Le Brexit un an après – Que savons-nous ?

David Stokes
janvier 13, 2022

Le protocole d’Irlande du Nord concernant les marchandises circulant de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord continue de poser des problèmes, ce qui a conduit à des appels à sa suspension via l’article 16. Mais en même temps, certains politiciens d’Irlande du Nord cherchent à capitaliser sur la possibilité d’investissements étrangers par des entreprises qui peuvent bénéficier de leur présence à la fois au Royaume-Uni et sur le marché unique. La quadrature du cercle sera intéressante.

Pour les marchandises circulant de la Grande-Bretagne vers l’UE, il a été nécessaire de revoir les chaînes d’approvisionnement et la conformité à la TVA, notamment lorsque le fournisseur britannique est tenu d’importer les marchandises. Il s’agit ici d’un problème où la théorie se heurte à la réalité et où les plans doivent être révisés.

De nombreux fournisseurs britanniques vendant des marchandises dans l’UE ont décidé qu’une bonne approche consisterait à obtenir un numéro de TVA aux Pays-Bas, puis à importer les marchandises en vertu d’une licence au titre de l’article 23 afin de reporter la TVA à l’importation sur la déclaration de TVA – un système simple à mettre en place et à gérer. Toutefois, en vertu du code des douanes de l’Union, toute personne qui importe des marchandises dans l’UE est tenue soit d’être établie dans l’UE, soit de désigner un "commissionnaire en douane indirect" établi dans l’UE.

En acceptant un tel rendez-vous, l’entité de l’UE devient conjointement responsable avec l’importateur de la TVA et des droits dus. Il n’est pas surprenant qu’il soit difficile de trouver des entreprises prêtes à offrir un tel service. En 2020, l’organisme représentant les transitaires en Allemagne a suggéré qu’aucun rendez-vous de ce type ne devrait être accepté en raison du risque financier. Pour de nombreuses entreprises britanniques, la seule solution a été de créer une société dans l’UE, souvent aux Pays-Bas, pour importer en leur nom.

Le Brexit a également posé des problèmes aux entreprises britanniques qui fournissent des équipements devant être installés dans des usines ou d’autres locaux, tels que des éléments de chaînes de production.

Au sein du marché unique, il existe une simplification pour ces livraisons. Le fournisseur peut déplacer les biens dans un autre État membre pour les installer, l’acheteur devant s’acquitter de la taxe d’acquisition due sur les biens. En effet, il n’est pas nécessaire que le fournisseur dispose d’un numéro de TVA local dans l’État membre où les biens sont installés.

À la suite du Brexit, les fournisseurs qui expédient des marchandises de la Grande-Bretagne vers l’UE pour les installer ne peuvent plus recourir à cette simplification. Au lieu de cela, le fournisseur britannique doit désormais importer les biens dans l’UE, puis réaliser une vente. Si les biens sont importés et installés dans un État membre où l’autoliquidation étendue s’applique à la vente, il y aura un problème de trésorerie concernant la TVA à l’importation payée. Les réclamations doivent être faites en vertu de la 13e directive et, si l’État membre concerné applique le concept de "réciprocité", la réclamation peut être refusée.

La "réciprocité" permet à un État membre de refuser le remboursement de la TVA aux contribuables de pays tiers qui n’autorisent pas le remboursement de la TVA aux contribuables de l’État membre. L’État membre publie normalement une liste des pays tiers qui peuvent présenter des demandes lorsque la réciprocité est invoquée.

Avant le Brexit, il n’était pas nécessaire que le Royaume-Uni figure sur une telle liste, ce qui représente désormais un risque réel. Certains États membres, dont l’Espagne, ont ajouté le Royaume-Uni à leur liste immédiatement après le Brexit. Si ces subtiles complexités ne sont pas prises en compte avant l’accord d’une transaction, les conséquences en termes de trésorerie pourraient être graves – la planification est donc essentielle.

Les entreprises doivent également s’assurer qu’elles sont préparées aux changements qui entreront en vigueur le 1er janvier 2022.

En vertu de l’accord de commerce et de coopération entre l’UE et le Royaume-Uni, les marchandises exportées de Grande-Bretagne vers l’UE et ayant une origine britannique sont exemptes de droits d’importation. Dans certaines situations, les exportateurs exigent de leurs fournisseurs des informations sur l’origine des marchandises qu’ils fournissent.

Jusqu’au 31 décembre 2021, un exportateur de marchandises de Grande-Bretagne vers l’UE n’avait pas besoin de détenir une déclaration du fournisseur lorsqu’il établissait une déclaration sur l’origine à utiliser par le client pour demander le taux de droit nul sur les importations dans l’UE. Il suffit que l’exportateur soit convaincu que les règles d’origine sont respectées et qu’il mette tout en œuvre pour obtenir des déclarations du fournisseur à titre rétroactif.

Supposons qu’un exportateur britannique découvre qu’une déclaration du fournisseur n’est pas disponible rétroactivement. Dans ce cas, il doit informer le client de l’UE qui devra examiner l’impact sur les importations qu’il a effectuées.

Si un exportateur ne peut répondre à une demande officielle de vérification de l’origine des marchandises au Royaume-Uni, le client de l’UE sera tenu de payer rétroactivement le taux de droit intégral.

À partir du 1er janvier 2022, un exportateur doit détenir une déclaration du fournisseur, lorsqu’elle est requise, lorsqu’il fait la déclaration d’origine au client, faute de quoi le taux plein de droits de douane est exigible. Cette modification importante des règles aura un impact sur toutes les entreprises qui exportent vers l’UE, y compris les détaillants en ligne qui vendent des marchandises de plus de 150 euros.

Passez à l’action

Contactez pour connaître les avantages qu’un fournisseur de services gérés peut offrir pour alléger la charge de conformité à la TVA de votre entreprise.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

David Stokes

As an FCCA of many years, David brings a commercially focused accounting perspective to the treatment of European VAT issues. He specialises in the understanding of cross-border VAT transactions and has helped many clients map their flows to optimise their VAT position. He has successfully completed the VAT Forum’s ‘Expert in European VAT’ course and is a partner of the forum. As well as advising clients David also sits on several technology product development teams at Sovos.
Share This Post

E-Invoicing Compliance EMEA
December 19, 2022
Tout savoir sur la plateforme de dématérialisation partenaire (PDP)

La facturation électronique impose le passage par une plateforme de dématérialisation mais la législation laisse le choix aux entreprises : plateforme publique ? Plateforme privée ? Et laquelle choisir parmi celles qui seront immatriculées et connues sous le terme plateforme de dématérialisation partenaire ou (PDP). Typologie des factures, gestion des données, relations clients/fournisseurs, transmission, fonctionnalités…Voici […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 8, 2022
La TVA à l’ère numérique: déclaration et facturation électroniques obligatoires pour les transactions intracommunautaires de l’UE

La Commission européenne a annoncé sa proposition tant attendue de modifications législatives relatives à l’initiative ViDA (TVA à l’ère numérique). Il s’agit de l’un des développements les plus importants de l’histoire de la TVA européenne, qui affecte non seulement les entreprises européennes, mais aussi les entreprises de pays tiers dont les activités commercent avec l’UE. […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 1, 2022
Remise FEC: d’une remise sur demande à une remise périodique ?

Le FEC, qui est déjà au centre de l’activité des vérificateurs, ne doit être remis à l’administration fiscale française qu’en cas de contrôle et sur demande. Au regard de l’évolution de ces contrôles et de l’Administration notamment, tout porte à croire que prochainement le FEC devra être remis à intervalle régulier et donc préalablement à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 16, 2022
Contrôle fiscal et FEC : maitriser les risques

Digitalisation rime avec optimisation. Cela se confirme avec l’utilisation du FEC dans le contrôle fiscal. Exploitation des informations, corrélation avec d’autres documents…le data mining sert le contrôle fiscal, et le contrôle Urssaf. Depuis 2014, en cas de contrôle fiscal, un FEC (fichier des écritures comptables) dématérialisé par exercice visé doit être remis au vérificateur dans […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 14, 2022
Créer et générer un FEC conforme : les fondamentaux

Le FEC, tel qu’il doit être remis en cas de contrôle informatisé de comptabilité de l’entreprise, est un fichier dématérialisé, une copie d’un journal comptable composé de toutes les écritures comptables de l’entreprise sur la durée d’un exercice. L’Administration a posé de nombreuses normes techniques, structurelles, qualitatives. Décryptage. Constitué des écritures comptables après opérations d’inventaire, […]