Brexit et représentation fiscale : Que doivent savoir les entreprises opérant dans l’UE ?

Andrew Hocking
novembre 12, 2020

Notre série sur le Brexit et la TVA vise à fournir les informations essentielles et les conseils de planification dont ont besoin les entreprises qui exercent des activités transfrontalières. Cette semaine, nous abordons la question de la représentation fiscale dans l’UE. Le Royaume-Uni étant désormais un pays tiers du point de vue de la TVA, les entreprises doivent prendre plusieurs mesures urgentes.

Représentation fiscale post-Brexit dans l’UE

Les représentants fiscaux constituent effectivement une police d’assurance pour les autorités fiscales, dont ils protègent la capacité à collecter la TVA. Les États membres de l’UE ont des positions différentes sur la représentation fiscale. Certains exigent des entreprises non européennes qu’elles prennent un rendez-vous local si l’entreprise doit être enregistrée à la TVA.

Les représentants fiscaux sont des entreprises locales agissant pour le compte d’entreprises non communautaires. Ils assument souvent une responsabilité conjointe et solidaire en matière de TVA. Les entreprises qui assument ce rôle doivent satisfaire à une série de mesures définies par l’État membre en question. Elles doivent souvent être autorisées à agir par l’autorité fiscale compétente.

Quand ai-je besoin d’un représentant fiscal ?

Il existe deux situations courantes dans lesquelles des représentants fiscaux sont nécessaires. La première est celle où une entreprise non européenne s’enregistre dans un État membre où la représentation fiscale est requise. La représentation fiscale est imposée de différentes manières et à la discrétion de l’État membre. Ainsi, dans certains pays, elle est obligatoire pour toutes les entreprises non résidentes qui doivent s’enregistrer, tandis que dans d’autres, elle dépend de l’activité du contribuable. De même, certaines autorités fiscales ne l’exigent pas, tandis que d’autres la rendent facultative.

Le deuxième scénario courant pour la représentation fiscale est celui où la nomination d’un représentant fiscal offre à une entreprise l’accès à un régime de TVA avantageux, comme c’est le cas aux Pays-Bas pour le report de la TVA à l’importation.

Après le Brexit, le Royaume-Uni deviendra un pays tiers aux fins de la TVA. La plupart des nations de l’UE exigent une représentation fiscale pour les entreprises non européennes – avec quelques exceptions notables comme l’Allemagne – donc toutes les entreprises qui choisissent ou doivent rester enregistrées dans les nations de l’UE après le 31 décembre doivent déterminer la position des pays dans lesquels elles opèrent.

Quelles sont les questions à prendre en compte ?

Alors que de nombreuses entreprises restructurent leurs chaînes d’approvisionnement pour atténuer les conséquences du Brexit, des situations se présentent où elles doivent s’inscrire à la TVA pour la première fois. Si le pays qui exige les enregistrements demande une représentation fiscale, les entreprises doivent alors chercher à nommer un représentant fiscal local.

Les entreprises britanniques se trouvent dans une situation particulière et complexe. Les autorités fiscales se débattent sous le poids des demandes massives de représentants fiscaux, car un besoin important a été généré en un temps relativement court. En conséquence, certains États membres donnent des conseils spécifiques aux entreprises britanniques, et d’autres pourraient suivre. La France, par exemple, a récemment précisé que les entreprises britanniques n’avaient pas besoin de désigner un représentant fiscal. Bien que tous les détails et toutes les orientations ne soient pas encore disponibles, cela devrait être une raison de pousser un soupir de soulagement collectif pour toutes les entreprises britanniques enregistrées à la TVA en France. Mais attention aux positions divergentes – la Belgique avait précédemment indiqué à toutes les entreprises britanniques titulaires d’un enregistrement de TVA non résident qu’elles devaient désigner un représentant fiscal avant la fin de 2020. Elle a assoupli cette position, les autorités offrant une prolongation jusqu’en juin 2021. Dans les semaines à venir, d’autres États membres pourraient adopter des approches similaires.

Quelle que soit la position de chaque État membre, il y a des considérations temporelles à prendre en compte. Le risque que les représentants fiscaux prennent pour une entreprise est important. Le processus d’obtention d’une représentation fiscale est donc souvent long et peut impliquer des garanties financières.

Prochaines étapes

La représentation fiscale est là pour rester – il est donc fondamental de planifier dès maintenant. Indépendamment du Brexit, le processus d’établissement de la représentation fiscale de l’UE pour la TVA prend du temps. Par conséquent, les entreprises doivent agir rapidement pour établir le soutien nécessaire dans les pays où il y a une obligation d’enregistrement.

Les étapes essentielles sont un examen urgent et continu des différentes positions des autorités fiscales, et une planification minutieuse des coûts administratifs et financiers associés.

Pour plus de contenu sur l’après-Brexit :

Récupération des biens, des services et de la TVA après le Brexit – Que doivent savoir les entreprises ?

Contrôles frontaliers au Royaume-Uni après le Brexit – Ce que vous devez savoir sur l’importation de marchandises

Le Royaume-Uni reporte la comptabilisation des importations pour la TVA

L’après-Brexit : Comptabilisation de la TVA à l’importation reportée et différée dans l’UE

Passez à l’action

Vous souhaitez connaître l’impact du Brexit sur vos obligations en matière de TVA ? Inscrivez-vous à notre prochain webinaire Brexit et TVA : protégez vos précieuses chaînes d’approvisionnement et minimisez les perturbations coûteuses pour en savoir plus.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

Andrew Hocking

Director of Managed Services. Andrew is the Director of Sovos’ Managed Services group in Europe. Based in London, he leads teams specialising in IPT and VAT compliance and fiscal representation in over 30 countries. Andrew holds qualifications in Finance and Business Law, and is a qualified Chartered Accountant with over 10 years experience in indirect tax and technology.
Share This Post

E-Invoicing Compliance EMEA
December 19, 2022
Tout savoir sur la plateforme de dématérialisation partenaire (PDP)

La facturation électronique impose le passage par une plateforme de dématérialisation mais la législation laisse le choix aux entreprises : plateforme publique ? Plateforme privée ? Et laquelle choisir parmi celles qui seront immatriculées et connues sous le terme plateforme de dématérialisation partenaire ou (PDP). Typologie des factures, gestion des données, relations clients/fournisseurs, transmission, fonctionnalités…Voici […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 8, 2022
La TVA à l’ère numérique: déclaration et facturation électroniques obligatoires pour les transactions intracommunautaires de l’UE

La Commission européenne a annoncé sa proposition tant attendue de modifications législatives relatives à l’initiative ViDA (TVA à l’ère numérique). Il s’agit de l’un des développements les plus importants de l’histoire de la TVA européenne, qui affecte non seulement les entreprises européennes, mais aussi les entreprises de pays tiers dont les activités commercent avec l’UE. […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 1, 2022
Remise FEC: d’une remise sur demande à une remise périodique ?

Le FEC, qui est déjà au centre de l’activité des vérificateurs, ne doit être remis à l’administration fiscale française qu’en cas de contrôle et sur demande. Au regard de l’évolution de ces contrôles et de l’Administration notamment, tout porte à croire que prochainement le FEC devra être remis à intervalle régulier et donc préalablement à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 16, 2022
Contrôle fiscal et FEC : maitriser les risques

Digitalisation rime avec optimisation. Cela se confirme avec l’utilisation du FEC dans le contrôle fiscal. Exploitation des informations, corrélation avec d’autres documents…le data mining sert le contrôle fiscal, et le contrôle Urssaf. Depuis 2014, en cas de contrôle fiscal, un FEC (fichier des écritures comptables) dématérialisé par exercice visé doit être remis au vérificateur dans […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 14, 2022
Créer et générer un FEC conforme : les fondamentaux

Le FEC, tel qu’il doit être remis en cas de contrôle informatisé de comptabilité de l’entreprise, est un fichier dématérialisé, une copie d’un journal comptable composé de toutes les écritures comptables de l’entreprise sur la durée d’un exercice. L’Administration a posé de nombreuses normes techniques, structurelles, qualitatives. Décryptage. Constitué des écritures comptables après opérations d’inventaire, […]