TVA pour les événements virtuels – Exonération, événements hybrides et taux réduits

David Stokes
mai 17, 2022

Dans un blog récent, nous avons examiné les changements à venir dans le traitement tva des événements virtuels. Aujourd’hui, nous allons examiner certaines des questions qui peuvent survenir.

Exonération de la TVA

De nombreux hôtes utilisent actuellement les exemptions disponibles en matière d’éducation ou de collecte de fonds, en particulier lorsque les délégués sont des particuliers sans droit à déduction, par exemple des médecins. Pour les événements avec participation physique, l’hôte doit tenir compte des règles de l’État membre où l’événement a lieu, car c’est là que la TVA est due.

En vertu des nouvelles règles, une exonération de TVA sera moins pertinente pour les événements virtuels B2B où l’autoliquidation s’applique lorsque le participant évalue lui-même les frais de taxation. Toutefois, elle restera pertinente lorsque les délégués ne sont pas en mesure d’appliquer l’autoliquidation et ne peuvent pas déduire la TVA facturée – par exemple, les médecins. Dans de telles circonstances, la TVA est due là où le médecin réside habituellement et c’est là que l’exonération doit être prise en compte.

Ces nouvelles règles peuvent exiger que l’hôte évalue la disponibilité de l’exemption dans plusieurs États membres et peuvent également exiger que plusieurs demandes de décision soient présentées. Cela risque d’augmenter considérablement les coûts d’exploitation, et la conséquence (involontaire) pourrait être que les exemptions ne sont pas envisagées au détriment des délégués.

Événements hybrides

De nombreux événements futurs sont susceptibles d’inclure des participants virtuels, car cela augmente la participation globale à un événement, obligeant l’hôte à gérer deux régimes de facturation. Il pourrait y avoir des problèmes lorsqu’un contribuable a des participants physiques et virtuels. Dans ce cas, l’hôte devra émettre deux factures – l’une avec la TVA locale pour la présence physique (et où l’exonération peut s’appliquer) et l’autre lorsque la TVA est due dans l’État membre du client et que l’autoliquidation générale peut s’appliquer. La présence des délégués B2C augmentera encore cette complexité pour l’hôte.

Que se passe-t-il si un délégué est facturé pour la présence physique, mais passe à la présence virtuelle à la dernière minute?

Lorsque l’hôte fournit les informations de connexion pour la présence virtuelle, cela peut changer le lieu de fourniture. Si le lieu de livraison change, l’hôte doit annuler la facture originale et émettre une nouvelle facture avec le traitement TVA modifié.

Hôtes hors UE avec des événements B2C

Lorsqu’un hôte organise actuellement un événement avec admission virtuelle pour les délégués de l’UE non imposables (par exemple, les médecins), le lieu de fourniture est l’endroit où le fournisseur est établi. Pour un hôte établi en dehors de l’UE, aucune TVA de l’UE n’est due (ignorant la possibilité d’utilisation et de jouissance), et il est également probable qu’aucune TVA locale ne soit due dans le pays de l’hôte.

La mise en œuvre des nouvelles règles signifiera que l’hôte devra facturer la TVA dans l’État membre où le médecin réside habituellement. Cela entraînera non seulement une TVA irrécupérable pour le médecin, mais augmentera également les coûts de conformité de l’hôte. Assister virtuellement à un tel événement en 2025 pourrait devenir beaucoup plus coûteux que les années précédentes.

Transposition

L’article régissant la transposition de ces modifications impose aux États membres d’« adopter et de publier » les lois, règlements, etc. nécessaires, d’ici le 31 décembre 2024. Les modifications s’appliqueront alors à partir du 1er janvier 2025.

Les États membres ne doivent pas rompre le rang et appliquer ces règles avant cette date. Une situation dans laquelle certains États membres adoptent et appliquent les règles à un stade précoce pourrait entraîner une double imposition, en particulier dans les transactions B2C.

Une fois les règles en vigueur le 1er janvier 2025, plusieurs questions pourraient survenir. Que se passe-t-il pour un événement en janvier 2025 où les délégués doivent payer l’admission à l’avance en 2024? Où la TVA est-elle comptabilisée et selon quelles règles?

Pour le B2B, il ne devrait pas y avoir de problème puisque le service reste une règle générale, mais il y a un vrai problème pour les délégués non imposables, par exemple les médecins.

Par exemple, un hôte américain organise un événement auquel un médecin allemand assistera virtuellement. L’événement aura lieu en janvier 2025, mais le délégué doit payer le droit d’entrée avant le 30 novembre 2024 pour obtenir une place. Selon les règles actuelles, applicables en 2024, le lieu de livraison est l’endroit où le fournisseur est établi, de sorte qu’aucune TVA n’est due sur la facture. Mais lorsque l’événement se produit en janvier 2025, les nouvelles règles stipulent que la TVA allemande est due.

Les règles relatives à la durée de la fourniture ne sont pas affectées par ces changements, mais une administration fiscale pourrait-elle chercher à les modifier pour augmenter ses recettes fiscales? Par exemple, la loi grecque sur la TVA stipule que le point fiscal est le moment où l’événement a lieu – et non le moment où la facture est émise / le paiement reçu. Ainsi, dans l’exemple ci-dessus, la TVA grecque serait due pour un délégué grec B2C.

Taux réduits de TVA

Lorsqu’ils envisagent la taxation des événements virtuels, les nouvelles règles stipulent que, compte tenu de la transformation numérique de l’économie, il devrait être possible pour les États membres d’accorder le même traitement aux activités diffusées en direct, y compris les événements, que celles qui sont éligibles à des taux réduits lorsqu’elles sont suivies en personne. Pour ce faire, l’annexe détaillant les services pouvant bénéficier d’un tarif réduit sera modifiée pour inclure l’admission:

  • Montre
  • Théâtres
  • Cirques
  • Foires
  • Parcs d’attractions
  • Concerts
  • Musées
  • Zoos
  • Cinémas
  • Exposition
  • Événements ou installations culturels
  • Diffusion en direct de l’un de ces événements/visites

Ce changement signifie que les événements diffusés en direct peuvent bénéficier d’un taux de TVA réduit. Bien que les modifications apportées aux règles sur le lieu d’approvisionnement se réfèrent à la « présence virtuelle » pour le B2B et à « diffusée en continu ou mise à disposition virtuellement » pour le B2C.

Devons-nous supposer que « présence virtuelle » = « diffusion en direct »? Mais le « streaming » peut être en direct ou enregistré. Ces changements posent-ils également des problèmes pour la détermination du taux de TVA?

Si un délégué regarde un événement en direct, un taux réduit est possible. Si le même événement est regardé en téléchargeant un enregistrement plus tard, le taux réduit n’est pas possible. Si un tarif donne à un délégué le droit d’assister virtuellement à l’événement et de télécharger l’événement pour référence future, alors le concept d’un approvisionnement mixte peut être pertinent.

Passez à l’action

Contactez-nous pour discuter de vos besoins en matière de conformité à la TVA ou téléchargez notre guide, Comprendre les obligations en matière de TVA : événements européens.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

David Stokes

As an FCCA of many years, David brings a commercially focused accounting perspective to the treatment of European VAT issues. He specialises in the understanding of cross-border VAT transactions and has helped many clients map their flows to optimise their VAT position. He has successfully completed the VAT Forum’s ‘Expert in European VAT’ course and is a partner of the forum. As well as advising clients David also sits on several technology product development teams at Sovos.
Share This Post

EMEA
June 16, 2022
TVA sur les jetons non fongibles (NFT)

La popularité récente des jetons non fongibles (NFT) a captivé les investisseurs, les gouvernements et les autorités fiscales. Un NFT est un actif numérique qui représente des objets du monde réel tels qu’une œuvre d’art numérique, un clip audio, un jeu en ligne ou toute autre chose. Les NFT sont achetés et vendus en ligne […]

Conformité fiscale des primes d'assurance EMEA
June 15, 2022
Gros plan : Pourquoi le régime italien des TPI est-il si difficile ?

Conformité fiscale en Italie – par où commencer ? Des règlements fiscaux mensuels à la déclaration annuelle, en passant par le paiement anticipé, la déclaration supplémentaire et le traitement des primes négatives , tous ces facteurs font de l’Italie une juridiction unique et l’une des plus difficiles du point de vue de la conformité à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
June 15, 2022
Les accords de réciprocité et leur importance lors du recouvrement de la TVA

Sovos a récemment organisé un webinaire en ligne sur le recouvrement de la TVA où nous avons couvert les accords de réciprocité entre le Royaume-Uni et les États membres de l’UE lors de la demande de remboursement de la TVA de la 13e directive. L’une des questions qui revenait sans cesse est de savoir ce […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 14, 2022
Le projet de résolution apporte des modifications au document relatif au transport électronique du Pérou

La facturation électronique a été introduite au Pérou en 2010, suivant la tendance des contrôles continus des transactions (CTC) dans les pays d’Amérique latine pour une collecte plus efficace des taxes à la consommation. Depuis lors, le gouvernement a mis en place des mesures visant à englober un nombre important de contribuables dans le cadre […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 9, 2022
La Belgique se rapproche de la facturation électronique obligatoire

Conformément aux obligations fixées par la directive européenne 2014/55 sur la facturation électronique dans les marchés publics, la Belgique a introduit un mandat pour les entités publiques de recevoir et de traiter les factures électroniques en 2019.Pour Bruxelles, la Flandre et la Wallonie, l’initiative est allée au-delà du strict minimum des exigences de la directive […]