,

Optimiser la gestion de la chaîne d’approvisionnement : Mise en place d’un entrepôt européen

David Stokes
mars 28, 2022

Dans notre précédent article de blog, « Optimiser la gestion de la chaîne d’approvisionnement : Considérations clés sur l’importation B2B », nous avons analysé la possibilité pour les fournisseurs britanniques de créer un entrepôt dans l’UE afin de faciliter les livraisons clients. Dans cet article, nous étudierons ce sujet plus en profondeur, toujours du point de vue des transactions B2B.

Les avantages et les inconvénients de la création d’un établissement permanent dans l’UE

Lorsqu’on cherche à mettre en place un entrepôt dans l’UE, il faut d’abord se demander si l’entrepôt créera ou non un établissement stable (ES). L’établissement stable est un concept de fiscalité directe, mais en créer un peut avoir des conséquences en matière de TVA, si cet établissement stable est également considéré comme un établissement fixe.

L’OCDE définit un établissement stable comme une installation fixe d’activité par l’intermédiaire de laquelle une entreprise exerce tout ou partie de son activité.

L’UE, quant à elle, définit un établissement stable comme la présence permanente des ressources humaines et techniques nécessaires pour faciliter une prestation.

Toutefois, la tendance à l’entreposage local, aux « livraisons à la demande », à la « gig economy » avec des entrepreneurs locaux et autres évolutions poussent les autorités fiscales à adapter ces définitions.

Par exemple, en ce qui concerne l’entreposage, le point de vue traditionnel est qu’un contribuable doit posséder ou louer un entrepôt et employer du personnel pour qu’il soit considéré comme un établissement fixe aux fins de la TVA. Toutefois, une autorité fiscale a jugé qu’un établissement fixe peut également être créé lorsqu’un entrepositaire met à la disposition exclusive d’un contribuable une zone définie au sein d’un entrepôt, ainsi que du personnel.

La création d’un établissement permanent, aussi considéré comme un établissement fixe, aura à la fois des avantages et des inconvénients. Du côté positif, le fournisseur sera tenu de facturer la TVA sur les ventes locales impliquant l’établissement fixe, et l’enregistrement de la TVA pourra être utilisé pour déduire la TVA payée à l’importation. De plus, le fournisseur peut ne pas être tenu de désigner un agent de douane indirect pour agir en tant que déclarant des importations. En revanche, l’entreprise devra payer la TVA locale sur certaines fournitures, qui autrement feraient l’objet d’une autoliquidation au Royaume-Uni, et pourraient être assujetties à l’impôt direct.

Comme il s’agit d’un blog sur la TVA, nous ne nous attarderons pas sur ce qui précède, mais il est clair que l’utilisation éventuelle d’un entrepôt est un élément à prendre en considération dans la mise en place de la chaîne d’approvisionnement.

Lorsque l’on détermine si on souhaite établir et ou implanter un entrepôt dans l’UE, plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Dans cet article, nous nous pencherons sur le cas d’un fournisseur britannique qui cherche à établir un entrepôt pour servir des clients en Espagne.

L’Espagne considère qu’un entrepôt tiers peut constituer un établissement permanent lorsque le fournisseur a un accès exclusif à une zone définie de l’entrepôt. Il sera donc important d’examiner attentivement le contrat d’entrepôt pour connaître les conséquences en matière de TVA avant de le signer.

Autoliquidation de la TVA due à l’importation

L’Espagne applique un système d’autoliquidation pour les ventes nationales entre entreprises. Par conséquent, un fournisseur britannique qui importe des biens en Espagne et réalise uniquement des ventes intérieures interentreprises ne sera pas tenu de facturer la TVA locale. Il n’y aura pas non plus d’obligation de soumettre une déclaration de TVA locale, et la TVA à l’importation sera donc récupérée via la directive 13. Il s’agira potentiellement d’un flux de trésorerie négatif important.

Pour éviter cela, le fournisseur britannique pourrait changer le lieu d’importation des biens de la façon suivante :

Lorsque les biens sont envoyés en Espagne, l’importation a lieu en France. Le fournisseur britannique déclarera les marchandises pour l’importation en France, puis déclarera un transfert de marchandises propres de la France vers l’Espagne lorsque les marchandises arriveront dans l’entrepôt espagnol. Dans le cas où les marchandises sont transportées par camion, cela ne devrait pas poser problème.

Depuis le 1er janvier 2022, la France dispose d’un mécanisme d’autoliquidation obligatoire pour la TVA à l’importation, et il n’y a donc aucun problème pour récupérer la TVA à l’importation payée, pourvu que les conditions soient remplies. Le fournisseur aura besoin d’un numéro de TVA français pour déclarer une expédition depuis la France et pour déclarer une acquisition en Espagne. Le fournisseur aura également besoin d’un numéro de TVA espagnol pour déclarer ses acquisitions, mais il ne sera pas tenu de soumettre une déclaration de TVA, puisque toutes les ventes réalisées à partir de l’entrepôt espagnol relèvent de l’autoliquidation étendue.

Une autre solution consiste à importer les marchandises dans un entrepôt français à partir duquel le fournisseur britannique peut effectuer des livraisons intracommunautaires à ses clients espagnols, évitant ainsi d’avoir besoin d’un numéro de TVA espagnol et de devoir faire une déclaration SII si le seuil est dépassé.

La TVA est une taxe sur les transactions, et une fois qu’une transaction a eu lieu, elle ne peut être annulée. Il est donc important de bien comprendre les conséquences de la TVA sur une transaction proposée avant de signer un contrat. Une fois le contrat signé, les parties sont engagées par les conséquences de la TVA, à moins que le contrat ne puisse être renégocié avant l’expédition des marchandises. Une fois les marchandises expédiées, la conséquence de la TVA est cristallisée et ne peut être modifiée.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

David Stokes

As an FCCA of many years, David brings a commercially focused accounting perspective to the treatment of European VAT issues. He specialises in the understanding of cross-border VAT transactions and has helped many clients map their flows to optimise their VAT position. He has successfully completed the VAT Forum’s ‘Expert in European VAT’ course and is a partner of the forum. As well as advising clients David also sits on several technology product development teams at Sovos.
Share This Post

E-Invoicing Compliance EMEA
December 19, 2022
Tout savoir sur la plateforme de dématérialisation partenaire (PDP)

La facturation électronique impose le passage par une plateforme de dématérialisation mais la législation laisse le choix aux entreprises : plateforme publique ? Plateforme privée ? Et laquelle choisir parmi celles qui seront immatriculées et connues sous le terme plateforme de dématérialisation partenaire ou (PDP). Typologie des factures, gestion des données, relations clients/fournisseurs, transmission, fonctionnalités…Voici […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 8, 2022
La TVA à l’ère numérique: déclaration et facturation électroniques obligatoires pour les transactions intracommunautaires de l’UE

La Commission européenne a annoncé sa proposition tant attendue de modifications législatives relatives à l’initiative ViDA (TVA à l’ère numérique). Il s’agit de l’un des développements les plus importants de l’histoire de la TVA européenne, qui affecte non seulement les entreprises européennes, mais aussi les entreprises de pays tiers dont les activités commercent avec l’UE. […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 1, 2022
Remise FEC: d’une remise sur demande à une remise périodique ?

Le FEC, qui est déjà au centre de l’activité des vérificateurs, ne doit être remis à l’administration fiscale française qu’en cas de contrôle et sur demande. Au regard de l’évolution de ces contrôles et de l’Administration notamment, tout porte à croire que prochainement le FEC devra être remis à intervalle régulier et donc préalablement à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 16, 2022
Contrôle fiscal et FEC : maitriser les risques

Digitalisation rime avec optimisation. Cela se confirme avec l’utilisation du FEC dans le contrôle fiscal. Exploitation des informations, corrélation avec d’autres documents…le data mining sert le contrôle fiscal, et le contrôle Urssaf. Depuis 2014, en cas de contrôle fiscal, un FEC (fichier des écritures comptables) dématérialisé par exercice visé doit être remis au vérificateur dans […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 14, 2022
Créer et générer un FEC conforme : les fondamentaux

Le FEC, tel qu’il doit être remis en cas de contrôle informatisé de comptabilité de l’entreprise, est un fichier dématérialisé, une copie d’un journal comptable composé de toutes les écritures comptables de l’entreprise sur la durée d’un exercice. L’Administration a posé de nombreuses normes techniques, structurelles, qualitatives. Décryptage. Constitué des écritures comptables après opérations d’inventaire, […]