Comprendre IOSS – FAQ sur le paquet TVA pour le commerce électronique de l’UE

Ognyan Slavov
janvier 4, 2022

Le paquet TVA sur le commerce électronique de l’UE a été introduit en juillet 2021. Les nouveaux régimes, One Stop Shop (OSS) et Import One Stop Shop (IOSS) apportent des changements significatifs au traitement de la TVA et aux mécanismes de déclaration pour les ventes aux particuliers dans l’UE.

Dans le dernier de notre série de blogs FAQ, nous répondons à certaines des questions les plus courantes posées sur le SSOI.

Dans les articles précédents, nous avons abordé les thèmes suivants : comprendre la responsabilité du marché, comprendre le logiciel libre et comprendre les logiciels libres et les importations.

Q : Qu’est-ce que la TVA IOSS ?

La TVA IOSS est la TVA collectée au moment où la livraison a lieu et ensuite remise à l’autorité fiscale de l’État membre d’identification (EMI).

Selon les anciennes règles, lorsque des biens importés de pays tiers étaient vendus à des particuliers, le fournisseur devait normalement déclarer la TVA à l’importation, puis déclarer la TVA sur la livraison ultérieure (la vente au particulier) et enfin déduire la TVA à l’importation.

Au contraire, avec l’IOSS, la TVA sur l’importation est exonérée et seule la TVA sur la livraison ultérieure doit être collectée et versée à l’autorité fiscale.

Q : Qu’est-ce que l’IOSS ?

IOSS est l’abréviation d’Import One Stop Shop. Il s’agit d’un régime spécial qui simplifie les obligations d’enregistrement pour les contribuables qui effectuent des ventes à distance de biens importés de pays tiers à des particuliers dans l’UE.

Comme l’OSS, le régime IOSS permet aux contribuables de s’inscrire dans un seul État membre de l’UE où ils déclarent la TVA qui était en fait due dans d’autres États membres.

Voici un exemple. Une entreprise enregistrée pour l’IOSS aux Pays-Bas peut comptabiliser ses ventes à des clients allemands, français, italiens, polonais, etc. dans sa déclaration IOSS néerlandaise, ce qui lui évite de devoir s’enregistrer dans plusieurs juridictions.

Les autres avantages de l’utilisation de ces régimes sont les suivants :

  • Utilisation de l’exonération de la TVA à l’importation.
  • Aucun droit de douane n’est dû à l’importation.

Le régime est toutefois limité aux envois d’un montant maximal de 150 euros. En outre, l’adhésion au régime nécessite une analyse approfondie du profil du contribuable, de la manière dont la chaîne d’approvisionnement est structurée et d’autres facteurs. Tous ces éléments ont une incidence sur l’éligibilité de l’entreprise au régime et sur l’obligation de désigner un type particulier de représentant aux fins du régime, qui est requise dans certains cas.

Si un tel représentant est requis, il sera conjointement et solidairement responsable des obligations IOSS du contribuable. Il est également important de noter que ce représentant doit être établi dans l’UE.

Q : Qu’est-ce qu’un numéro IOSS ?

Un numéro IOSS est l’identification spécifique du système IOSS qui est désignée par le MSI (le pays où le contribuable est éligible ou décide de s’inscrire au système) aux contribuables qui ont décidé de faire usage de ce mécanisme.

Bien que l’identification IOSS soit un type d’identification de la TVA, il ne s’agit pas d’un véritable enregistrement de la TVA des résidents dans le MSI.

Il s’agit plutôt d’un numéro IOSS spécialement conçu pour les besoins du régime. En ce sens, seuls les types de prestations éligibles peuvent être comptabilisés à l’aide du numéro IOSS et de l’enregistrement IOSS. Si le contribuable effectue d’autres types de prestations qui nécessitent un enregistrement normal à la TVA, ce dernier doit être obtenu afin d’être en conformité.

Q : Combien coûte IOSS ?

Le coût de la conformité aux normes IOSS peut varier en fonction de multiples facteurs. En fin de compte, il sera affecté par :

  • L’étendue et la qualité du service offert par les différents prestataires. Par exemple, un prestataire à bas prix aura le meilleur prix, mais il n’offrira pas toute l’étendue du service de conformité en termes de vérification détaillée des données, de communication instantanée avec le client, de fourniture de services de conformité ou de conseil ad hoc. D’un autre côté, les fournisseurs de taille moyenne seraient les mieux placés pour proposer un prix équilibré qui aurait pour valeur ajoutée un service plus cohérent, plus constant et de meilleure qualité.
  • L’obligation de désigner un représentant IOSS établi dans l’UE. Par exemple, si un contribuable devait nommer un tel représentant, le coût serait plus élevé car ce dernier serait conjointement et solidairement responsable des obligations du contribuable en matière d’IOSS.

Q : Qui a besoin d’un numéro IOSS ?

Un numéro IOSS est nécessaire pour tout contribuable qui souhaite faire usage du régime spécial IOSS. Ce mécanisme n’est pas obligatoire, il n’y a donc aucune obligation de demander un numéro IOSS.

Toutefois, il est conseillé à tout contribuable qui effectue des fournitures pouvant être déclarées au moyen du système IOSS d’envisager cette option, car elle présente des avantages considérables. Bien entendu, cette réflexion doit également prendre en compte les nombreuses exigences et conditions qui doivent être remplies si une personne choisit d’utiliser le système IOSS.

Q : Quelle est la différence entre IOSS et OSS ?

Il s’agit de deux régimes spéciaux utilisés pour simplifier les obligations d’enregistrement des contribuables impliqués dans des livraisons B2C. Ils offrent la possibilité de déclarer la TVA due dans plusieurs juridictions de l’UE en utilisant un seul enregistrement et une seule déclaration IOSS ou OSS.

La différence entre les deux systèmes réside dans les différents types de fournitures qui peuvent être comptabilisées. Plus précisément :

  • IOSS ne peut être utilisé que pour comptabiliser la vente à distance B2C de biens importés de pays tiers, les fournitures éligibles étant limitées à une valeur d’envoi unique de 150 EUR maximum.
  • L’OSS peut être utilisé pour comptabiliser la vente à distance intracommunautaire B2C de marchandises, quelle que soit la valeur de l’envoi.

Compte tenu de ce qui précède, la principale différence est que, dans le cas des IOSS, les marchandises sont situées dans un pays tiers (en dehors du territoire douanier de l’UE) au moment de la vente, alors que dans le cas des OSS, les marchandises sont situées sur le territoire de l’UE.

Q : Dois-je m’inscrire à l’IOSS ?

Non, l’IOSS est actuellement un système facultatif pour les contribuables. S’il n’est pas utilisé, les livraisons du contribuable sont soumises aux règles normales et, selon la manière dont la livraison est structurée, l’enregistrement normal à la TVA peut être requis à la place.

Q : Quel est le numéro d’identification fiscale du SOSI ?

L’ID fiscal IOSS est le numéro de TVA spécial IOSS attribué à un contribuable qui a choisi de participer au système IOSS. Il ne s’agit pas d’un numéro de TVA ordinaire attribué dans le cadre d’une inscription normale à la TVA, mais il est utilisé pour identifier un contribuable spécifiquement aux fins du système.

De plus, en termes plus pratiques, le numéro IOSS doit être indiqué de manière spécifique sur chaque expédition/fourniture afin de l’identifier comme éligible au titre de l’IOSS, comme cela le permettrait :

  • 1Des procédures douanières plus rapides
  • Exonération de la TVA à l’importation
  • Aucun droit de douane ne sera facturé
  • La TVA sur la livraison qui doit être comptabilisée dans la déclaration mensuelle de TVA IOSS du contribuable.

Passez à l’action

Vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les changements et savoir comment vous conformer au paquet TVA sur le commerce électronique de l’UE ? Accédez à notre webinaire à la demande, et téléchargez notre livre électronique sur les nouvelles règles pour 2021.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

Ognyan Slavov

Ognyan Slavov is a VAT consultant within the consulting services team at Sovos. With his diverse legal background and understanding of EU VAT Law, he has specialized in EU VAT helping customers with the challenges of an ever-changing indirect tax landscape and providing valuable advice on cross-border transactions. Ognyan has Master’s degree in Law from the University of Sofia, Bulgaria and a Specialization in European Union Law form the Universitè de Lorraine, Nancy, France.
Share This Post

E-Invoicing Compliance EMEA
December 19, 2022
Tout savoir sur la plateforme de dématérialisation partenaire (PDP)

La facturation électronique impose le passage par une plateforme de dématérialisation mais la législation laisse le choix aux entreprises : plateforme publique ? Plateforme privée ? Et laquelle choisir parmi celles qui seront immatriculées et connues sous le terme plateforme de dématérialisation partenaire ou (PDP). Typologie des factures, gestion des données, relations clients/fournisseurs, transmission, fonctionnalités…Voici […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 8, 2022
La TVA à l’ère numérique: déclaration et facturation électroniques obligatoires pour les transactions intracommunautaires de l’UE

La Commission européenne a annoncé sa proposition tant attendue de modifications législatives relatives à l’initiative ViDA (TVA à l’ère numérique). Il s’agit de l’un des développements les plus importants de l’histoire de la TVA européenne, qui affecte non seulement les entreprises européennes, mais aussi les entreprises de pays tiers dont les activités commercent avec l’UE. […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 1, 2022
Remise FEC: d’une remise sur demande à une remise périodique ?

Le FEC, qui est déjà au centre de l’activité des vérificateurs, ne doit être remis à l’administration fiscale française qu’en cas de contrôle et sur demande. Au regard de l’évolution de ces contrôles et de l’Administration notamment, tout porte à croire que prochainement le FEC devra être remis à intervalle régulier et donc préalablement à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 16, 2022
Contrôle fiscal et FEC : maitriser les risques

Digitalisation rime avec optimisation. Cela se confirme avec l’utilisation du FEC dans le contrôle fiscal. Exploitation des informations, corrélation avec d’autres documents…le data mining sert le contrôle fiscal, et le contrôle Urssaf. Depuis 2014, en cas de contrôle fiscal, un FEC (fichier des écritures comptables) dématérialisé par exercice visé doit être remis au vérificateur dans […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 14, 2022
Créer et générer un FEC conforme : les fondamentaux

Le FEC, tel qu’il doit être remis en cas de contrôle informatisé de comptabilité de l’entreprise, est un fichier dématérialisé, une copie d’un journal comptable composé de toutes les écritures comptables de l’entreprise sur la durée d’un exercice. L’Administration a posé de nombreuses normes techniques, structurelles, qualitatives. Décryptage. Constitué des écritures comptables après opérations d’inventaire, […]