Brexit Myth Busting : Séparer la réalité de la fiction pour tout ce qui concerne la fiscalité

David Stokes
janvier 31, 2021

Il existe une pléthore d’informations et d’idées fausses concernant Brexit et la fiscalité. L’objectif de ce blog est de dissiper ces mythes et de dissiper toute confusion. Nous approfondirons les sujets d’actualité pour expliquer les faits et vous tenir informé.

Mythe du Brexit 1 – Le régime fiscal unique du Brexit pour les importations de l’UE

L’histoire :

Immédiatement après la fin de la période de transition et le début du Brexit, le Royaume-Uni a lancé un « régime de taxation unique ». Celui-ci concerne l’importation de biens destinés à être vendus à des particuliers.

Une entreprise néerlandaise de vélos a publié sur son site web un article invitant les lecteurs à contacter leur représentant élu au Royaume-Uni. Ils leur demandaient de se plaindre des nouvelles modifications fiscales qui les empêchaient de vendre aux clients britanniques.

Cette information a été reprise par plusieurs médias, dont la BBC : « Les entreprises de l’UE refusent les livraisons au Royaume-Uni en raison des changements fiscaux liés au Brexit« .

Les faits :

Les vendeurs établis hors du Royaume-Uni facturent la TVA britannique aux particuliers lorsque la valeur de l’envoi est inférieure à 135 £. Comme indiqué dans une modification de la législation britannique sur la TVA introduite le 1er janvier 2021.

L’objectif est de protéger les entreprises britanniques contre les importations étrangères bon marché et d’augmenter les recettes fiscales. La suppression de l’exonération des envois de faible valeur (LVCR) a permis d’atteindre cet objectif. Garantir le paiement de la TVA sur la valeur réelle des marchandises.

Par exemple, l’année dernière, j’aurais pu aller sur Amazon pour acheter des pièces de vélo. J’ai pu constater qu’une entreprise européenne de cycles me facturait 18 £ pour une pièce de rechange. En revanche, les mêmes pièces chez un fournisseur d’Asie du Sud-Est pourraient me coûter 15 £.

En effet, les entreprises de pièces détachées pour cycles de l’UE doivent facturer la TVA de l’UE (soit aux Pays-Bas, soit au Royaume-Uni). En revanche, le fournisseur situé en dehors de l’UE peut utiliser l’exonération des envois de faible valeur (LVCR) pour contourner légalement le paiement de la TVA. Certains fournisseurs ont exploité cet allégement en déclarant que des marchandises valant 30 £ ne valaient que 15 £. Un exemple d’application frauduleuse de la LVCR.

Mais la décision d’abolir la LVCR n’est pas un « régime fiscal unique » lancé par le Royaume-Uni. Il existe déjà dans plusieurs autres pays, dont l’Australie, la Norvège et la Suisse, et sera bientôt introduit par l’UE.

Les fournisseurs de l’UE se sont plaints pendant des années d’une concurrence déloyale et l’UE était également préoccupée par la perte de recettes de TVA.

Compte tenu de ces éléments, l’UE a lancé une période de consultation. Le résultat a été le paquet TVA sur le commerce électronique. Il impose le paiement de la TVA par le vendeur lors de l’importation de biens dans l’UE et de leur vente à des particuliers, lorsque la valeur des biens est inférieure à 150 euros. L’abolition de la LVCR fait également partie de ce paquet.

L’UE a reporté au 1er juillet 2021 la mise en œuvre de ce paquet, initialement prévue pour le 1er janvier 2021. Comme on peut le voir dans ce qui précède, cela créera des problèmes similaires à ceux mentionnés actuellement par certains fournisseurs de l’UE. Ils seront, ironiquement, les bénéficiaires de ce « régime fiscal unique ». Ces fournisseurs ne seront plus confrontés à la concurrence déloyale des prix pratiqués par les fournisseurs hors de l’UE.

Le Royaume-Uni a identifié les mêmes problèmes de concurrence déloyale et de fuite fiscale. Le 1er janvier 2021, il a introduit une législation obligeant les vendeurs à comptabiliser la TVA lorsqu’ils importent des biens d’une valeur inférieure à 135 £ et vendus à des particuliers.

L’importation de marchandises au Royaume-Uni et dans l’UE entraîne des coûts supplémentaires liés aux formalités douanières.

Mythe du Brexit 2 – Les marchandises britanniques expédiées vers l’UE sont désormais soumises à une TVA supplémentaire

L’histoire :

En vertu de nouvelles règles, les marchandises expédiées vers les pays de l’UE sont désormais soumises à la TVA lorsqu’elles entrent sur le marché unique. Une histoire est parue dans Yahoo Finance avec le titre « £34bn Brexit bill pushes companies to the brink« , où une société de récupération fiscale avait estimé que les prélèvements pourraient ajouter £34bn ($47m) au coût du commerce britannique avec l’UE.

La prédiction est que les nouvelles règles de TVA post-Brexit ajoutent des milliards de livres aux coûts d’exploitation avec la TVA à l’importation. Peut-être jusqu’à 27 %, imposée comme un coût.

Le député Darren Jones, président de la commission des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle des Communes, a décrit l’augmentation des coûts comme un « coup de pied dans les dents » pour les entreprises et a demandé au gouvernement d’intervenir.

Mais le « coût » de 34 milliards de livres n’est qu’un mythe.

Les faits :

Toute entreprise qui importe des marchandises dans l’UE doit payer la TVA à l’importation sur la valeur correspondante. Après avoir été importées dans l’UE, les marchandises seront normalement vendues et soumises à la TVA locale, comme c’est le cas pour les marchandises importées au Royaume-Uni et vendues localement.

La TVA est un impôt neutre pour les entreprises. Il n’y a donc aucune possibilité réelle que les entreprises britanniques perdent 34 milliards de livres (ou toute TVA) si elles agissent de manière appropriée.

Par exemple, une entreprise britannique importe des marchandises en Allemagne depuis la Grande-Bretagne et les vend ensuite. Normalement, l’entreprise britannique est tenue d’obtenir un numéro de TVA allemand et de facturer la TVA allemande à son client. Elle compense ensuite la TVA à l’importation qu’elle a payée par la TVA en aval qu’elle facture et remet le solde à l’administration fiscale allemande.

Lorsque les marchandises sont importées en vue d’être vendues, la valeur d’importation est la même que la valeur de vente. Ainsi, si une entreprise britannique importe des marchandises d’une valeur de 10 000 € en Allemagne, où aucun droit n’est applicable, elle paiera une TVA à l’importation de 1 900 €. Elle vendra ensuite ces biens pour 10 000 € et facturera 1 900 € de TVA en aval. La TVA à l’importation est compensée par la TVA en aval, ce qui signifie que toute la TVA à l’importation est entièrement récupérée. Il y aura, bien sûr, des frais professionnels encourus pour traiter avec l’administration fiscale allemande.

L’UE compte désormais 27 États membres et les règles en matière de TVA ne sont pas unifiées. Il est donc possible qu’une entreprise britannique doive payer la TVA à l’importation sans être obligée de facturer la TVA à la sortie, de sorte que la compensation n’est pas possible.

Dans ce cas, il existe un mécanisme de remboursement qui permet à l’entreprise britannique de récupérer la TVA à l’importation. Là encore, il y a un coût associé à ce mécanisme. Toutefois, les États membres peuvent refuser d’accepter une demande de remboursement, de sorte que la TVA à l’importation constitue un coût réel.

En bref, la TVA à l’importation ne représente pas un coût de 34 milliards de livres sterling si les entreprises gèrent leurs affaires de manière efficace et conforme. Changer les incoterms pour que le client soit l’importateur résoudrait tous ces problèmes. Une analyse complète et approfondie de la situation permettrait aux entreprises britanniques de récupérer la TVA à l’importation et de rester conformes, réduisant ainsi la possibilité de sanctions.

Des principes similaires s’appliquent aux ventes aux particuliers. Les sociétés britanniques réalisant de telles ventes devraient également pouvoir bénéficier du principe de neutralité fiscale si elles agissent de manière appropriée.

Passez à l’action

Vous voulez savoir comment le Brexit va impacter votre conformité à la TVA ? Téléchargez notre récent webinaire Brexit et TVA : protégez vos précieuses chaînes d’approvisionnement et minimisez les perturbations coûteuses pour en savoir plus.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

David Stokes

As an FCCA of many years, David brings a commercially focused accounting perspective to the treatment of European VAT issues. He specialises in the understanding of cross-border VAT transactions and has helped many clients map their flows to optimise their VAT position. He has successfully completed the VAT Forum’s ‘Expert in European VAT’ course and is a partner of the forum. As well as advising clients David also sits on several technology product development teams at Sovos.
Share This Post

E-Invoicing Compliance EMEA
December 19, 2022
Tout savoir sur la plateforme de dématérialisation partenaire (PDP)

La facturation électronique impose le passage par une plateforme de dématérialisation mais la législation laisse le choix aux entreprises : plateforme publique ? Plateforme privée ? Et laquelle choisir parmi celles qui seront immatriculées et connues sous le terme plateforme de dématérialisation partenaire ou (PDP). Typologie des factures, gestion des données, relations clients/fournisseurs, transmission, fonctionnalités…Voici […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 8, 2022
La TVA à l’ère numérique: déclaration et facturation électroniques obligatoires pour les transactions intracommunautaires de l’UE

La Commission européenne a annoncé sa proposition tant attendue de modifications législatives relatives à l’initiative ViDA (TVA à l’ère numérique). Il s’agit de l’un des développements les plus importants de l’histoire de la TVA européenne, qui affecte non seulement les entreprises européennes, mais aussi les entreprises de pays tiers dont les activités commercent avec l’UE. […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
December 1, 2022
Remise FEC: d’une remise sur demande à une remise périodique ?

Le FEC, qui est déjà au centre de l’activité des vérificateurs, ne doit être remis à l’administration fiscale française qu’en cas de contrôle et sur demande. Au regard de l’évolution de ces contrôles et de l’Administration notamment, tout porte à croire que prochainement le FEC devra être remis à intervalle régulier et donc préalablement à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 16, 2022
Contrôle fiscal et FEC : maitriser les risques

Digitalisation rime avec optimisation. Cela se confirme avec l’utilisation du FEC dans le contrôle fiscal. Exploitation des informations, corrélation avec d’autres documents…le data mining sert le contrôle fiscal, et le contrôle Urssaf. Depuis 2014, en cas de contrôle fiscal, un FEC (fichier des écritures comptables) dématérialisé par exercice visé doit être remis au vérificateur dans […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
November 14, 2022
Créer et générer un FEC conforme : les fondamentaux

Le FEC, tel qu’il doit être remis en cas de contrôle informatisé de comptabilité de l’entreprise, est un fichier dématérialisé, une copie d’un journal comptable composé de toutes les écritures comptables de l’entreprise sur la durée d’un exercice. L’Administration a posé de nombreuses normes techniques, structurelles, qualitatives. Décryptage. Constitué des écritures comptables après opérations d’inventaire, […]