoin de comprendre les exigences du Luxembourg en matière d’IPT ? Contactez nos experts à l’adresse et tenez-vous au courant de l’évolution constante des règles européennes en matière de TPI en nous suivant sur LinkedIn et Twitter.

Meet the Expert est notre série de blogs où nous partageons plus d’informations sur l’équipe qui se cache derrière nos logiciels innovants et nos services gérés.

En tant qu’organisation mondiale disposant d’experts en fiscalité indirecte dans toutes les régions, notre équipe dédiée est souvent la première à être informée des nouveaux changements réglementaires et des dernières évolutions des régimes fiscaux à travers le monde, afin de vous aider dans votre conformité fiscale.

Nous nous sommes entretenus avec Russell Brown, senior IPT consulting manager, à propos de la consultance IPT de Sovos, du soutien aux équipes fiscales et de ses réflexions sur l’avenir de l’IPT.

Pouvez-vous me parler de votre rôle et de ce qu’il implique ?

Je suis à la tête du service de conseil en matière de taxe sur les primes d’assurance (IPT) au sein de Sovos. Nous sommes chargés de fournir des conseils, principalement aux clients de conformité, sur les questions fiscales relatives aux différents types d’assurance qu’ils souscrivent dans les pays de l’UE et hors de l’UE. Nous fournissons des éclaircissements sur les taux d’imposition applicables et les exigences de conformité dans divers pays, ainsi que sur la localisation des questions relatives aux risques.

L’une de mes principales responsabilités consiste à examiner et à approuver les rapports rédigés par les consultants de l’équipe. J’assiste également notre équipe de vente auprès des clients désireux de s’inscrire à l’IPT dans différents pays. Cela implique de discuter de l’assurance du client et des pays concernés et d’aider à l’intégration de nouveaux clients. Je participe également à la rédaction de blogs et d’articles réguliers sur l’IPT portant sur une variété de sujets, ainsi qu’à des webinaires et à d’autres événements organisés pour les clients, au cours desquels nous discutons d’un large éventail de questions relatives à l’IPT dans le monde entier.

Nous aidons également l’équipe des services gérés de conformité à répondre à toutes les questions de leurs clients qui ont besoin d’aide. Il peut s’agir de références législatives ou d’une simple confirmation des taux d’imposition.

Pouvez-vous nous parler de la consultance IPT de Sovos et des projets typiques auxquels vous participez ?

La réponse courte est que nous aidons les assureurs à répondre à leurs questions sur la conformité à la TPI, mais cela peut varier d’un projet à l’autre.

Un projet typique pour l’équipe de consultants serait qu’un client nous contacte et nous dise :  » Nous envisageons de souscrire ce type de police d’assurance dans 10 pays. Pourriez-vous nous dire quelles sont les taxes et les taux d’imposition applicables, qui supporte le coût de ces taxes et comment elles sont calculées. Pourriez-vous également nous donner des conseils sur les exigences de conformité dans chaque pays ? Il peut s’agir de pays membres ou non de l’UE.

Un autre projet courant consiste à examiner les polices d’assurance et à confirmer le type d’assurance pour s’assurer qu’elle est taxée correctement ou à examiner la localisation du risque pour un type d’assurance. Cela implique l’analyse d’un échantillon de police du client pour confirmer le risque assurable afin que les règles correctes soient appliquées pour la taxation dans les pays concernés.

Les clients de Sovos dans le domaine de la TPI ont tendance à s’occuper d’assurance non-vie ; on nous demande souvent d’examiner des polices d’assurance de biens ou des risques de responsabilité civile. L’Espagne, la France, le Portugal et la Belgique sont les pays sur lesquels nous sommes le plus interrogés en raison de la complexité de leurs régimes de TIP et de taxes parafiscales et de leurs différents taux.

On nous pose également des questions sur les assurances non admises. Par exemple, si une compagnie souscrit des assurances mais n’est pas agréée dans ce pays, elle peut avoir des questions sur la façon dont les taxes sont calculées, qui est responsable des taxes, qui doit régler les taxes, etc. Ces questions sont généralement posées par des assureurs de pays non membres de l’EEE qui souscrivent des polices dans les pays de l’EEE.

Les courtiers sont un autre type de clients avec lesquels nous traitons, ou dans le cadre de discussions avec les assureurs lorsqu’il s’agit de savoir qui est responsable du règlement des taxes sur les primes. Dans ce cas, nous sommes en mesure de conseiller à la fois l’assureur et le courtier.

Où les équipes fiscales ont-elles besoin de soutien et comment Sovos peut-elle les aider ?

Les équipes fiscales veulent avoir la certitude qu’elles facturent les taxes correctes et qu’elles règlent ces taxes avec les autorités des pays concernés. C’est là que nous intervenons, en fournissant des conseils et des rapports. Nos clients nous ont fait savoir que les rapports étaient particulièrement utiles pour montrer aux hauts responsables que la conformité fiscale est respectée. Les rapports sont également un document important à conserver dans le dossier, qui démontre qu’un problème a été identifié et que des conseils externes ont été donnés. Il est important que les cadres supérieurs ainsi que les auditeurs internes et externes aient connaissance de cette activité. Si une équipe fiscale se voit poser des questions par les autorités fiscales, elle peut fournir des preuves.

Nous avons tendance à travailler avec les équipes fiscales lors des phases de planification, lorsqu’une organisation souhaite identifier à l’avance tout problème fiscal potentiel afin de garantir que les systèmes sont mis à jour et conformes dès le premier jour.

Que pensez-vous du paysage de l’IPT et de l’avenir de l’IPT ?

J’ai quelques réflexions à formuler.

La première concerne les lois allemandes sur la TIP. Lorsque le pays a modifié sa loi sur le TPI à la fin de 2020, l’autorité a étendu le champ des personnes potentiellement imposables au titre du TPI allemand. On a pensé que d’autres pays européens pourraient essayer de faire de même, les Pays-Bas étant un bon exemple où la législation actuelle le permet potentiellement dans certaines circonstances. Mais comme l’application de la loi allemande n’a pas été des plus réussies, on a le sentiment qu’il est peu probable que d’autres pays suivent cette voie pour le moment.

Il y a aussi la question de savoir si oui ou non la TIP sera supprimée au Royaume-Uni et remplacée par la TVA. Le gouvernement est en train de lancer une consultation sur la TVA dans le domaine des services financiers, et il est probable que cette proposition sera incluse dans les discussions entre le HMT, le HMRC et le marché de l’assurance, y compris les assureurs et les courtiers. Cette consultation durera probablement deux ans, nous ne connaîtrons donc pas les résultats avant un certain temps, et il est possible que toute décision sur ce point soit retardée par le calendrier des prochaines élections générales.

Il y a aussi toujours la discussion sur la numérisation du TPI. Il n’y a pas eu beaucoup de mouvement sur ce sujet récemment. L’Irlande est en cours de numérisation et la France devait suivre l’exemple mais a reporté à l’année prochaine. Nous aidons d’ores et déjà nos clients à se doter de la capacité de déposer des IPT en ligne lorsque cela deviendra une obligation.

Passez à l’action

Vous avez besoin d’aide pour vous conformer aux règles de la TIP ? Contactez nos experts à l’adresse ou téléchargez notre livre électronique, Indirect Tax Rules for Insurance Across the World.

La sphère de la taxe sur les primes d’assurance (IPT) est généralement en retard par rapport aux autres taxes en ce qui concerne la déclaration numérique. Jusqu’à récemment, dans plusieurs pays de l’Union européenne (UE), les déclarations papier devaient encore être envoyées physiquement à l’autorité fiscale compétente. Cette pratique subsiste dans certains cas. Cependant, certains pays ont récemment connu des développements significatifs en matière de numérisation de la TIP. Nous profitons de cette occasion pour en faire un résumé.

France

Les déclarations de TPI devaient être mises en ligne à partir de la déclaration de janvier 2022 soumise en février 2022, mais cette date a été reportée à janvier 2023 avec peu de préavis. Étant donné que de nombreux assureurs sont déjà configurés pour les déclarations en ligne, nous demandons à l’administration fiscale de nous préciser s’il sera possible d’effectuer des déclarations en ligne sur une base volontaire avant la nouvelle échéance.

ALLEMAGNE

Bien que la possibilité d’effectuer des dépôts en ligne de la TPI et de la taxe sur les pompiers (FBT) ait été précédemment offerte aux assureurs qui le souhaitaient, le dépôt en ligne est devenu obligatoire pour toutes les déclarations effectuées à partir du 1er janvier 2022, quelle que soit la période déposée. Cette exigence signifie que les déclarations papier ne sont plus acceptées comme des soumissions valides et ne seront pas prises en compte par l’autorité fiscale.

IRLANDE

Comme confirmé précédemment sur, le régime irlandais de taxation des primes, qui comprend la taxe gouvernementale, les contributions au fonds de compensation des assurances et le droit de timbre, sera transféré sur le Revenue Online Service (ROS) de l’autorité. La première déclaration pour laquelle il sera obligatoire d’utiliser le ROS est la période Q1 2022, avec une date limite fixée au 25 avril 2022. Nous comprenons que l’autorité fiscale consolidera ces taxes en une seule déclaration de revenus.

Bon nombre de nos clients savent que nous sommes en train de les installer sur le ROS afin de nous assurer qu’ils peuvent remplir leurs déclarations de manière conforme en tenant compte de cette échéance.

SLOVÉNIE

De nombreux assureurs ont reçu vers la fin de l’année 2021 une correspondance de l’administration fiscale slovène concernant l’utilisation de son portail eDavki . En l’état actuel des choses, l’autorité a confirmé qu’il n’est pas obligatoire d’utiliser ce portail pour soumettre les déclarations IPT et FBT. Toutefois, il peut être utilisé pour contacter chaque assureur si nécessaire. Néanmoins, la diffusion de cette correspondance par l’autorité pourrait indiquer qu’elle pourrait devenir obligatoire pour les soumissions à l’avenir, d’autant plus qu’il est déjà obligatoire de déclarer d’autres taxes de cette manière. Comme pour tous les changements prévisibles susceptibles d’affecter la conformité à la TPI, il s’agit d’un élément que nous surveillerons à l’avenir.

Passez à l’action

Contactez notre équipe d’experts pour découvrir comment votre entreprise peut bénéficier d’une offre IPT complète de bout en bout.

Avec un nouveau mois vient un autre rapport à rendre dans le domaine de la taxe sur les primes d’assurance (TPA). Les compagnies d’assurance couvrant des risques en Grèce doivent déclarer leurs polices d’assurance déclenchées en 2021 sous la forme du rapport annuel grec. Ce rapport doit être remis avant le 31 mars 2022.

. Remontons dans le temps, fin 2019, ce rapport a vu le jour après avoir été ratifié par une loi publiée en 2016. À l’époque, en raison du retard dans la mise en œuvre, le rapport a été antidaté, et les assureurs ont dû relever le défi de soumettre les détails du niveau transactionnel pour la période 2016-2018 dans un court laps de temps.

Il y avait cependant un précédent pour un changement aussi radical. Et ceux qui ont connu ce changement avec la soumission du Consorcio de Compensacion de Seguros espagnol auraient eu une impression de déjà vu avec ce développement. De même, certains assureurs peuvent rencontrer des problèmes trop familiers avec le changement de soumission du droit de timbre portugais .

Au départ, le marché a eu du mal avec le rapport annuel grec en raison du niveau de détails requis. En particulier, le numéro d’enregistrement de la TVA ou de l’impôt n’était souvent pas collecté auprès de l’assuré. De plus, les systèmes existants étant toujours utilisés, certains des autres détails du rapport n’étaient pas facilement disponibles. Dans de nombreux cas, cela signifiait pour l’assureur un processus laborieux et souvent chronophage consistant à retourner chez l’assuré pour recueillir ces informations.

Rapport annuel grec sur le TPI

Qu’en est-il du rapport lui-même ? Le rapport annuel grec est une déclaration de niveau transactionnel sur excel, qui nécessite que les détails suivants soient remplis :

Le taux standard d’IPT en Grèce est actuellement de 15%, le taux de 20% étant réservé aux risques couvrant l’incendie. Lorsqu’il existe une police multirisque couvrant les deux taux, les primes doivent être réparties sur la base de chaque taux et donc divisées en deux lignes différentes.

Heureusement, les primes exonérées ne sont pas exigées sur le rapport, ce qui allège quelque peu la charge.

Mais qu’en est-il des cas où il n’est tout simplement pas possible de collecter ces informations ? C’est un problème que nous avons rencontré chez certains de nos clients de la TPI, qui ont soumis des rapports incomplets. Jusqu’à présent, l’administration fiscale ne nous a pas reproché l’omission de certains détails, mais nous ne pouvons pas garantir que ce sera toujours le cas.

Alléger la douleur de la déclaration des TPI en Grèce

La préparation est essentielle. Et l’éducation est essentielle. Le rapport annuel est là pour rester, l’assureur doit donc se préparer bien à l’avance à ce que de tels détails soient requis et il doit s’efforcer de recueillir ces informations de manière continue plutôt qu’au dernier moment. Dans certains cas, une mise à jour du logiciel sera nécessaire car les systèmes actuels n’ont peut-être pas la capacité de saisir les données requises. En outre, toutes les parties concernées de la chaîne d’approvisionnement en données devraient être sensibilisées à l’importance de la collecte de ces détails. Nous pensons que de plus en plus de pays mettront en œuvre des rapports transactionnels dans les années à venir, il serait donc prudent de mettre en place certains contrôles dès maintenant, afin de se préparer et d’alléger la charge plus tard.

Le monde de la conformité IPT étant très fragmenté selon les territoires, se tenir au courant des changements dans les exigences de déclaration peut être un défi. Notre équipe d’experts peut vous guider dans les détails et vous assurer que vous êtes sur la bonne voie en matière de conformité.

Passez à l’action

Vous avez besoin d’aide pour respecter les exigences en matière de TPI en Grèce ? Contactez pour en savoir plus sur les avantages qu’un fournisseur de services gérés peut offrir pour alléger votre charge de conformité à la TPI.

Les exigences en matière de rapports annuels varient d’un pays à l’autre, ce qui complique la collecte des données nécessaires pour assurer la conformité des assureurs transfrontaliers.

L’Italie a de nombreuses normes uniques en matière de rapports et est connue pour sa bureaucratie dans le milieu des affaires internationales. Les rapports annuels de l’Italie sont différents en raison du niveau de détail requis. Le rapport supplémentaire en Italie exige une liste détaillée des polices et des détails, y compris les dates d’entrée en vigueur et d’expiration, les dates d’encaissement, les noms des assurés, leurs adresses, les codes fiscaux et les valeurs des primes. Cela fait du rapport annuel une entreprise importante.

Rapport sur les contrats et les primes – à remettre avant le 16 mars de chaque année pour l’année civile précédente.

La législation et la réglementation italiennes imposent aux compagnies d’assurance exerçant une activité en Italie de soumettre des rapports annuels dans le but de recueillir des informations qui facilitent le contrôle des activités des contribuables par les autorités fiscales.

Ces rapports doivent énumérer tous les contrats d’assurance en place au cours de l’année concernée avec un preneur d’assurance (personne physique ou morale) soumis aux impôts italiens. Les polices couvrant la responsabilité, l’assistance et tous les risques souscrits à titre accessoire à une police de responsabilité ou d’assistance sous-jacente ne doivent pas être inclus dans le rapport.

S’il n’y avait pas de contrats en place au cours de l’année civile précédente, il n’est pas nécessaire de soumettre un rapport Nil.

Rapport de sinistres – à remettre avant le 30 avril de chaque année pour l’année civile précédente

Les paiements de sinistres effectués au cours de l’année précédente en faveur de bénéficiaires (personnes physiques ou morales) possédant un code fiscal italien doivent être déclarés aux autorités fiscales italiennes avant la fin du mois d’avril.

Les détails requis dans le rapport comprennent :

S’il n’y a pas de sinistres à déclarer pour l’année précédente, les rapports Nil ne sont pas nécessaires.

Rapport sur les véhicules à moteur – partie de la déclaration annuelle de la TIP due au 31 mai de chaque année pour l’année civile précédente

En tant que partie intégrante de la déclaration annuelle de la taxe sur les primes d’assurance (TIP) due à la fin du mois de mai, les compagnies d’assurance qui souscrivent une assurance obligatoire de responsabilité civile automobile doivent déclarer le montant de la TIP payée l’année précédente à chacune des provinces italiennes. Les détails requis comprennent le numéro de police de la province, le code fiscal, le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule, la prime, le taux de la TPI et la TPI.

Pourquoi il est vital de planifier à l’avance la saison de déclaration

La déclaration supplémentaire en Italie exige que certains éléments soient présents avant la soumission. Pour soumettre le rapport sur les contrats et les primes, une compagnie d’assurance doit :

De nombreuses compagnies d’assurance travaillent avec des tiers, et les informations sur les polices qu’ils rassemblent ne comprennent pas toujours tous les détails requis. Des données incomplètes et incorrectes empêchent la soumission des rapports annuels et peuvent entraîner des amendes coûteuses et des atteintes à la réputation.

Naviguer dans les rapports annuels en plus des rapports mensuels et trimestriels réguliers peut sembler accablant. Plus on peut se préparer à l’avance, plus le processus de reporting est facile. Comprendre les exigences spécifiques de l’Italie en matière de rapports annuels permettra aux assureurs de rester conformes et d’éviter tout retard ou toute correction inutile.

Passez à l’action

Vous souhaitez vous assurer de la conformité avec les dernières réglementations en vigueur en Italie ? Contactez nos experts fiscaux à l’adresse pour plus d’informations.