Contrôles frontaliers au Royaume-Uni après le Brexit – Ce que vous devez savoir sur l’importation de marchandises

Andrew Hocking
octobre 14, 2020

Dans notre série Brexit et TVA , nous nous penchons sur certaines des questions les plus importantes du moment pour vous apporter clarté et conseils.

La semaine dernière, nous nous sommes penchés sur biens, services et TVA. Cette semaine, nous abordons les contrôles frontaliers britanniques post-Brexit et l’importation de marchandises.

Circulation des marchandises après le Brexit

Actuellement, le concept d’expéditions et d’acquisitions s’applique aux marchandises qui circulent entre la Grande-Bretagne et l’UE. Après le 31 décembre, la circulation des marchandises sera soumise au traitement des exportations et des importations. En ce qui concerne les exportations, le taux zéro peut s’appliquer si les conditions pertinentes sont remplies. En revanche, les importations sont soumises à la TVA à l’importation et potentiellement à des droits de douane.

Le chemin vers la clarté post-Brexit sur les importations a été long et sinueux. En février 2020, le gouvernement britannique a introduit une série de mesures visant à atténuer l’impact potentiel d’un Brexit dur. L’introduction de procédures simplifiées transitoires (PST) pour l’entrée en douane au Royaume-Uni visait à réduire les charges pesant sur les entreprises. Le gouvernement britannique a également annoncé le report de la comptabilisation de la TVA à l’importation. Cela permet de comptabiliser la taxe au moment de la déclaration plutôt qu’à l’importation.

Après avoir signé l’accord de transition, le gouvernement a abandonné ces mesures. La controverse autour de la suppression de la comptabilité différée pour la TVA à l’importation et l’évolution catastrophique de la pandémie de COVID-19 ont probablement influencé la réflexion du gouvernement britannique. Le budget de printemps de mars a réintroduit la comptabilité différée. Puis, en juin, Downing Street a présenté des orientations actualisées et une mise en œuvre progressive en trois étapes pour les contrôles aux frontières. Cette approche permet d’atténuer, dans une certaine mesure, les changements provoqués par la pandémie et témoigne de la capacité du gouvernement britannique lui-même dans les mois à venir.

Approche en trois étapes des contrôles aux frontières après le Brexit

  • Étape 1 : Janvier 2021. Au cours de cette étape, des exigences douanières de base telles que des enregistrements suffisants pour l’importation de marchandises standard seront introduites. Conformément à la PST, il y aura jusqu’à six mois pour remplir les déclarations en douane. Les droits de douane seront exigibles lors de la présentation de la déclaration en douane et non au moment de l’entrée.
  • Étape 2 : avril 2021. Au cours de la deuxième étape, tous les produits d’origine animale (POAO) et tous les végétaux et produits végétaux réglementés devront faire l’objet d’une notification préalable et d’une documentation sanitaire.
  • Étape 3 : juillet 2021. La dernière étape de la mise en œuvre exigera des entreprises déplaçant toutes les marchandises qu’elles fassent des déclarations au point d’importation. Les droits de douane éventuels seront dus à ce moment-là.

Dès la première étape, les marchandises contrôlées comme l’alcool et le tabac seront soumises à des contrôles. En l’absence d’accord préférentiel avec le pays exportateur, par exemple un accord de libre-échange avec l’UE, les nouvelles listes de tarifs mondiaux (UKGT) s’appliqueront. L’UKGT est un document qui représente le pire des scénarios, montrant les tarifs qui s’appliqueront aux marchandises importées en l’absence d’un accord de libre-échange. Les plus attentifs d’entre nous noteront les changements entre l’UKGT actuel et la liste temporaire de 2019. Dans cette dernière, 88 % des marchandises étaient exemptes de droits de douane, tandis que le nouvel UKGT réduit ce niveau à 60 %.

Mécanismes de changement

Outre les vérifications, les contrôles et les coûts des importations, il existe une série de changements dans les mécanismes d’importation de marchandises que les entreprises doivent prendre en compte après le Brexit. Les procédures simplifiées de fret douanier (PFSD), le système de déclaration en douane électronique existant et l’enregistrement des déclarations d’entrée (EIDR) seront disponibles sans application jusqu’au 30 juin 2021. Ceci pour autant que les entreprises remplissent les conditions requises. Après cette date, elles devront obtenir un agrément.

La comptabilisation différée de la TVA, introduite par la HRMC le 1er janvier 2021, offrira un certain répit aux entreprises. Elle s’appliquera à la fois aux importations en provenance de l’UE et à celles en provenance de l’extérieur, et surtout, elle ne nécessitera pas de demande. Toutefois, elle ne libère pas les entreprises du paiement des droits, qui seront applicables conformément à la liste UKGT.

Les espoirs étaient grands de voir un changement positif sur Intrastat, le mécanisme des statistiques commerciales entre l’UE et le Royaume-Uni. Réputé pour son côté casse-tête et sa dépendance à la manipulation manuelle des données, la fin d’Intrastat était attendue par beaucoup comme un bonus du Brexit. Lors de la publication du Border Operating Model en juillet 2020, HMRC a confirmé que les déclarations d’arrivée Intrastat continueront d’être exigées des entreprises qui ont une obligation de soumission en 2020. Il ne sera pas nécessaire de soumettre les envois. Il convient de noter que la situation des entreprises d’Irlande du Nord sera différente. Ceci est dû au protocole de l’Irlande du Nord.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Il est essentiel de comprendre les obligations en matière d’importation et de se préparer bien à l’avance à chaque étape de la mise en œuvre progressive des contrôles aux frontières après le Brexit.

Passez à l’action

Vous voulez savoir comment Brexit impactera vos obligations de conformité à la TVA ? Regardez notre webinaire à la demande Brexit et TVA : protégez vos précieuses chaînes d’approvisionnement et minimisez les perturbations coûteuses pour en savoir plus.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

Andrew Hocking

Director of Managed Services. Andrew is the Director of Sovos’ Managed Services group in Europe. Based in London, he leads teams specialising in IPT and VAT compliance and fiscal representation in over 30 countries. Andrew holds qualifications in Finance and Business Law, and is a qualified Chartered Accountant with over 10 years experience in indirect tax and technology.
Share This Post

EMEA
June 16, 2022
TVA sur les jetons non fongibles (NFT)

La popularité récente des jetons non fongibles (NFT) a captivé les investisseurs, les gouvernements et les autorités fiscales. Un NFT est un actif numérique qui représente des objets du monde réel tels qu’une œuvre d’art numérique, un clip audio, un jeu en ligne ou toute autre chose. Les NFT sont achetés et vendus en ligne […]

Conformité fiscale des primes d'assurance EMEA
June 15, 2022
Gros plan : Pourquoi le régime italien des TPI est-il si difficile ?

Conformité fiscale en Italie – par où commencer ? Des règlements fiscaux mensuels à la déclaration annuelle, en passant par le paiement anticipé, la déclaration supplémentaire et le traitement des primes négatives , tous ces facteurs font de l’Italie une juridiction unique et l’une des plus difficiles du point de vue de la conformité à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
June 15, 2022
Les accords de réciprocité et leur importance lors du recouvrement de la TVA

Sovos a récemment organisé un webinaire en ligne sur le recouvrement de la TVA où nous avons couvert les accords de réciprocité entre le Royaume-Uni et les États membres de l’UE lors de la demande de remboursement de la TVA de la 13e directive. L’une des questions qui revenait sans cesse est de savoir ce […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 14, 2022
Le projet de résolution apporte des modifications au document relatif au transport électronique du Pérou

La facturation électronique a été introduite au Pérou en 2010, suivant la tendance des contrôles continus des transactions (CTC) dans les pays d’Amérique latine pour une collecte plus efficace des taxes à la consommation. Depuis lors, le gouvernement a mis en place des mesures visant à englober un nombre important de contribuables dans le cadre […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 9, 2022
La Belgique se rapproche de la facturation électronique obligatoire

Conformément aux obligations fixées par la directive européenne 2014/55 sur la facturation électronique dans les marchés publics, la Belgique a introduit un mandat pour les entités publiques de recevoir et de traiter les factures électroniques en 2019.Pour Bruxelles, la Flandre et la Wallonie, l’initiative est allée au-delà du strict minimum des exigences de la directive […]