C’est une bonne année pour être un leader informatique. Après beaucoup trop d’années où l’expression « faire plus avec moins » était le mantra de la plupart des organisations en matière de dépenses technologiques, les choses s’améliorent enfin.

Selon le cabinet d’études Gartner, les dépenses informatiques atteindront environ 4,5 billions de dollars en 2022. Cela représente une augmentation de 5,1 % par rapport à 2021 et constitue un coup de pouce bien nécessaire pour les entreprises qui ont besoin de mises à jour technologiques qui ont peut-être été mises en veilleuse en raison de la pandémie de COVID-19.

Les services informatiques sont également désireux de passer du simple maintien des choses à flot à des projets à plus long terme qui soutiendront stratégiquement et avec succès l’avenir du travail. Cette affirmation est étayée par les chiffres fournis par la société de solutions de gestion informatique Flexera dans son rapport sur l’état des dépenses technologiques.

Lorsqu’on leur a demandé où les budgets étaient alloués cette année, 54% des personnes interrogées s’attendaient à une augmentation des investissements et des ressources à appliquer à la technologie qui facilite et rend plus transparent le travail à domicile pour les employés. Par ailleurs, 42 % des personnes interrogées ont déclaré une nouvelle volonté de passer au cloud pour faire face aux réalités d’un monde post-pandémique. Les participants à cette enquête étaient tous des cadres supérieurs et des cadres supérieurs en TI ayant une connaissance approfondie des budgets informatiques globaux de leur organisation, qui ont pesé sur ce à quoi s’attendre dans l’année à venir.

Ces résultats montrent le niveau d’importance que les entreprises accordent aux environnements de travail hybrides et flexibles. La probabilité que le travail à domicile, au moins dans une certaine mesure, soit là pour rester a incité les services informatiques à repenser leurs stratégies pour être prêts à relever tous les défis qui pourraient survenir.

Le gouvernement pourrait-il s’y opposer?

Les stratégies définies par les services informatiques sont saines et conformes au monde dans lequel nous existons aujourd’hui. Cependant, il y a une autre force post-pandémique à l’œuvre qui pourrait faire dérailler les plans les mieux conçus et dévorer une grande quantité de budget et de ressources. Facturation électronique imposée par le gouvernement.

Si vous travaillez en tant que responsable informatique dans une multinationale, vous tombez probablement dans l’une des deux catégories suivantes. Premièrement, vous avez été mis au fait face aux nouvelles réalités de la surveillance et de l’application en temps réel de la part des organismes de réglementation. Ou deux, vous êtes sur le point d’être amené dans la mêlée avec votre propre mandat interne, résoudre ce problème pour de bon.

Pourquoi suis-je si catégorique dans cette déclaration ? Parce que je travaille avec certaines des plus grandes marques de la planète et que je suis témoin des impacts de ces mandats sur leur organisation informatique.

En ce qui concerne les projets informatiques, la plupart ne sont pas réactionnaires mais le résultat d’une planification minutieuse et méthodique sur une longue période. Cependant, le gouvernement est en train de changer les règles ici. Les projets et les mises à niveau ne figurent plus sur votre chronologie. Lorsqu’ils mettent en œuvre de nouvelles lois et de nouveaux mandats, c’est soit vous agissez rapidement pour résoudre le problème et le corriger, soit vous payez les conséquences qui peuvent aller de lourdes amendes à la perte de votre permis d’exploitation.

Qu’est-ce que cela signifie pour moi?

Alors que les lois sur la facturation électronique imposées par le gouvernement se développent rapidement dans le monde entier, elles représentent une menace crédible pour vos budgets informatiques. Les services informatiques doivent être préparés aux nouvelles réalités qui accompagnent la facturation électronique imposée par le gouvernement. Les autorités étant désormais présentes dans la pile de données de vos entreprises qui examinent les transactions en temps réel lorsqu’elles traversent votre réseau, vous aurez besoin d’une solution qui vous permet de fournir les informations dans le format requis en temps réel.

En fin de compte, l’observation n’est plus une question fiscale. Les responsables informatiques et les autres cadres supérieurs doivent travailler ensemble pour aligner les fonctions métier à tous les niveaux. Le service informatique doit s’assurer que les ressources et les outils sont en place pour respecter les obligations imposées par le gouvernement, quel que soit le secteur d’activité ou l’emplacement de l’entreprise.

Si le problème n’est pas réglé rapidement, cela ne fera qu’aggraver les problèmes complexes et plus coûteux qui absorberont des budgets et des ressources essentiels affectés à d’autres projets prioritaires.

Passez à l’action

Si vous ne savez pas par où commencer dans l’élaboration de votre stratégie, contactez nos experts.

Le Brésil est connu pour son système de facturation électronique très complexe de contrôle continu des transactions (CTC). En plus de suivre les changements législatifs quotidiens dans ses 26 États et le District fédéral, le pays compte plus de 5 000 municipalités avec des normes différentes pour la facturation électronique.

La taxe prélevée sur la consommation de services (ISSQN – Imposto Sobre Serviços de Qualquer Natureza) relève de la compétence des municipalités. Chaque municipalité a autorité sur le format et la norme technique de la facture électronique des services (NFS-e – nota fiscal de serviço eletrônica). Cela pose un défi important en matière de conformité, car la facturation électronique est obligatoire pour presque tous les contribuables du pays.

Cependant, des mesures importantes ont été prises pour changer ce scénario. Un accord (Convênio NFS-e) récemment signé par l’Agence fédérale brésilienne des recettes (RFB), la Confédération nationale des municipalités (CNM) et d’autres entités concernées a établi le système national de la NFS-e avec une norme unifiée à l’échelle nationale pour la facture électronique des services.

Le système national du NFS-e (SNNFS-e)

Le SNNFS-e introduit une mise en page standard unifiée pour la publication du NFS-e, ainsi qu’un référentiel national de tous les documents électroniques générés dans le système. L’adhésion au système est volontaire pour les municipalités. Étant donné que le projet de loi proposé pour réglementer cette question (PLP 521/2018) est statique au Congrès depuis 2019, l’accord a été conçu pour permettre aux municipalités d’adopter volontairement la norme nationale, qui devient alors obligatoire pour les contribuables.

Le système permettra l’émission du NFS-e dans une norme nationale, via le portail Web, l’application mobile ou l’API (interface de programmation d’application). Il crée également l’environnement national de données (ADN), le référentiel unifié NFS-e.

Le SNNFS-e offre plusieurs modules de services et les municipalités peuvent choisir ceux à adopter. L’ADN est le seul module obligatoire, car il garantit l’intégrité et la disponibilité des informations contenues dans les documents émis dans la norme unifiée. De plus, l’ADN permet aux municipalités adhérentes de distribuer le NFS-e émis entre elles et les contribuables.

Une fois l’entente signée, la municipalité doit activer le système dans un certain délai, qui n’a pas été établi. L’activation implique la configuration des paramètres du système et la modification de la législation municipale pour refléter les exigences du système national. Ce n’est qu’après l’activation complète que les contribuables pourront émettre des factures basées sur la norme unifiée.

La documentation technique du NFS-e a également été publiée, mais ce ne sont pas les spécifications définitives, qui doivent encore être approuvées par le National Standard Electronic Service Invoice Management Committee (CGNFS).

Ce que cela signifie pour les entreprises

La norme nationale NFS-e simplifie considérablement les obligations de facturation électronique des contribuables. Avec une mise en page standard, la conformité avec plusieurs formats peut être considérablement réduite. Le format de document pour l’émission de la norme NFS-e est XML et doit être signé numériquement.

Un autre avantage est que l’un des modules disponibles permet aux contribuables de payer l’ISSQN dû dans plusieurs municipalités à la fois, en utilisant un seul document (Guia Única de Recolhimento) émis par le système.

Bien que les municipalités puissent choisir de conserver leur système d’émission NFS-e actuel, elles doivent tout de même respecter les délais de communication, la disposition et les normes de sécurité du NFS-e national. Ils doivent également assurer la transmission de tous les documents délivrés à l’environnement national des données. Cela garantit que les contribuables ne seront tenus de délivrer le NFS-e que dans une seule mise en page standard.

Quelle est la prochaine étape pour la facturation électronique au Brésil ?

La première phase de production a débuté le 23 juillet 2022 avec cinq municipalités pilotes. La transmission sera disponible par différentes méthodes, avec une mise en œuvre progressive. Selon le calendrier initial de mise en œuvre de la Confédération nationale des municipalités, la transmission de l’API devrait avoir lieu à partir de la mi-octobre 2022 ou plus tard, en fonction de la stabilité des autres méthodes de transmission. On peut s’attendre à ce que ce calendrier soit d’autres développements dans les mois à venir.

São Paulo, Salvador et Florianópolis font partie des nombreuses municipalités qui ont déjà signé l’accord. Le succès de cette norme nationale NFS-e repose sur une adoption importante par les municipalités, de sorte que les contribuables doivent se préparer à s’y conformer à mesure que cela se produit partout au pays.

Passez à l’action

Vous devez vous assurer de la conformité aux dernières exigences en matière de facturation électronique ? Contactez nos fiscalistes.

Le Congrès d’Espagne a approuvé la loi pour la création et la croissance des entreprises, et elle devrait être publiée au Journal officiel (BOE) dans les prochains jours.

Cette loi modifie également la loi 56/2007 sur les mesures de promotion de l’information afin d’adopter l’obligation d’émettre des factures électroniques pour tous les entrepreneurs et professionnels dans leurs relations commerciales.

Introduction de la facturation électronique obligatoire en Espagne pour le secteur privé

Selon cette loi, tous les entrepreneurs et professionnels doivent émettre, envoyer et recevoir des factures électroniques dans leurs relations d’affaires avec d’autres entrepreneurs et professionnels. En outre, le destinataire et l’expéditeur des factures électroniques doivent fournir des informations sur l’état des factures.

Les principales règles de la loi relatives à la facturation électronique établissent que:

Le processus d’accréditation de l’interconnexion et de l’interopérabilité des plates-formes sera déterminé par la réglementation à un stade ultérieur.

Obligations supplémentaires de facturation électronique pour certains secteurs

La loi établit que les entreprises fournissant la fourniture de certains services aux consommateurs finals doivent émettre et envoyer des factures électroniques dans leurs relations avec les personnes qui acceptent de les recevoir ou qui les ont explicitement demandées. Cette obligation affecte les entreprises fournissant des services de télécommunication, des services financiers, des services d’eau, de gaz et d’électricité, entre autres secteurs et activités prescrits à l’article 2.2 de la loi 56/2007.

Ces entreprises doivent fournir l’accès aux programmes nécessaires afin que les utilisateurs puissent lire, copier, télécharger et imprimer gratuitement la facture électronique sans avoir à se rendre à d’autres sources pour obtenir les applications nécessaires. Ils doivent également permettre des procédures simples et gratuites afin que les utilisateurs puissent révoquer à tout moment le consentement donné à la réception de factures électroniques.

Les entreprises visées qui s’abstiennent d’offrir aux utilisateurs la possibilité de recevoir des factures électroniques seront sanctionnées d’un avertissement ou d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 000 euros.

Prochaine étape : le cadre réglementaire

Le Gouvernement élaborera les dispositions de la présente loi conformément aux règlements et dans le cadre de ses compétences. Par conséquent, les ministères de l’économie et de la transformation numérique et des finances et de l’administration publique détermineront les informations et les exigences techniques à inclure dans la facture électronique pour vérifier les dates de paiement et obtenir les délais de paiement.

Il est également nécessaire d’établir les exigences minimales d’interopérabilité entre les fournisseurs de solutions technologiques de facturation électronique et les exigences en matière de sécurité, de contrôle et de normalisation des dispositifs et des systèmes informatiques qui génèrent les documents.

Le gouvernement disposera de 6 mois à compter de la publication de cette loi au Journal officiel pour approuver le cadre réglementaire.

Entrée en vigueur de la facturation électronique B2B obligatoire en Espagne

Les dispositions relatives à la facturation électronique B2B obligatoire seront effectives en fonction de leur chiffre d’affaires annuel :

Cela signifie que l’obligation de facturation électronique B2B pourrait être effective pour les grands assujettis d’ici le premier trimestre de 2024.

Il est important de souligner que l’entrée en vigueur de l’obligation de facturation électronique B2B est subordonnée à l’obtention de l’exception communautaire aux articles 218 et 232 de la directive TVA. Cette exception est moins difficile à obtenir auparavant que celle qui a été accordée à d’autres États membres tels que l’Italie, la France et la Pologne pour leur permettre d’adopter le régime de facturation électronique obligatoire dans leurs juridictions.

Passez à l’action

Vous devez vous assurer de la conformité aux dernières exigences en matière de facturation électronique en Espagne ? Contactez nos fiscalistes

L’administration fiscale colombienne (DIAN) continue d’investir dans l’expansion de son système CTC (contrôle continu des transactions). La dernière mise à jour propose d’élargir la portée des documents couverts par le mandat de facturation électronique.

Dans cet article, nous aborderons le projet de résolution 000000 du 19-08-2022 récemment publié. Cela favorise des changements importants pour les contribuables couverts par les règles de facturation électronique obligatoires.

Ces projets de modifications comprennent une nouvelle obligation de délivrer des documents équivalents (documentos equivalentes) en format électronique, un calendrier pour sa mise en œuvre, une documentation technique mise à jour et d’autres développements importants, qui exigent tous que les contribuables se préparent à s’y conformer.

Qu’est-ce qui va changer pour les entreprises colombiennes avec ces nouvelles propositions de facturation électronique ?

Parmi les nombreux changements proposés, l’objectif principal du projet de résolution est de réglementer l’émission électronique du document équivalent.

Ces documents correspondent à la facture de vente en vertu de la législation colombienne, mais couvrent des types spécifiques de transactions et sont réglementés dans le projet de résolution, comme suit:

  1. Reçu de caisse généré avec les systèmes P.O.S
  2. Billet d’entrée au cinéma
  3. Billet de transport de passagers
  4. Extrait émis par des fiducies et des sociétés de fonds
  5. Billet de transport aérien de passagers
  6. Documenter dans les jeux localisés
  7. Bulletin de vote, fraction, formulaire, carte, billet ou instrument émis dans les jeux de hasard, autres que les jeux localisés
  8. Document délivré pour la perception des paiements de péage
  9. Preuve du règlement des opérations émises par la Bourse
  10. Document pour le fonctionnement de la bourse agricole et d’autres produits de base
  11. Document délivré pour les services publics à domicile
  12. Billet d’entrée aux spectacles publics et aux spectacles d’art de la scène
  13. Billet d’entrée à d’autres spectacles publics

Cela signifie que tous les contribuables soumis au mandat de facturation électronique colombien qui délivrent l’un de ces documents équivalents seront tenus de le faire sous forme électronique, conformément à l’annexe technique du document équivalent électronique version 1.0 (Anexo técnico del Documento Equivalente Electrónico), introduite par le projet.

En outre, le projet prévoit une réglementation initiale des documents électroniques du système de facturation (documentos electrónicos del sistema de facturación). Il s’agit de documents qui facilitent le contrôle par l’administration fiscale et douanière, à l’appui des déclarations fiscales ou en douane et/ou à l’appui des procédures effectuées devant la DIAN, conformément aux dispositions de la sous-section 1 de l’article 616-1 de la loi fiscale.

Enfin, les spécifications techniques de la facture électronique principale du système, la facture électronique de vente, sont mises à jour vers la version 1.9 (Anexo técnico de la Factura Electrónica de Venta version 1.9).

Dates limites pour les propositions de facturation électronique de la Colombie

L’obligation de délivrer le document équivalent en format électronique sera mise en œuvre progressivement, selon le type de document équivalent. Il débutera le 1er mars 2023 et couvrira tous les documents équivalents le 1er juillet 2023.

Une mise en œuvre volontaire précoce sera également possible, une fois que la fonctionnalité sera disponible dans le système de DIAN. Jusqu’à ce que les délais de mise en œuvre électronique du document équivalent soient respectés, ceux-ci doivent continuer à être émis conformément à la résolution n° 000042 de 2020.

Le projet fixe également un calendrier pour la mise en œuvre des documents électroniques du système de facturation, au cours des années d’imposition de 2023 et 2024. Ces documents seront davantage réglementés dans les six mois suivant la validité de la résolution officielle, ainsi que l’adoption de son annexe technique, qui n’a pas été présentée avec le projet de résolution.

Enfin, la proposition fixe la date limite de mise en œuvre de l’annexe technique de la version 1.9 de la facture électronique de vente par les contribuables. Ce délai sera d’au moins trois mois après sa publication officielle.

Quelle est la prochaine étape pour la facturation électronique en Colombie ?

Le projet de résolution, une fois officiellement publié, dérogera à la résolution N° 000042 de 2020 de la DIAN dans toutes les dispositions qui y sont contraires, à l’exception de celles relatives à des documents équivalents, qui resteront en vigueur jusqu’à ce que la DIAN établisse leur mise en œuvre électronique.

Les contribuables peuvent également s’attendre à une nouvelle législation réglementant les documents électroniques restants du système de facturation, dans les mois qui suivent la publication officielle de ce projet de résolution.

D’ici là, les entreprises doivent se préparer aux changements importants à venir et ajuster leurs processus commerciaux pour se conformer au nouveau mandat colombien.

Passez à l’action

Besoin d’aide pour faire face à l’évolution des exigences en matière de facturation électronique en Colombie? Contactez nos experts fiscaux pour savoir comment Sovos peut aider votre entreprise à respecter vos obligations en matière de conformité à la TVA.

L’administration fiscale colombienne (DIAN) s’est fortement concentrée sur l’expansion de son régime de facturation électronique au cours des dernières années. Le DIAN a introduit le premier calendrier de mise en œuvre obligatoire de la facturation électronique dans le pays en 2018 et, depuis lors, le système a progressivement englobé davantage de transactions et de contribuables.

Dans cet article, nous examinerons les deux derniers nouveaux mandats en matière de facturation électronique colombienne :

  1. L’introduction du document d’appui aux achats (Documento Soporte en Aquisiciones con No Obligados a Facturar Electronicamente) et
  2. La mise en place d’un seuil pour l’émission de billets de point de vente (POS).

Ces nouvelles obligations ont des répercussions importantes et nécessitent des ajustements de la part des contribuables. Ces changements représentent également une expansion substantielle de la facturation électronique en Colombie pour inclure des transactions entièrement nouvelles dans son champ d’application.

Document d’appui aux acquisitions

L’administration fiscale colombienne a créé un nouveau type de document électronique, le document d’appui pour les acquisitions de sujets non tenus d’émettre des factures électroniques. Ce document d’appui et ses notes correctives ont été introduits par la résolution 167 de 2021. Il élargit la portée de la facturation électronique pour s’assurer que davantage de transactions relèvent du mandat et permet de soutenir les déductions fiscales.

Les contribuables tenus de produire ce document électronique sont ceux qui sont soumis au régime de facturation électronique du pays. Il comprend les personnes soumises à des paiements d’impôt sur le revenu et complémentaires et responsables de la TVA lors de l’achat de biens et/ou de services auprès de fournisseurs qui ne sont pas tenus d’émettre des factures électroniques ou des documents équivalents et qui nécessitent une assistance pour les coûts et les déductions dans les déclarations fiscales mentionnées. Pour générer le document justificatif, le contribuable doit être agréé par la DIAN en tant qu’émetteur électronique.

Le document de support et ses notes correctives doivent être générés au format XML et contenir un code CUDS: unique support document (código único del documento soporte). Ce code alphanumérique permet de l’identifier sans équivoque. Après génération, les documents électroniques doivent être transmis pour autorisation par la DIAN soit en temps réel, soit, au plus tard, le dernier jour calendaire de la semaine, pour les opérations cumulées avec le même fournisseur effectuées au cours de la même semaine.

Après avoir été reportée de sa date de mise en œuvre initiale, la génération du document d’appui aux acquisitions est devenue obligatoire le 1er août 2022.

Mise en œuvre du seuil d’émission des billets pos

Selon ce mandat, les tickets de caisse générés par les systèmes de point de vente (tickets de máquinas registradoras con sistemas P.O.S.) peuvent être émis par des sujets tenus de facturer, à condition que la vente du bien et/ou la fourniture du service qui y est enregistré ne dépasse pas cinq (5) UVT (unité de valeur fiscale) pour chaque document, hors taxes.

Cela signifie que, pour les opérations couvrant la vente de biens et/ou la fourniture de services dépassant le montant de cinq (5) UVT, les contribuables en vertu du mandat de facturation électronique du pays doivent émettre une facture de vente électronique. L’acheteur de biens et/ou de services en dessous du seuil peut toujours exiger l’émission d’une facture de vente, auquel cas le fournisseur doit la fournir.

Le seuil a été introduit de facto en 2021 par la loi 2155, mais ce n’est qu’en juillet 2022 que la DIAN a mis en place un déploiement progressif du mandat, par le biais de la résolution 1092, suivant le calendrier ci-dessous:

Êtes-vous prêt pour ces changements?

Bien que la génération du document d’appui pour les acquisitions soit déjà requise, les contribuables doivent commencer à se préparer à se conformer au nouveau seuil d’émission de factures électroniques à la place des billets de point de vente. Sovos peut aider votre entreprise à s’adapter à la facturation électronique et à assurer la conformité avec les nouveaux mandats de la Colombie.

Passez à l’action

Contactez notre équipe d’experts dès aujourd’hui pour vous assurer que votre entreprise se conforme aux mandats de facturation électronique de la Colombie.

Le plan d’action de la Commission européenne (CE) pour une fiscalité juste et simple – « La TVA à l’ère numérique » – continue de progresser. À l’issue d’un processus de consultation publique, la CE a publié des rapports finaux examinant les meilleures options pour le marché européen afin de lutter contre la fraude fiscale et de bénéficier aux entreprises grâce à l’utilisation de la technologie.

Les domaines couverts sont les suivants:

  1. Obligations de déclaration de TVA et facturation électronique
  2. Traitement TVA de l’économie des plateformes
  3. Immatriculation unique à la TVA dans l’UE

La CE devrait proposer des modifications législatives à la directive TVA cet automne.

Conclusions sur le pilier de la déclaration de la TVA et de la facturation électronique

Le rapport axé sur la déclaration de la TVA et la facturation électronique évalue les « exigences de déclaration numérique (RRC) ». Il s’agit de toute obligation pour les assujettis à la TVA de soumettre périodiquement ou en continu des données de transaction numériquement à l’administration fiscale, par exemple en utilisant SAF-T, la liste de tva, la déclaration en temps réel ou la facturation électronique.

Selon le rapport, le meilleur choix politique serait l’introduction d’un RRC sous la forme d’un système de facturation électronique de contrôle continu des transactions (CTC) à l’échelle de l’UE couvrant à la fois les transactions intra-UE et nationales. Les États membres disposant d’un système de facturation électronique existant seraient en mesure de le conserver à court terme au moyen d’une clause de statu quo, à condition qu’ils garantissent l’interopérabilité avec le nouveau système de l’UE. Toutefois, à moyen terme, de cinq à dix ans, les systèmes nationaux de facturation électronique devraient converger vers le système de l’UE.

Un système de facturation électronique CTC à l’échelle de l’UE

Le rapport privilégie clairement l’option politique d’une harmonisation complète de l’UE par le biais d’un système de facturation électronique CTC, ce qui signifie que la facture sera soumise aux autorités avant ou après son émission. L’harmonisation semble se concentrer principalement sur la forme, avec une suggestion d’un protocole et d’un format communs à l’échelle de l’UE. Considérant que les décisions importantes concernant l’architecture risquent d’être laissées aux États membres comprennent la question de savoir si le système sera autorisé ou simplement déclaré, s’il faut tirer parti d’une plate-forme B2G nationale existante et la périodicité des rapports, etc. La seule exigence imposée aux États membres semble être d’accepter les factures électroniques émises et transmises sur la base d’un protocole et d’un format communs.

Le rapport suggère d’aligner le champ d’application des exigences et d’exclure les assujettis non enregistrés et ceux couverts par le régime de TVA des PME. À court terme, seules les transactions B2B et B2G sont couvertes, les transactions B2C restant hors champ d’application.

Enfin, le rapport suggère que, pour alléger la charge pesant sur les entreprises, les États membres doivent envisager un certain nombre de mesures telles que la suppression conjointe d’autres obligations de déclaration, la fourniture de déclarations de TVA préremplies, le soutien à l’investissement dans l’automatisation des entreprises (en particulier pour les PME) et le soutien public à l’adoption des systèmes de conformité informatique.

La manière dont cela sera coordonné conjointement n’est pas discutée, mais il ne semble pas que la CE s’attende à ce que de telles mesures soient harmonisées par l’UE.

Attentes futures

Bien que le rapport conclue que la mise en œuvre d’un système de facturation électronique obligatoire à l’échelle de l’UE est la mesure la meilleure et la plus pérenne, la manière de concevoir un système de facturation électronique efficace n’est pas expliquée dans le rapport et ne semble pas faire l’objet d’une harmonisation.

Toutefois, la conception du système de facturation électronique peut avoir un impact important sur les résultats fiscaux et économiques. Comme le décrit le rapport d’experts indépendants intitulé « Next Generation Model Decentralized CTC and Exchange » (soutenu par l’EESPA, openPEPPOL et d’autres groupes de parties prenantes clés), les plus grands avantages ne peuvent être réalisés que lorsqu’un système de facturation électronique permet aux entreprises d’automatiser d’autres processus ainsi que la facturation.

C’est un bon début que la Commission vise un système de facturation électronique CTC à l’échelle de l’UE. Il reste à voir dans quelle mesure cette harmonisation sera efficace. Lorsque les politiciens européens reviendront des vacances d’été de cette année, nous commencerons à mieux comprendre la faisabilité globale des points de vue de la Commission.

En tant que fournisseur qui a mis en œuvre des solutions de conformité CTC et TVA dans le monde entier depuis plusieurs décennies maintenant, notre souhait serait que le débat aille au-delà de l’interopérabilité au niveau des données, afin que l’Europe puisse prendre des mesures audacieuses vers un avenir qui préserve l’automatisation de la chaîne d’approvisionnement et l’innovation technologique.

Passez à l’action

Pour en savoir plus sur ce que nous croyons que l’avenir nous réserve, téléchargez les 13e tendances annuelles. Suivez-nous sur LinkedIn et Twitter pour vous tenir au courant des nouvelles et des mises à jour réglementaires.

Les autorités douanières italiennes ont récemment mis à jour leur système national d’importation en appliquant le nouveau modèle de données douanières de l’Union européenne (EUCDM). Ces nouvelles modifications sont entrées en vigueur le 9 juin 2022.

Selon la nouvelle procédure, l’ancien modèle de déclarations d’importation papier a été supprimé. Les déclarations d’importation sont désormais transmises au système d’information des autorités douanières italiennes avec une signature numérique.

Qu’est-ce que cela signifie dans la pratique?

L’acceptation d’une déclaration en douane est notifiée à l’opérateur économique (qui peut être l’importateur, l’agent en douane, etc.) par le biais d’un numéro de référence principal (MRN), une chaîne alphanumérique de 18 caractères.

L’ancien message im (piste télématique à soumettre au moment de l’importation aux autorités douanières italiennes par l’intermédiaire du service télématique des douanes (c.-à-d. Servizio telematico doganale (STD)) a été remplacé par les voies suivantes telles que définies par la législation de l’UE:

Comment puis-je savoir combien de TVA à l’importation est due sur les marchandises importées de l’extérieur de l’UE en Italie?

Au moment de la mainlevée des marchandises, les autorités douanières italiennes mettent à disposition le « état récapitulatif aux fins comptables de la déclaration en douane » (prospetto di riepilogo ai fini contabili della dichiarazione doganale). Le résumé comprend toutes les données nécessaires pour détecter les droits de douane, la TVA à l’importation et tous les autres frais dus.

Le résumé mentionné ci-dessus est mis à la disposition de l’importateur et du déclarant/représentant dans la zone réservée du portail unique des autorités douanières italiennes par l’intermédiaire du service « Gestion des documents – déclarations en douane ».

Nous recommandons aux importateurs de communiquer avec leur agent en douane pour recevoir une copie de ce résumé à des fins comptables.

Comment et quand puis-je récupérer ma TVA italienne à l’importation ?

Conformément à la loi italienne sur la TVA, la possession d’un document administratif unique (SAD) est nécessaire pour exercer le droit de récupérer la TVA à l’importation en Italie. Le DAU n’étant plus disponible, les autorités douanières italiennes, en accord avec l’Administration fiscale italienne, ont convenu que le nouveau résumé comptable était suffisant pour permettre à l’importateur d’exercer le droit de récupérer la TVA à l’importation.

Par conséquent, le nouveau récapitulatif comptable est nécessaire pour exercer votre droit de récupérer la TVA à l’importation payée aux autorités fiscales italiennes.

En outre, le droit de récupérer la TVA à l’importation n’est exercé qu’une fois que le résumé est déclaré dans le grand livre de la TVA d’achat conformément à l’art. 25 de la loi italienne sur la TVA.

Enfin, le document d’importation doit être inclus dans votre déclaration de TVA trimestrielle et votre déclaration de TVA annuelle qui doit refléter vos registres de TVA italiens.

Pour vous assurer que votre TVA à l’importation n’est pas perdue, nous vous recommandons de considérer que le dernier jour pour récupérer la TVA à l’importation, liée à une importation de biens effectuée en 2022, est le 30 avril 2023.

Autres documents introduits à partir de juin 2022

Outre le résumé Prospetto di riepilogo ai fini contabili della dichiarazione doganale, discuté ci-dessus, les opérateurs économiques pourront recevoir:

Les autorités douanières italiennes conseillent aux opérateurs douaniers de fournir le Prospetto di svincolo aux transporteurs comme preuve de l’accomplissement des formalités douanières en cas de contrôles.

Passez à l’action

Parlez à notre équipe si vous avez des questions sur les dernières exigences d’importation italiennes et leur impact sur la conformité de votre entreprise.

Comme prévu précédemment par Sovos, le seuil de mise en œuvre de la facturation électronique obligatoire a été abaissé par les autorités indiennes. Selon le Conseil central des impôts indirects et de la notification douanière n° 17/2022 – Taxe centrale, à partir du 1er octobre 2022, le respect des règles de facturation électronique sera obligatoire pour les contribuables ayant un seuil annuel de 10 roupies cr( environ 1.270.000 USD) ou plus.

Récapitulatif des exigences de l’Inde en matière de facturation électronique

Le système indien de facturation électronique entre dans la catégorie des contrôles continus des transactions (CTC) dans le cadre de la taxe sur les produits et services (TPS). La validité juridique de la facture est conditionnelle à la signature numérique de la facture par le portail d’enregistrement des factures (IRP) et à la fourniture d’un numéro d’enregistrement de facture (IRN). Si l’IRN n’est pas inclus dans une facture, la facture ne sera pas juridiquement valable.

Le champ d’application couvre à la fois les transactions nationales et transfrontalières. Le processus de dédouanement IRP est obligatoire pour les transactions B2B, B2G et d’exportation. Ainsi, les contribuables concernés doivent émettre leurs factures (ainsi que d’autres documents nécessitant un IRN) selon le nouveau système pour toutes les transactions B2B, B2G ou d’exportation.

Les contribuables concernés par la facturation électronique doivent générer des lettres de transport électroniques par l’intermédiaire du système de facturation électronique. Il n’est pas possible d’adhérer volontairement au système de facturation électronique. Cela signifie que les contribuables qui ne respectent pas le seuil limite ne peuvent pas adopter la facturation de la CCT.

Calendrier de mise en œuvre

Avant l’introduction initiale, le plan de facturation électronique a été annoncé par les autorités indiennes dès 2018. Par la suite, l’évolution du plan a été la suivante :

1er janvier 2020: Période volontaire de facturation électronique pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est de 500 crores de roupies ou plus

1er février 2020: Période volontaire de facturation électronique pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est de 100 crores de roupies ou plus

1er octobre 2020 : Début de la période de facturation électronique obligatoire pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est de 500 crores de roupies ou plus (six mois plus tard que prévu). Pendant les 30 premiers jours, il y avait un délai de grâce pendant lequel les factures pouvaient être déclarées après leur émission.

1er janvier 2021: Début de la période de facturation électronique obligatoire pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est de 100 crores de roupies ou plus.

1er avril 2021 : Abaissement du seuil de facturation électronique obligatoire pour les contribuables dont le chiffre d’affaires se situe entre 100 crores de roupies et 50 crores de roupies.

1er avril 2022 : Le seuil est passé de 50 crores de roupies à 20 crores de roupies. Contribuables au-dessus de Rs. 20 Crore doit mettre en œuvre la facturation électronique.

1er octobre 2022 : Le seuil sera abaissé de 20 crores de roupies à 10 crores de roupies. Contribuables au-dessus de Rs. 10 Crore doit mettre en œuvre la facturation électronique.

Quelle est la prochaine étape pour la facturation électronique en Inde?

Certains changements concernant le flux de travail de facturation électronique sont attendus. À l’heure actuelle, il existe une plate-forme unique (IRP) pour le processus de dédouanement, mais plusieurs IRP seront bientôt introduits. Les autorités indiennes ont déjà approuvé de nouveaux IRP, démontrant qu’elles souhaitent disposer d’un marché interopérable de la facturation électronique et vont de l’avant avec leurs plans pour atteindre leurs objectifs.

De plus, les factures B2C ne sont actuellement pas couvertes par l’autorisation IRP, mais les autorités ont annoncé leur intention de les inclure dans le champ d’application de leur système CTC.

L’Inde est une juridiction difficile pour de nombreux contribuables; les entreprises doivent avoir des stratégies intelligentes de numérisation et de maintenance pour rester conformes. Les avantages de la numérisation peuvent être réalisés grâce à une stratégie globale que les entreprises pourraient mettre en place.

Depuis le 1er janvier 2019, les fournisseurs de services électroniques étrangers doivent émettre des factures cloud, un type de facture électronique, pour la vente de services électroniques à des acheteurs individuels à Taïwan. Parallèlement, les autorités fiscales locales de Taïwan ont introduit des incitations pour les contribuables nationaux à mettre en œuvre la facturation électronique, bien que cela ne soit pas une exigence obligatoire.

Avant d’entrer dans les détails du système de facturation électronique à Taïwan, nous discuterons de la facture uniforme du gouvernement (GUI), car le système de facturation électronique est basé sur les factures uniformes du gouvernement.

Qu’est-ce qu’une facture uniforme du gouvernement (GUI)?

La facture uniforme du gouvernement est une facture TVA standard régie et prénumérotée par les autorités fiscales. Toutes les entités commerciales doivent émettre des interfaces graphiques pour toutes les ventes de biens et de services soumises à la TVA, à l’exception de toute exemption légale.

Les contribuables peuvent émettre des interfaces graphiques une fois que l’enregistrement de leur entreprise a été approuvé par l’autorité fiscale locale compétente à Taïwan. Les contribuables peuvent émettre différents types d’interfaces graphiques, y compris des interfaces graphiques sur papier et des factures électroniques uniformes du gouvernement (eGUI). Les eGUI sont un type d’interface graphique qui est émise, transmise ou obtenue via Internet ou d’autres moyens électroniques. Comme mentionné précédemment, l’émission d’une eGUI est obligatoire pour les fournisseurs de services électroniques étrangers qui vendent des services électroniques à des particuliers à Taïwan à compter du 1er janvier 2019. Cependant, l’émission d’eGUI est facultative pour l’ensemble de l’économie, y compris les contribuables nationaux à Taïwan.

Comment les eGUI sont-ils émis?

Dans le cadre du processus d’émission d’eGUI, les contribuables sont tenus d’utiliser les numéros fournis par les autorités fiscales lors du processus d’enregistrement des entreprises. Un eGUI doit être conforme à MIG 3.2.1 sur la base d’un format XML fourni par l’administration fiscale. Suite à l’émission d’une facture électronique uniforme, les informations de facturation doivent être téléchargées sur la plateforme de l’administration fiscale dans les 48 heures pour les transactions B2C et sept jours pour les transactions B2B.

Les entités commerciales étrangères dans le cadre des exigences ou toute entité qui choisit d’émettre des eGUI peuvent désigner un fournisseur de services tiers appelé Value Adding Center pour émettre des eGUI. Une alternative consiste à mettre en œuvre une solution basée sur le logiciel de transmission clé en main fourni par le ministère des Finances.

Et ensuite ?

La facturation électronique est encouragée par les autorités taïwanaises depuis de nombreuses années. En conséquence, de plus en plus d’entreprises ont commencé à émettre des eGUI. En outre, l’obligation d’émettre des factures en nuage pour les fournisseurs de services électroniques étrangers a joué un rôle important dans l’adoption généralisée de la facturation électronique dans tout le pays. Bien qu’il soit clair que Taïwan a parcouru un long chemin en termes de numérisation des processus de facturation électronique, les factures papier peuvent toujours être émises conformément à la réglementation taïwanaise. Nous surveillerons l’évolution de la situation à l’avenir pour voir si la mise en œuvre obligatoire de la facturation électronique sera étendue à l’ensemble de l’économie taïwanaise.

Passez à l’action

Besoin de s’assurer de la conformité avec l’eGUI de Taïwan? Parlez à nos experts fiscaux ou téléchargez les 13e tendances annuelles pour en savoir plus sur le paysage mondial de la facturation électronique.

Le système fiscal japonais

Le système fiscal japonais

Depuis l’introduction d’un système de taux de taxe multiples en 2019, le Japon a engagé un processus pluriannuel de modernisation de son système de taxe à la consommation. Par ce changement important, le gouvernement japonais veut résoudre un problème de perte fiscale qui existe depuis de nombreuses années.

Toutes les informations dont vous avez besoin

Les réformes fiscales du Japon

La récente série de réformes fiscales au Japon a débuté par l’introduction d’un système de taux de taxe multiples le 1er octobre 2019. Des changements ont ensuite été apportés à l’impôt indirect du pays, la Japanese Consumption Tax ou JCT (taxe à la consommation japonaise). Afin de contrer les problèmes systémiques causés par la structure actuelle de la comptabilité, un nouveau système, le Qualified Invoice System (système de factures qualifiées), sera introduit à partir du 1er octobre 2023. La principale différence par rapport au système actuel est qu’une facture qualifiée doit inclure le détail des taux de taxe applicables à la transaction en question.

Peu de temps après l’annonce de ces changements, une nouvelle organisation, l’E-Invoice Promotion Association (EIPA), a été créée en juillet 2020. Elle vise à promouvoir la numérisation de l’ensemble des transactions commerciales. Profitant de l’opportunité offerte par le Qualified Invoice System, l’EIPA a commencé à élaborer une spécification standard pour les factures électroniques.

Depuis janvier 2021, l’EIPA, avec le soutien du gouvernement japonais, travaille avec l’équipe d’OpenPEPPOL pour développer une spécification japonaise qui réponde au cadre réglementaire et aux exigences commerciales du pays. En septembre 2021, le Japon a acquis le statut d’autorité PEPPOL. Il souhaite ainsi permettre aux entreprises d’émettre et de recevoir des factures électroniques par le biais de PEPPOL à partir de l’automne 2022.

Le système fiscal japonais en bref

  • Dans le cadre du nouveau système, seuls les payeurs de la JCT enregistrés peuvent émettre des factures fiscales qualifiées. Du côté de l’acheteur, les contribuables ne pourront bénéficier du crédit de taxe en amont que si une facture qualifiée a été émise.
  • Les contribuables doivent s’inscrire auprès de la National Tax Agency ou NTA (agence nationale des impôts du Japon) pour émettre des factures qualifiées. La phase d’enregistrement a commencé en octobre 2021 et doit être achevée d’ici le 31 mars 2023.
  • Les factures doivent être archivées conformément aux exigences de stockage à l’italienne : pour être en conformité, les contribuables doivent soit horodater leurs factures, soit créer un guide de stockage et de maintenance décrivant comment les factures sont archivées et quelles sont les exigences applicables remplies.
  • Les factures doivent être stockées de manière à garantir leur intégrité, leur authenticité et leur disponibilité tout au long de la période de stockage.
  • Le stockage à l’étranger est autorisé à condition qu’il remplisse les conditions de stockage prévues par la législation japonaise.
  • L’externalisation de l’émission des factures est autorisée sans restriction ni condition.

Dates de déploiement du mandat au Japon

  • 1er octobre 2019 – Le Japon introduit son système de taux de taxe multiples.
  • 14 septembre 2021 – La Digital Agency (agence numérique japonaise) obtient le statut d’autorité PEPPOL.
  • 1er octobre 2022 – L’EIPA souhaite permettre aux entreprises japonaises d’émettre et de recevoir des factures électroniques via PEPPOL.
  • 31 mars 2023 – Date limite pour demander l’enregistrement auprès de la NTA afin d’émettre des factures qualifiées.
  • 1er octobre 2023 – Le Qualified Invoice System sera introduit.

Quelques informations sur la taxe à la consommation du Japon

Introduite en janvier 1989, il s’agit d’une taxe indirecte prélevée sur la consommation de biens et de services au Japon. Il existe en outre des prélèvements nationaux et régionaux, ainsi qu’un taux réduit de taxe à la consommation.

La taxe à la consommation japonaise est l’équivalent de la TVA qui est facturée dans toute l’Union européenne.

La taxe à la consommation japonaise est prélevée lorsqu’une entreprise transfère des biens, fournit des services ou importe des marchandises au Japon.

Le remboursement de la taxe à la consommation japonaise n’est pas possible pour les entreprises sans ventes taxables dans le pays.

Comment Sovos peut vous aider ?

Avec les mises à jour du système de taxe à la consommation, les exigences pour les contribuables japonais vont changer. Vous recherchez de l’aide pour veiller à ce que votre entreprise respecte toutes les futures mises à jour du système japonais de taxe à la consommation ?

Nos experts contrôlent, interprètent et codifient en continu les changements de réglementation du monde entier dans notre logiciel afin de vous aider à réduire la charge administrative de vos équipes informatiques et fiscales.

Le système de facturation et de réception électroniques (SIE) des Philippines a été officiellement lancé pour les 100 grands contribuables sélectionnés par le gouvernement pour inaugurer le mandat. Bien que les contribuables aient encore du mal à satisfaire aux exigences techniques du nouveau système de facturation électronique juste avant la date de mise en service, les Philippines ont maintenu l’échéance prévue et ont mis en service ce projet pilote le 1er juillet 2022.Le déploiement aux Philippines a une fois de plus mis en évidence les défis liés au respect des nouveaux mandats et a montré que la préparation est vitale.En collaboration avec l’une des six sociétés pilotes initiales, qui ont commencé à tester au début de cette année, Sovos a développé la première solution logicielle à obtenir l’approbation de l’EIS pour exploiter la transmission de factures électroniques via la plate-forme de transmission du gouvernement. La solution de Sovos est opérationnelle aux Philippines.

Publication de nouveaux règlements

Un jour avant la mise en service de l’EIS, l’autorité fiscale des Philippines, bir (Bureau of Internal Revenue), a publié les règlements fiscaux n. 6-2022, 8-2022 et 9-2022, contenant les politiques et directives du nouveau système et documentant les règles et procédures adoptées par l’EIS.Bien que le règlement ne représente pas une nouvelle pour les contribuables pilotes qui ont mis en œuvre avec succès leurs systèmes de déclaration de factures électroniques de la CCT, il pourrait n’en être pas de même pour ceux qui se préparent à se conformer au nouveau mandat. La législation établit officiellement l’initiative d’émission et de déclaration de factures électroniques / reçus du pays, introduite pour la première fois en 2018 par la loi sur la réforme fiscale pour l’accélération et l’inclusion (TRAIN), et documente les informations pertinentes.

Qui doit s’y conformer?

Au 1er juillet 2022, 100 contribuables pilotes sélectionnés étaient tenus d’émettre et de transmettre des factures et des reçus électroniques par l’intermédiaire de l’EIE. Le BIR prévoit un déploiement progressif pour d’autres contribuables dans le cadre du mandat, à partir de 2023, mais aucun calendrier officiel n’a encore été annoncé.Les contribuables visés par le mandat sont :

Le mandat exige l’émission électronique de factures (B2B), de reçus (B2C), de notes de débit et de crédit et la transmission via la plate-forme EIS en temps quasi réel, c’est-à-dire dans un délai maximum de trois (3) jours civils comptés à compter de la date d’émission. Les documents doivent être transmis au format de fichier JSON (JavaScript Object Notation).

Délivrance et transmission

L’émission et la transmission peuvent être effectuées par l’intermédiaire du portail des contribuables de l’EIE ou à l’aide de l’API (Application Programming Interface), dans laquelle les contribuables doivent développer un système de transmission des données de vente et une certification sécurisée avant d’opérer par l’intermédiaire de l’EIE. Cela implique la demande de certification EIS et un permis de transmission (PTT) en soumettant des documents contenant des informations détaillées sur le système du contribuable.Bien que le règlement stipule que la présentation de factures et de reçus imprimés n’est plus requise pour les contribuables qui travaillent en vertu de l’EIE, les exigences en matière d’archivage n’ont pas été modifiées. Cela signifie que pendant la période d’archivage de 10 ans, les contribuables doivent conserver des copies papier des documents transmis pendant les cinq (5) premières années, après quoi le stockage électronique exclusif est autorisé pour le temps restant.En outre, la législation stipule que seules les factures transmises avec succès par l’intermédiaire de l’EIS seront acceptées aux fins de la déduction de la TVA.

Les contribuables n’étaient pas prêts à s’y conformer

Bon nombre des 100 contribuables pilotes ont eu du mal à respecter l’échéance du pays. Pour cette raison, l’EIE a permis des alternances à la date limite pour certains contribuables, à condition qu’ils soumettent une déclaration sous serment détaillant les raisons pour lesquelles ils ne sont pas en mesure de satisfaire à l’exigence à temps et un calendrier avec la date à laquelle ils ont l’intention de se conformer, qui sont assujettis à l’approbation de l’EIE.En ce qui concerne la non-conformité, la réglementation stipule que l’autorité fiscale doit imposer une pénalité en cas de retard ou de non-transmission des factures/reçus électroniques à l’EIE et que les ventes non déclarées feront l’objet d’une enquête plus approfondie.

Et ensuite ?

Après le lancement du programme pilote et l’établissement légal du cadre de la CCT, le gouvernement prévoit déployer progressivement le mandat à tous les contribuables inclus dans le champ d’application en 2023. Toutefois, les contribuables qui ne relèvent pas du champ d’application obligatoire de l’EIE peuvent déjà choisir de s’inscrire au système et être prêts à s’y conformer au préalable.Sovos a été le premier fournisseur de logiciels à obtenir la certification, en collaboration avec l’un des contribuables pilotes, pour transmettre par l’intermédiaire de l’EIE, et est prêt à se conformer à la déclaration de facture électronique de la CCT des Philippines. Notre logiciel puissant combiné à notre connaissance approfondie du paysage fiscal philippin aide les entreprises à résoudre la question de la fiscalité pour de bon.

Passez à l’action

Vous devez vous assurer de la conformité aux dernières exigences en matière de facturation électronique aux Philippines ? Parlez avec un membre de l’équipe d’experts fiscaux de Sovos

La Roumanie a pris des mesures en vue d’introduire un mandat de contrôle continu des transactions (CCT) depuis 2021. Bien que l’administration fiscale roumaine n’ait établi le cadre juridique pour la mise en œuvre du système de facturation électronique qu’il y a moins d’un an, il devrait bientôt être mis en service. Dans le même temps, le système de transport électronique, introduit encore plus tard, sera également déployé. Les deux systèmes deviendront obligatoires à partir du 1er juillet; cependant, il y a encore des questions ouvertes qui, espèrent les contribuables, seront traitées par les autorités roumaines. En comparaison internationale, les contribuables roumains disposent d’un délai relativement court pour se conformer aux nouvelles obligations.

Système RO E-Factura

Les fournisseurs de biens à haut risque fiscal sont tenus d’utiliser le système RO E-Factura à compter du 1er juillet 2022. Les fournisseurs doivent transmettre au système les factures structurées émises au format XML. Le ministère des Finances appliquera son sceau électronique comme preuve d’autorisation. Ce XML avec le sceau du ministère des Finances est considéré comme la facture légale selon la réglementation roumaine.La Roumanie a demandé une dérogation à la directive TVA 2006/112/CE de l’UE pour introduire la facturation électronique obligatoire. L’ANAF (Agence Nationale pour l’Administration Fiscale) est autorisée avec la Loi No. 139 d’émettre une ordonnance dans les 30 jours suivant la décision de dérogation attendue à la directive TVA de l’UE pour établir le champ d’application et le calendrier du mandat de facturation électronique B2B conformément à la loi n° 139. Cependant, les autorités roumaines ne savent pas si le mandat du 1er juillet d’utiliser le système e-Factura pour les livraisons B2B à haut risque fiscal nécessite également une décision de dérogation à la directive TVA de l’UE.En ce qui concerne la documentation technique, l’ANAF a récemment publié la procédure OAUTH (Open Authorization) 2.0 au sein du SPV (Virtual Private Space), permettant aux contribuables de produire un jeton d’authentification et de le transmettre à des applications tierces, ce qui permettra aux applications tierces de s’authentifier auprès du SPV. Toutefois, même si les complications liées au processus d’authentification semblent résolues après la récente documentation, la date de mai de la publication de ces documents a soulevé des questions quant à savoir si les autorités roumaines avaient accordé un délai raisonnable aux entreprises pour se conformer avant le 1er juillet.

RO e-transport

Le système ro E-transport est un autre projet de numérisation roumain. Elle oblige les contribuables à utiliser un système informatique et à délivrer un document de transport électronique avant le début du transport de certaines marchandises. Tout comme la facturation électronique, les contribuables sont tenus d’émettre un fichier XML et de l’envoyer à l’administration fiscale via SPV.L’obligation de délivrer des documents de transport électronique concerne des catégories de produits à haut risque fiscal; comme mentionné ci-dessus, cela entre également en vigueur le 1er juillet 2022. Bien que la date de mise en service obligatoire du système de transport électronique soit imminente, le processus législatif n’a pas encore été achevé par l’ANAF. En outre, la documentation technique, y compris les API, le schéma et les règles de validation, a été achevée il y a seulement deux semaines.

Quelle est la prochaine étape ?

Les ordonnances d’urgence qui ont introduit l’obligation de facturation électronique et de système de transport électronique pour les produits à haut risque fiscal à compter du 1er juillet n’ont pas encore été approuvées par la loi.Cependant, comme les deux systèmes doivent actuellement devenir obligatoires le 1er juillet 2022, les entreprises se sont préparées à se conformer aux exigences tout en essayant de faire face à de nombreuses incertitudes.Nous verrons dans les prochains jours comment les autorités roumaines géreront la mise en œuvre des deux systèmes, soit en maintenant la date limite du 1er juillet, soit en reportant les mandats jusqu’à ce que des éclaircissements et des orientations supplémentaires sur les questions en suspens soient fournis.

Passez à l’action

Besoin de s’assurer de la conformité avec les dernières réglementations en Roumanie?Contactez nos fiscalistes. Suivez-nous sur LinkedIn et Twitter pour vous tenir au courant des nouvelles et des mises à jour réglementaires.

Facturation électronique en Serbie

La Serbie est en passe d'introduire la facturation électronique obligatoire pour tous les contribuables

Au cours des prochaines années, la Serbie va progressivement rendre la facturation électronique obligatoire pour tous les contribuables.

La loi sur la facturation électronique, entrée en vigueur en mai 2021, introduit un système de facturation électronique de type Clearance et présente une plateforme centralisée de contrôle continu des transactions (CTCs) appelée Sistem E‑Faktura (SEF) qui servira à envoyer, recevoir, collecter, traiter et stocker des factures électroniques structurées. En outre, un système nommé Sistem za Upravljanje Fakturama (SUF) aidera également les contribuables à traiter et à stocker les factures.

La nouvelle législation vise à remplacer les factures papier par des factures électroniques et définit les exigences relatives à l’émission de factures électroniques dans les transactions B2B et B2G.

Vous avez des questions ? Contactez un expert Sovos de la TVA en Serbie.

Les réformes

Dans le nouveau cadre de facturation électronique, les factures doivent être envoyées et reçues conformément aux normes serbes de facturation électronique (application personnalisée de la norme EN 16931‑1). Toutes les factures électroniques doivent être soumises via une plateforme centralisée au destinataire qui doit accepter ou refuser la facture.

En ce qui concerne les transactions B2C spécifiquement, la Serbie a mis en œuvre le 1er janvier 2022 une approche basée sur la sécurité pour assurer la déclaration des transactions B2C. Cette approche garantit que le matériel du dispositif fiscal électronique utilisé par le contribuable soumet les données à l’administration fiscale en temps réel.

En résumé

  • Les factures électroniques serbes doivent être émises dans un format XML et être conformes à la norme UBL 2.1.
  • Les factures doivent être envoyées et reçues conformément à la norme EN 16931‑1.
  • Les contribuables doivent s’enregistrer sur le portail eID.gov.rs pour commencer à utiliser la plateforme SEF.
  • Le ministère des Finances doit donner son accord au prestataire de services, qui doit être immatriculé en Serbie.
  • Les transactions B2C nécessitant le dispositif fiscal électronique doivent être certifiées et comporter :
    • une demande de certification de PDV (certification obligatoire) ;
    • le traitement des reçus fiscaux ;
    • un élément de sécurité ;
    • des factures électroniques dont l’intégrité et l’authenticité sont assurées (émission via la plateforme SEF).

Dates de déploiement du mandat

Mai 2021 : entrée en vigueur de la loi sur la facturation électronique

1er mai 2022 : tous les fournisseurs du secteur public doivent envoyer leurs factures par voie électronique et le gouvernement serbe doit être en mesure de les recevoir et de les stocker (G2G/B2G)​

1er juillet 2022 : les entités publiques serbes sont tenues d’envoyer leurs factures par voie électronique aux entreprises, qui doivent être en mesure de les recevoir et de les traiter (G2B)​

1er janvier 2023 : la facturation électronique sera étendue à l’ensemble du secteur B2B (B2B)​

Comment Sovos peut-elle vous aider?

Vous recherchez de l’aide pour veiller à ce que votre entreprise respecte les nouvelles obligations en matière de facturation électronique en Serbie?

Nos experts contrôlent, interprètent et codifient en continu ces changements législatifs dans notre logiciel, afin de vous aider à réduire la charge administrative de vos équipes informatiques et fiscales.

Découvrez comment la solution mise au point par Sovos peut aider les entreprises à s’adapter aux nouvelles exigences liées à la conformité à la TVA en Serbie.

En 2020, l’Autorité de la Zakat, des impôts et des douanes (ZATCA) en Arabie saoudite a annoncé l’introduction d’un mandat de facturation électronique composé de deux phases. La première phase de la facturation électronique saoudienne exige que tous les assujettis résidents du Royaume génèrent et stockent les factures par voie électronique et est appliquée depuis le 4 décembre 2021. La deuxième phase, que ZATCA déploiera à partir du 1er janvier 2023, apporte des exigences supplémentaires et ne sera pas obligatoire pour tous les contribuables au départ. Cependant, la ZATCA prévoit de déployer progressivement et d’exiger que tous les contribuables résidents se conforment aux exigences de la phase 2 en matière de facturation électronique.

Qui doit se conformer à la phase 2 de la facturation électronique saoudienne ?

La ZATCA devrait déployer la phase 2 par étapes, en commençant par un groupe de contribuables plus petit. Il y a quelques jours à peine, le 24 juin 2022, le premier groupe de contribuables qui doivent se conformer aux règles de facturation électronique à compter du 1er janvier 2023 a été publié. Selon l’annonce de la ZATCA, les contribuables dont les revenus annuels dépassent 3 milliards de riyals (environ 800 millions USD) pour la période 2021 sont dans le champ d’application.Jusqu’à présent, seul le premier seuil de groupe a été révélé. La ZATCA annoncera d’autres groupes de contribuables et de nouvelles échéances plus tard. La ZATCA avisera chaque groupe de contribuables au moins six mois à l’avance.

Comment se conformer à la phase 2 de la facturation électronique saoudienne?

Dans la phase 2, les contribuables doivent générer toutes les factures électroniques et les billets électroniques (notes de crédit et de débit) au format XML (UBL 2.0). Il existe des exigences uniques en matière de contenu de facture. Toutes les factures électroniques et les billets électroniques doivent inclure :

Cependant, les exigences en matière de facturation électronique concernant les factures fiscales (B2B) et les factures simplifiées (B2C) sont différentes et, par conséquent, différentes API ont été mises à disposition pour différents types de factures.Les factures fiscales seront assujetties à un régime de contrôle continu des transactions (CCT ). Plus précisément, le système peut être classé dans la catégorie de la facturation électronique de dédouanement. Après avoir généré la facture XML, y compris tout le contenu nécessaire, la facture sera transmise au portail de l’administration fiscale (la plate-forme ZATCA) pour approbation via l’API de dédouanement. La plate-forme ZATCA appliquera le sceau de ZATCA comme preuve de dédouanement, après quoi la facture obtiendra une validité juridique. Le code XML signé sera renvoyé au fournisseur, ce qui lui permettra de choisir d’envoyer la facture XML signée ou une version lisible par l’homme, y compris le XML (PDF A-3 avec XML intégré). La version lisible par l’homme doit être au format PDF A-3 (avec XML intégré).Les factures simplifiées seront assujetties à un régime de déclaration de la CCT . Après avoir généré la facture XML, y compris tout le contenu nécessaire, la facture sera signée à l’aide du cachet cryptographique du fournisseur. Ensuite, le vendeur présentera une copie papier de la facture à l’acheteur. Dans les 24 heures, le contribuable doit déclarer le code XML signé à la plateforme ZATCA via l’API de déclaration

Les contribuables doivent conserver les factures électroniques sous forme électronique. Il existe des exigences spécifiques concernant le stockage, y compris, par exemple, le stockage local obligatoire en règle générale et le stockage à l’étranger n’étant autorisé que sous certaines conditions. Les solutions de facturation électronique doivent en outre permettre aux contribuables de télécharger des factures électroniques pour les stocker hors ligne.

Passez à l’action

Vous devez vous assurer de la conformité aux dernières exigences en matière de TVA et de facturation électronique en Arabie saoudite ? Contactez l’équipe d’experts fiscaux de Sovos.

En raison de la crise économique et de la nécessité pour le gouvernement de prendre des mesures visant à la croissance économique et à une collecte efficace des impôts, le 29 novembre 2021, la loi organique pour le développement économique et la viabilité budgétaire après la pandémie de COVID-19 a été publiée au Journal officiel de l’Équateur. Selon cette loi, les contribuables tenus d’émettre des factures doivent être intégrés dans le système de facturation électronique dans un délai d’un an à compter de la publication.Pour se conformer à cette mesure, le 27 mai 2022, l’Internal Revenue Service (SRI) a publié la résolution NAC-DGERCGC22-00000024. Il établit l’obligation d’émettre des factures électroniques aux contribuables qui sont tenus d’émettre des factures, et l’obligation pour ces contribuables, qualifiés d’agents de retenue à la source, d’émettre la version simplifiée de l’annexe transactionnelle (ATS) des documents de retenue. Ces contribuables devront adopter le système de facturation électronique.

Nouveaux contribuables dans le cadre du mandat de facturation électronique

1. Les contribuables assujettis à l’impôt sur le revenu qui sont tenus de facturer mais non d’émettre des factures, des reçus de vente, des retenues à la source et des documents complémentaires dans la modalité électronique doivent adopter le système de facturation électronique dans leur activité jusqu’au 29 novembre 2022 au plus tard.2. Les personnes physiques et les sociétés qui ne sont pas considérées comme des contribuables de l’impôt sur le revenu et qui sont tenues de facturer – mais qui ne sont pas tenues d’émettre des factures, des retenues à la source et des documents complémentaires dans la modalité électronique – doivent adopter le système de facturation électronique dans leur activité jusqu’au 29 novembre 2022 au plus tard.3. Contribuables tenus d’émettre des factures, des retenues à la source et des documents complémentaires selon la modalité électronique, selon les chiffres 1. et 2. qui sont qualifiés d’agents de retenue par l’ISR, doivent mettre en œuvre la version ATS des documents de retenue, suivant la documentation technique mise à disposition par l’ISR, jusqu’au 29 novembre 2022.Aux fins de l’application de la présente résolution, les sujets tenus de facturer sont tous les contribuables inscrits au registre unique des contribuables (RUC) et qui doivent émettre et livrer des factures, des retenues à la source et des documents complémentaires conformément à la réglementation fiscale en vigueur.Les personnes dont le chiffre d’affaires annuel brut est inférieur à 20 000 USD ne sont pas dans le champ d’application de cette résolution. Ces contribuables sont connus en Équateur sous le nom d’entreprises populaires (Negocios Populares).

Autres mesures adoptées dans la nouvelle résolution

• À compter du 30 novembre 2022, seuls les contribuables chargés d’émettre les actes de vente (notas de venta) peuvent demander des autorisations, des modifications ou des renouvellements pour l’émission de reçus par l’intermédiaire de machines d’enregistrement.• À compter du 30 novembre 2022, les contribuables tenus d’émettre des factures, des documents de conservation et des documents complémentaires dans la modalité électronique ne peuvent demander des autorisations pour des documents préimprimés qu’après avoir obtenu l’autorisation de délivrer des documents électroniques dans l’environnement de production du système de facturation électronique.

Nouvelle limite pour l’émission de documents préimprimés

La résolution introduit une limite pour les factures ou les reçus émis selon la modalité préimprimée, qui ne peut dépasser 1 % du total des reçus émis au cours de l’exercice précédent.Les documents préimprimés ne devraient être délivrés que dans des cas exceptionnels d’urgence lorsque, en raison d’un cas de force majeure ou d’un cas fortuit, les contribuables autorisés à délivrer des documents selon la modalité électronique ne peuvent pas les générer par voie électronique.

La maintenance gratuite des outils sera facultative pour le SRI

Selon cette résolution, l’ISR peut conserver un outil gratuit permettant aux contribuables de produire des documents électroniques sans préjudice des contribuables qui utilisent leurs systèmes informatiques. Il y a eu un changement significatif par rapport à la résolution précédente, qui établissait que l’ISR « maintiendra » cet outil gratuit, indiquant que la maintenance de cet outil est désormais facultative pour l’ISR.

Et ensuite ?

Selon le plan de mise en œuvre initial, l’ISR prévoyait d’étendre progressivement le mandat de facturation électronique à tous les contribuables du pays, avec davantage de contribuables devant commencer à émettre des factures électroniques à partir de 2023 et 2024. Cependant, avec cette résolution, le calendrier de mise en œuvre obligatoire de la facturation électronique a été modifié. Tous ces contribuables doivent commencer à adopter le système de facturation électronique cette année jusqu’au 29 novembre 2022 au plus tard.

Passez à l’action

Besoin d’aide pour vous assurer que votre entreprise reste conforme à l’évolution des obligations de facturation électronique en Équateur? Contactez-nous dès aujourd’hui pour découvrir comment la solution de Sovos pour les changements de conformité à la TVA peut aider les entreprises à rester conformes en Équateur et dans le monde entier.

La facturation électronique a été introduite au Pérou en 2010, suivant la tendance des contrôles continus des transactions (CTC) dans les pays d’Amérique latine pour une collecte plus efficace des taxes à la consommation. Depuis lors, le gouvernement a mis en place des mesures visant à englober un nombre important de contribuables dans le cadre du régime de facturation électronique obligatoire du pays et à faire progresser de nouvelles structures techniques et institutionnelles au sein de son système d’émissions électroniques ( SEE – Sistema de Emisión Electrónica).Juin 2022 a marqué la date limite finale pour inclure le dernier groupe de contribuables dans le mandat de facturation électronique du pays. Cependant, le gouvernement continue d’étendre son système, avec la dernière mise à jour proposée par un projet de résolution introduisant des changements importants au document péruvien de transport électronique, la Guía de Remisión electronica – GRE.

Modifications apportées au document de transport électronique

L’administration fiscale péruvienne (SUNAT) a publié le 2 juin 2022 un projet de résolution introduisant des modifications au GRE, le document de transport électronique qui doit être émis dans le cadre des factures (comprobantes de pagos) pour le contrôle des marchandises en cours de transport. Le GRE n’est vital que pendant que les marchandises sont en transit, mais il s’agit d’un document généralement conservé par les entreprises pour maintenir les contrôles internes des marchandises transportées.Le nouveau projet de résolution vise à réglementer davantage la délivrance du document de transport électronique, en introduisant plusieurs changements, principalement pour optimiser le contrôle des marchandises et éliminer l’utilisation du papier.Parmi les nombreux changements introduits par le projet, les principaux sont :

Ce que cela signifie pour les contribuables

Les contribuables doivent être prêts à émettre des GRE remitente et transportista exclusivement par l’intermédiaire de leurs propres systèmes en utilisant un fournisseur de logiciels (PSE – proveedores de servicios electrónicos) ou le portail SUNAT. Cette exigence peut avoir un impact considérable sur les contribuables qui émettent régulièrement un grand volume de GRE par l’intermédiaire du canal de l’opérateur de services électroniques, le SEE-OSE (Operador de Servicios Electrónicos).Le changement le plus important, cependant, est que les contribuables ne pourront utiliser le GRE que comme document d’appui pour le transport de marchandises. En vertu de la législation actuelle, outre le GRE, la factura guía et la liquidacion de compras, qui sont des factures régulières avec des informations de transport supplémentaires, peuvent également être utilisées pour soutenir le transport de marchandises. La délivrance de la factura guía est une pratique courante car elle implique la génération d’un seul document qui sert à la fois à la transaction de vente et au transport. Toutefois, le projet de résolution n’autorise l’utilisation du GRE qu’à cette fin.L’introduction du code QR est l’approche du gouvernement à l’égard d’une méthode de contrôle moderne et efficace. Le code bidimensionnel est généré par SUNAT une fois que le CDR (constancia de recepción) acquiert le statut accepté et peut être présenté en format numérique ou imprimé.Bien que les contribuables puissent toujours soutenir le transport en fournissant leur numéro d’immatriculation (RUC), la série et le numéro GRE, on s’attend à ce que le code QR devienne la principale méthode pour soutenir le transit, et le RUC ne sera utilisé que comme méthode de contingence.Un nouveau type de document de transport électronique a également été introduit. La guía de remisión por evento ne peut être émise que par l’intermédiaire du portail SUNAT et est utilisée pour compléter un GRE précédemment émis en cas d’événements imprévisibles non imputables à l’émetteur. Dans ces cas, la réglementation actuelle prend en charge le transfert avec le même document. Le projet de résolution exige toutefois que le GRE por evento soit publié avant de reprendre le transport des marchandises.Un autre changement dont les contribuables doivent être conscients, car il pourrait donner lieu à des scénarios complexes, est la création d’un nouveau catalogue d’unités de mesure applicables uniquement aux GRE, qui figure à l’annexe III. Les catalogues d’unités de mesure déjà existants pour toutes les autres factures ne s’appliqueront pas au GRE, ce qui ne manquera pas d’entraîner un manque d’uniformité puisque le même concept utiliserait deux catalogues différents.

Dates de déploiement

Le projet de résolution fixe au 13 juillet 2022 sa date d’entrée en vigueur, date à laquelle les contribuables déjà visés par le GRE peuvent commencer à émettre par les canaux appropriés et commencer volontairement à utiliser le code QR comme support pour le transport.Toutefois, jusqu’au 30 septembre 2022, les contribuables peuvent exceptionnellement émettre des GRE remis par l’intermédiaire de l’OSE-ESE, en tenant compte des conditions et des exigences en place avant la publication de la résolution. Le projet établit également une liste de certains contribuables (émetteurs et transporteurs) qui seront tenus d’émettre le GRE et les dates correspondantes, à l’annexe X, en fonction des types de contribuables et des biens en transport, à compter du 1er janvier 2023.

Et ensuite ?

Comme il s’agit d’un projet de résolution, les changements ne deviennent définitifs qu’avec la publication officielle de la version finale de la résolution. Toutefois, à l’approche du 13 juillet 2022, la résolution devrait être publiée dans les semaines à venir. Par conséquent, les contribuables qui sont déjà dans l’obligation d’émettre des GRE doivent être prêts à se conformer aux nouveaux mandats dans un délai d’un mois.SUNAT accepte les commentaires sur le projet de résolution, qui peuvent être envoyés par courrier électronique jusqu’au 16 juin 2022, à l’adresse suivante: RPATRICI@sunat.gob.pe.

Passez à l’action

Parlez à notre équipe si vous avez des questions sur les dernières exigences en matière de facturation électronique au Pérou. Sovos a plus d’une décennie d’expérience dans la mise à jour de ses clients en matière de mandats de facturation électronique dans le monde entier

Conformément aux obligations fixées par la directive européenne 2014/55 sur la facturation électronique dans les marchés publics, la Belgique a introduit un mandat pour les entités publiques de recevoir et de traiter les factures électroniques en 2019.Pour Bruxelles, la Flandre et la Wallonie, l’initiative est allée au-delà du strict minimum des exigences de la directive européenne et a introduit l’obligation d’émettre également des factures électroniques pour les fournisseurs aux entités du secteur public dans ces régions.Avec les récents changements juridiques, la Belgique se prépare maintenant à étendre l’obligation de facturation électronique à encore plus d’entreprises en introduisant la facturation électronique obligatoire dans le secteur B2B.

Facturation électronique dans les marchés publics

Le 31 mars 2022, le Moniteur belge a publié l’arrêté royal du 9 mars 2022, qui vise à étendre l’obligation d’émettre des factures électroniques à tous les fournisseurs d’institutions publiques dans le cadre de marchés publics et de contrats de concession.Comme mentionné précédemment, une telle obligation était déjà présente dans plusieurs régions, y compris Bruxelles, la Flandre et la Wallonie, mais maintenant le mandat couvre les fournisseurs d’organismes publics dans toutes les régions. Les dates d’émission des factures électroniques dans les marchés publics, en fonction de leur valeur, sont les suivantes:

Seuls les marchés publics et les concessions dont la valeur estimée est inférieure ou égale à 3 000 € HT sont exonérés.

La facturation électronique dans le secteur privé

Comme indiqué précédemment, les autorités belges ont indiqué leur ambition d’aller au-delà de la facturation électronique B2G. Le 11 mai 2022, la Chambre des représentants de Belgique a publié un projet de loi modifiant la loi du 2 août 2002 relative à la lutte contre le retard de paiement dans les transactions commerciales, modifiée en dernier lieu par la loi du 28 mai 2019, dans le but de mettre en œuvre la facturation électronique entre entreprises privées (B2B).La raison d’être de la proposition est la nécessité de permettre aux entreprises d’investir dans la facturation électronique, après avoir déjà soutenu la numérisation de la facturation dans le secteur B2G. Les avantages qui suivront sont un processus de facturation beaucoup plus rapide, plus sûr et minimisant le risque d’erreurs et de données manquantes.De plus, les risques de fraude diminueront tandis que la protection de la vie privée augmentera, sans qu’il soit nécessaire d’intervenir humainement dans le processus de facturation.Enfin, l’aspect environnemental concernant la réduction de la consommation de papier est mis en évidence. En termes de gain financier, tel que calculé par le Service de simplification administrative (DAV), la numérisation complète des factures en Belgique pourrait réduire la charge administrative de 3,37 milliards d’euros.Sur la base du projet de loi, les entreprises (à l’exception des micro-entreprises) seront tenues d’envoyer leurs factures sous forme électronique structurée (conformément à la norme européenne pour la facturation électronique EN 16931-1:2017 et CEN/TS 16931-2:2017) ainsi que de recevoir et de traiter les factures par voie électronique.Rien dans le projet de loi ne décrit l’implication d’une plate-forme de dédouanement centralisée ou la déclaration des données de facture électronique aux autorités fiscales. À l’heure actuelle, rien n’indique officiellement que le mandat proposé serait conçu comme un système de facturation électronique de contrôle continu des transactions (CCT), mais il est possible que le système évolue pour se connecter à PEPPOL.La loi entrera en vigueur le 1er janvier 2025 en ce qui concerne les PME, garantissant ainsi aux entreprises suffisamment de temps pour se préparer à la transition. S’il s’agit de grandes entreprises, on s’attend à ce que la facturation électronique obligatoire soit présente à partir de janvier 2024. À l’origine, la date concernant les gros contribuables était juillet 2023 et les petits contribuables de 2024, donc ces dates seront très probablement reportées.

Passez à l’action

Contactez-nous pour savoir comment Sovos peut vous aider à relever vos défis en matière de conformité en matière de facturation électronique .

Exigences en matière de TVA en Indonésie

Système de facturation électronique et contrôle continu des transactions en Indonésie

Après avoir rencontré des difficultés dans son système de contrôle fiscal, l’Indonésie a adopté un système de facturation électronique, connu sous le nom de e-Faktur. L’exploitation des données communiquées en temps réel grâce aux contrôles continus des transactions (CTC) permet aux autorités fiscales indonésiennes de réduire les cas de fraude tout en contribuant à combler les écarts de TVA.

Vous avez des questions ? Contactez un expert Sovos du CTC en Indonésie.

Les réformes CTC

Introduit en 2014 et entré en vigueur en 2016, le système de facturation électronique indonésien vise à lutter contre les écarts de TVA. Le pays a opté pour la mise en œuvre d’un système de facturation électronique de type Clearance, en vertu duquel les factures doivent être approuvées par l’administration fiscale locale avant d’être envoyées à un client.

En résumé

  • La facturation électronique est obligatoire depuis juillet 2016 pour toutes les entreprises assujetties à la TVA.
  • Les factures électroniques (e-Faktur Pajak ou e-FP) doivent être créées au moyen d’applications et de systèmes imposés par la direction générale des impôts. Il peut s’agir notamment d’applications Web, d’hôte à hôte ou de client de bureau.
  • Les signatures électroniques sont requises pour l’émission de factures électroniques.
  • Toutes les factures doivent obligatoirement être traitées et émises par voie électronique via la plateforme e-Faktur hébergée par le gouvernement. La plateforme de dépôt de déclaration de TVA a été intégrée à la plateforme de facturation électronique.
  • Les certificats électroniques sont nécessaires pour vérifier l’identité du contribuable et sont valables pendant deux ans.
  • Le code d’activation et le mot de passe sont nécessaires pour accéder à e-Nofa et demander des numéros de factures et de procédures fiscales électroniques.
  • Grâce à e-Faktur, les déclarations de TVA sont envoyées périodiquement (généralement mensuellement).

Dates de déploiement du mandat

2014 – Introduction d’e-Faktur Pajak

2016 – Entrée en vigueur d’e-Faktur Pajak

1er octobre 2020 – Sortie de la nouvelle version 3.0 d’e-Faktur Pajak

Comment Sovos peut-elle vous aider ?

Vous recherchez de l’aide pour veiller à ce que votre entreprise respecte les obligations en matière de facturation électronique en Indonésie ?

Nos experts contrôlent, interprètent et codifient en continu ces changements dans notre logiciel, afin de vous aider à réduire la charge administrative de vos équipes informatiques et fiscales.

Découvrez comment la solution mise au point par Sovos peut aider les entreprises à s’adapter aux changements apportés à la conformité à la TVA en Indonésie et partout dans le monde.