La France met en place une comptabilité différée obligatoire sur les importations

Kelsey O'Gorman
janvier 28, 2022

Suite à la mise en œuvre de la loi de finances 2020, qui transfère la gestion et la collecte de la TVA à l’importation des douanes à la Direction générale des finances publiques (DGFIP), la France a mis en œuvre la déclaration obligatoire de la TVA à l’importation dans la déclaration de TVA, plutôt de payer par le biais des douanes comme c’est généralement le cas. Ce changement est entré en vigueur le 1er janvier 2022, avec d’autres modifications de la déclaration de TVA en France, notamment le fractionnement de la déclaration d’échange de biens (DEB), où l’expédition Intrastat et la liste des ventes CE sont désormais des déclarations distinctes.

Cette nouvelle procédure d’importation est obligatoire pour tous les contribuables identifiés à la TVA en France. Les contribuables enregistrés ne peuvent plus choisir de payer la TVA à l’importation aux douanes et doivent déclarer toute la TVA à l’importation via la déclaration de TVA. Il s’agit d’une différence par rapport à la procédure précédente, où les contribuables devaient recevoir une autorisation préalable pour mettre en œuvre un mécanisme d’autoliquidation afin de payer la TVA à l’importation par le biais de la déclaration de TVA. Désormais, ce processus est automatique et obligatoire, et aucune autorisation n’est requise.

Par conséquent, les contribuables effectuant des opérations d’importation en France doivent désormais s’enregistrer à des fins de TVA auprès des autorités fiscales françaises. En outre, le numéro de TVA intracommunautaire français du redevable de la TVA à l’importation doit figurer sur toutes les déclarations en douane.

Modifications de la déclaration de TVA

Les modifications apportées à la déclaration de TVA française comprennent (voir figure 1) :

  • De nouveaux champs pour déclarer la TVA à l’importation et les produits pétroliers
  • Un nouveau système de numérotation pour la plupart des retours
  • Des informations préremplies sur les importations – liste le montant de la TVA à l’importation collectée à partir des articles de douane précédemment déclarés à la Direction générale des douanes et des droits indirects (DGDDI). Les contribuables auront la possibilité de modifier les montants d’importation préremplis avant de les soumettre.
  • Les informations préremplies seront complétées à partir du 14 du mois suivant la date d’échéance
  • Les déclarations de TVA contenant la TVA à l’importation seront dues le 24e jour du mois suivant la période de dépôt

Impact sur les contribuables

À partir du 31 décembre 2021, les « opérateurs étrangers » qui ont importé des biens et ont ensuite effectué des ventes locales dans le cadre de l’autoliquidation nationale sont désormais tenus de s’enregistrer en raison de la partie importation de la transaction, et continueront à appliquer l’autoliquidation à leurs ventes. Cela nécessitera désormais la présentation d’une nouvelle déclaration de TVA.

Jusqu’au 31 décembre 2021, une entreprise étrangère qui importait des biens en France et effectuait des ventes locales dans le cadre de l’autoliquidation devait récupérer la TVA à l’importation payée en vertu de la directive « Remboursement » (entreprises de l’UE) ou de la directive 13e (entreprises hors UE). La France aurait bénéficié d’un avantage en espèces, soit parce que les entreprises n’ont pas présenté de demandes (faible valeur), soit parce que les demandes ont été rejetées pour non-conformité.

Pour les demandes au titre de la 13e directive et des deux considérations précédentes, il y avait également la question de la « réciprocité » qui empêchait les demandes de certains pays comme les États-Unis, par exemple.

Dans le cadre du nouveau régime, toute la TVA à l’importation est récupérée, ce qui entraîne un manque à gagner budgétaire potentiel.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

Kelsey O'Gorman

Kelsey O’Gorman is a Regulatory Counsel at Sovos. Within Sovos’ Regulatory Analysis function, Kelsey focuses on global sales tax and VAT issues, supporting both the tax determination and reporting engines. Kelsey received her B.A. in Psychology from University at Buffalo and her J.D. from Roger Williams University School of Law. She is a member of the Massachusetts Bar.
Share This Post

E-Invoicing Compliance EMEA
December 19, 2022
Tout savoir sur la plateforme de dématérialisation partenaire (PDP)

La facturation électronique impose le passage par une plateforme de dématérialisation mais la législation laisse le choix aux entreprises : plateforme publique ? Plateforme privée ? Et laquelle choisir parmi celles qui seront immatriculées et connues sous le terme plateforme de dématérialisation partenaire ou (PDP). Typologie des factures, gestion des données, relations clients/fournisseurs, transmission, fonctionnalités…Voici […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 8, 2022
La TVA à l’ère numérique: déclaration et facturation électroniques obligatoires pour les transactions intracommunautaires de l’UE

La Commission européenne a annoncé sa proposition tant attendue de modifications législatives relatives à l’initiative ViDA (TVA à l’ère numérique). Il s’agit de l’un des développements les plus importants de l’histoire de la TVA européenne, qui affecte non seulement les entreprises européennes, mais aussi les entreprises de pays tiers dont les activités commercent avec l’UE. […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 1, 2022
Remise FEC: d’une remise sur demande à une remise périodique ?

Le FEC, qui est déjà au centre de l’activité des vérificateurs, ne doit être remis à l’administration fiscale française qu’en cas de contrôle et sur demande. Au regard de l’évolution de ces contrôles et de l’Administration notamment, tout porte à croire que prochainement le FEC devra être remis à intervalle régulier et donc préalablement à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 16, 2022
Contrôle fiscal et FEC : maitriser les risques

Digitalisation rime avec optimisation. Cela se confirme avec l’utilisation du FEC dans le contrôle fiscal. Exploitation des informations, corrélation avec d’autres documents…le data mining sert le contrôle fiscal, et le contrôle Urssaf. Depuis 2014, en cas de contrôle fiscal, un FEC (fichier des écritures comptables) dématérialisé par exercice visé doit être remis au vérificateur dans […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 14, 2022
Créer et générer un FEC conforme : les fondamentaux

Le FEC, tel qu’il doit être remis en cas de contrôle informatisé de comptabilité de l’entreprise, est un fichier dématérialisé, une copie d’un journal comptable composé de toutes les écritures comptables de l’entreprise sur la durée d’un exercice. L’Administration a posé de nombreuses normes techniques, structurelles, qualitatives. Décryptage. Constitué des écritures comptables après opérations d’inventaire, […]