Paquet de commerce électronique TVA et OSS de l’UE: réponses à vos questions

Sovos
avril 28, 2021

Nous avons organisé un webinaire sur le prochain paquet e-commerce TVA de l’UE avec notre équipe TVA.

Parmi les sujets abordés, citons le One Stop Shop (OSS), l’Import One Stop Shop (IOSS) et les nouvelles obligations en matière de TVA pour les vendeurs et les places de marché qui auront un impact sur votre activité.

Bien que notre équipe d’experts ait répondu à de nombreuses questions, elle n’a pas eu le temps de répondre à tout le monde. Voici un résumé utile.

One Stop Shop (OSS)

Si une entreprise est inscrite à l’OSS en dehors de l’UE et n’utilise pas d’intermédiaire, devra-t-elle placer une caution pour couvrir les futurs paiements de la TVA sur l’OSS ?

Certains États membres exigent de ces contribuables qu’ils désignent des représentants fiscaux pour les OSS de l’Union. Cela conduit normalement à une garantie bancaire soit pour le représentant fiscal, soit pour l’administration fiscale. L’obligation de désigner un intermédiaire ne concerne que les IOSS.

Lorsque des marchandises sont expédiées à un client de l’UE depuis l’extérieur de l’UE, comment les douanes de l’UE savent-elles que la TVA a été comptabilisée dans le cadre de l’OSS et qu’elles ou l’agent d’expédition n’ont pas besoin d’établir une facture de TVA pour le client ?

La TVA est due au titre de l’IOSS. Le vendeur disposera d’un numéro de référence IOSS (références) qui devra être signalé dans le cadre de la déclaration en douane. Les douanes s’en serviront pour rapprocher la TVA déclarée à la douane et la TVA comptabilisée dans la déclaration de TVA. Il n’est pas nécessaire d’établir une facture de TVA.

What if a company has both B2C and B2B transactions in a country? Do we need to keep VAT registration for B2B transactions? Can we keep both of our B2B and B2C sales under VAT return, or should we move B2C under OSS?

Les transactions B2B nécessitent des enregistrements de TVA selon les règles actuelles. Pour le B2C, l’effet pratique du seuil de 10 000 euros est que la grande majorité des vendeurs auront besoin de numéros de TVA dans chaque État membre où ils vendent du B2C ou utilisent le logiciel libre.

Si, en raison des transactions B2B, une entreprise dispose de tous les enregistrements requis également pour le B2C, elle peut utiliser ces enregistrements.

Le logiciel libre est (actuellement) facultatif, mais il est nécessaire de procéder à un examen des chaînes d’approvisionnement actuelles pour comprendre comment la TVA s’appliquera après l’entrée en vigueur du paquet TVA sur le commerce électronique de l’UE.

Si une entreprise vend des produits dans l’UE alors que ces produits proviennent des États-Unis, du Royaume-Uni ou de l’UE, doit-elle s’enregistrer à la fois pour les logiciels libres et les logiciels gratuits ?

Les marchandises vendues dans l’UE et dont la livraison commence dans l’UE sont éligibles pour OSS. Les marchandises vendues au sein de l’UE et dont la livraison commence dans un pays tiers peuvent bénéficier de l’IOSS. Par conséquent, il serait nécessaire de s’enregistrer pour les deux (bien que ce ne soit pas obligatoire actuellement).

Si une société n’est pas enregistrée dans un pays de l’UE et commence à utiliser IOSS, devra-t-elle créer une entreprise et s’enregistrer à la TVA dans un pays de l’UE ? Ou si non, quel est l’avantage d’utiliser IOSS au lieu de créer une société dans un pays de l’UE ?

There is no requirement to set up an EU business to use any of the OSS schemes. There is no need to have a normal VAT registration in the EU to apply for IOSS or a non-Union OSS VAT registration. It’s necessary to have a normal VAT registration in place in a Member State to use OSS.

La valeur des marchandises jusqu’à 150 € inclus

Si les produits sont un mélange de valeurs supérieures et inférieures à 150 €, les OSS couvrent-ils toutes ces ventes ?

Le système OSS s’applique à toutes les ventes dont la livraison commence au sein de l’UE, quelle que soit la valeur intrinsèque. Si les marchandises proviennent de l’extérieur de l’UE, le système IOSS ne s’applique qu’aux marchandises d’une valeur inférieure à 150 €.

La valeur de 150 € correspond-elle à un seul article ou à la valeur totale de la transaction ? Que se passe-t-il si les marchandises sont facturées séparément et livrées ensemble ?

La valeur est basée sur l’envoi réel expédié. Un envoi est défini comme des marchandises emballées ensemble et expédiées simultanément par le même fournisseur ou fournisseur sous-jacent au même destinataire et couvertes par le même contrat de transport.

Les notes explicatives disent :

Par conséquent, les marchandises expédiées par le même expéditeur au même destinataire qui ont été commandées et expédiées séparément, même si elles arrivent le même jour mais sous forme de colis distincts à l’opérateur postal ou au transporteur express de destination, doivent être considérées comme des envois distincts, à moins qu’il n’y ait une suspicion raisonnable que l’envoi a été divisé intentionnellement afin d’éviter le paiement des droits de douane. De la même manière, les marchandises commandées séparément par la même personne, mais expédiées ensemble, seraient considérées comme un seul envoi.

Dans le cas où les biens sont commandés par le biais d’une interface électronique, cette dernière ne dispose généralement pas, au moment de la fourniture, de l’information sur le fait que le fournisseur sous-jacent expédie les biens en un seul ou plusieurs envois.

L’interface électronique est donc tenue de faire certaines hypothèses raisonnables, par exemple, lorsque plusieurs marchandises sont commandées par le même client au même moment et auprès du même fournisseur, l’interface électronique doit présumer que les marchandises formeront un seul envoi. Lorsque plusieurs commandes distinctes sont passées par le même client le même jour, l’interface électronique doit également présumer que les marchandises appartenant aux différentes commandes formeront des envois séparés.

More details can be found in the customs guidance (section 1.3.2 and section 3.1.4)

Passez à l’action

Still have questions about OSS and IOSS? Download our e-book to understand the implications of the 2021 EU e-commerce VAT package and ensure your business is ready by 1 July 2021 for the significant changes ahead

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

Sovos

Sovos was built to solve the complexities of the digital transformation of tax, with complete, connected offerings for tax determination, continuous transaction controls, tax reporting and more. Sovos customers include half the Fortune 500, as well as businesses of every size operating in more than 70 countries. The company’s SaaS products and proprietary Sovos S1 Platform integrate with a wide variety of business applications and government compliance processes. Sovos has employees throughout the Americas and Europe, and is owned by Hg and TA Associates.
Share This Post

EMEA
June 16, 2022
TVA sur les jetons non fongibles (NFT)

La popularité récente des jetons non fongibles (NFT) a captivé les investisseurs, les gouvernements et les autorités fiscales. Un NFT est un actif numérique qui représente des objets du monde réel tels qu’une œuvre d’art numérique, un clip audio, un jeu en ligne ou toute autre chose. Les NFT sont achetés et vendus en ligne […]

Conformité fiscale des primes d'assurance EMEA
June 15, 2022
Gros plan : Pourquoi le régime italien des TPI est-il si difficile ?

Conformité fiscale en Italie – par où commencer ? Des règlements fiscaux mensuels à la déclaration annuelle, en passant par le paiement anticipé, la déclaration supplémentaire et le traitement des primes négatives , tous ces facteurs font de l’Italie une juridiction unique et l’une des plus difficiles du point de vue de la conformité à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
June 15, 2022
Les accords de réciprocité et leur importance lors du recouvrement de la TVA

Sovos a récemment organisé un webinaire en ligne sur le recouvrement de la TVA où nous avons couvert les accords de réciprocité entre le Royaume-Uni et les États membres de l’UE lors de la demande de remboursement de la TVA de la 13e directive. L’une des questions qui revenait sans cesse est de savoir ce […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 14, 2022
Le projet de résolution apporte des modifications au document relatif au transport électronique du Pérou

La facturation électronique a été introduite au Pérou en 2010, suivant la tendance des contrôles continus des transactions (CTC) dans les pays d’Amérique latine pour une collecte plus efficace des taxes à la consommation. Depuis lors, le gouvernement a mis en place des mesures visant à englober un nombre important de contribuables dans le cadre […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 9, 2022
La Belgique se rapproche de la facturation électronique obligatoire

Conformément aux obligations fixées par la directive européenne 2014/55 sur la facturation électronique dans les marchés publics, la Belgique a introduit un mandat pour les entités publiques de recevoir et de traiter les factures électroniques en 2019.Pour Bruxelles, la Flandre et la Wallonie, l’initiative est allée au-delà du strict minimum des exigences de la directive […]