,

Optimiser la gestion de la chaîne d’approvisionnement : Considérations clés sur l’importation B2B

David Stokes
mars 3, 2022

De nombreuses entreprises seront désormais impliquées dans des transactions "transfrontalières", ce qui signifie qu’une entreprise située sur un territoire vendra et, souvent, livrera des biens à un client situé sur un autre territoire. L’existence de deux ou plusieurs territoires fiscaux dans la transaction, et la possibilité qu’il y ait un client dans l’UE et un fournisseur dans un pays tiers tel que le Royaume-Uni, conduiront inévitablement à des défis en matière de TVA avec des degrés de complexité variables.

Les fournisseurs impliqués dans des transactions B2B seront confrontés à des défis différents de ceux des transactions B2C – bien qu’il y ait également des problèmes communs. Cet article se concentre sur les transactions B2B.

Prenons l’exemple d’un fournisseur britannique ayant un contrat de fourniture de biens fabriqués au Royaume-Uni à des clients situés dans l’UE.

Importation de marchandises dans l’UE

Le premier point à reconnaître est que pour livrer les marchandises au client de l’UE, celles-ci doivent passer par une frontière douanière de l’UE. Et voici le premier point pour la gestion de la chaîne d’approvisionnement.

Qui va importer les marchandises dans l’UE et quelles sont les considérations ?

Le point de départ du client est probablement qu’il souhaite que le fournisseur importe les marchandises et un vendeur, désireux de satisfaire son client, est susceptible d’accepter. Est-ce un problème pour le fournisseur ? OH OUI !

Considérations douanières

Un vendeur revient triomphant avec une commande avec Incoterms de DDP (Deliver Duty Paid) – mais y a-t-il lieu de se réjouir ?

Deliver Duty Paid signifie que le fournisseur doit livrer les marchandises sur le territoire du client à partir duquel, aux fins de la TVA, une vente locale sera effectuée. Le fournisseur britannique devra donc importer les marchandises dans l’UE, ce qui pose le premier problème.

Selon le code des douanes de l’Union (UCC), la personne qui présente les marchandises aux autorités douanières (le déclarant) doit être établie dans l’UE. Une entreprise établie dans l’UE qui importe des marchandises peut être à la fois l’importateur et le déclarant. Une entreprise établie en dehors de l’UE peut être l’importateur mais pas le déclarant. Dans ce cas, l’importateur non européen doit désigner une entreprise établie dans l’UE pour agir comme son "agent en douane indirect". Ce mandataire est solidairement responsable des droits d’importation dus et les entreprises qui fournissent ce service sont peu nombreuses en raison du risque. Le vendeur peut donc se trouver dans l’incapacité de satisfaire à une obligation contractuelle parce qu’il ne trouve personne pour agir en tant que commissionnaire en douane indirect à temps pour effectuer la livraison requise – ou pas du tout.

Comprendre la TVA locale questions

Si un fournisseur parvient à surmonter cet obstacle, il reste alors à régler la question de la TVA locale sur la vente – le fournisseur doit-il s’enregistrer pour la TVA et l’appliquer à la facture de vente – ou l’autoliquidation s’applique-t-elle ? Et le client paiera-t-il les frais de douane non remboursables encourus par le fournisseur à la frontière ?

. La conclusion est qu’un contrat conclu selon les termes du DDP peut être beaucoup plus facile à réaliser pour l’équipe de vente, mais qu’il peut créer de sérieux problèmes en aval. Les fournisseurs britanniques doivent chercher à convenir d’un incoterm autre que DDP dans la mesure du possible.

Installations d’entreposage de l’UE

Pour réduire les risques de retard, certains fournisseurs britanniques ont établi des entrepôts dans l’UE à partir desquels les livraisons peuvent être effectuées. Une question qui peut avoir une incidence sur la TVA et les impôts directs est de savoir si l’entrepôt crée un établissement permanent ou fixe. Aux fins de cet article, nous partons du principe que non – bien que la création d’un établissement permanent puisse éviter la nécessité de désigner un agent en douane indirect.

Comment traiter la TVA à l’importation

Une fois que le fournisseur britannique a réussi à faire entrer les marchandises dans un entrepôt de l’UE, il procède aux livraisons aux clients. Le traitement de la TVA à l’importation est un élément important. Plusieurs États membres offrent la possibilité de reporter la TVA à l’importation sur la déclaration de TVA par le biais d’une autoliquidation. Dans ce cas, la déduction de la TVA à l’importation est garantie, pour autant que les formalités soient respectées et que l’entreprise soit en mesure de récupérer intégralement la TVA. Lorsque des biens sont importés dans un État membre où la TVA à l’importation doit d’abord être payée, puis déduite, il est important de réfléchir à la manière dont cela va se passer. Lorsqu’un enregistrement de TVA est en place, la TVA peut normalement être récupérée via la déclaration de TVA. Toutefois, lorsque l’État membre d’importation dispose d’un mécanisme d’autoliquidation pour les ventes intérieures, un fournisseur non européen devra présenter des demandes au titre de la directivee pour récupérer la TVA à l’importation. L’Espagne est l’un des États membres où ce problème se posera, car elle a mis en place des règles de réciprocité, de sorte que toutes les entreprises ne sont pas en mesure d’introduire des demandes au titre de la 13e directiveth .

Par conséquent, si un fournisseur envisage d’utiliser un entrepôt de l’UE ou de réaliser des ventes sur une base DDP, il doit d’abord établir tous les flux probables, puis déterminer le traitement de la TVA afin de comprendre si des problèmes de TVA négative se poseront. Les possibilités de planification et les pièges potentiels qui découlent d’un tel entrepôt seront examinés dans un article ultérieur.

Passez à l’action

Contactez nos experts fiscaux pour discuter des besoins en TVA de votre chaîne d’approvisionnement ou téléchargez notre e-book Protecting Global Supply Chains.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

David Stokes

As an FCCA of many years, David brings a commercially focused accounting perspective to the treatment of European VAT issues. He specialises in the understanding of cross-border VAT transactions and has helped many clients map their flows to optimise their VAT position. He has successfully completed the VAT Forum’s ‘Expert in European VAT’ course and is a partner of the forum. As well as advising clients David also sits on several technology product development teams at Sovos.
Share This Post

EMEA
June 16, 2022
TVA sur les jetons non fongibles (NFT)

La popularité récente des jetons non fongibles (NFT) a captivé les investisseurs, les gouvernements et les autorités fiscales. Un NFT est un actif numérique qui représente des objets du monde réel tels qu’une œuvre d’art numérique, un clip audio, un jeu en ligne ou toute autre chose. Les NFT sont achetés et vendus en ligne […]

Conformité fiscale des primes d'assurance EMEA
June 15, 2022
Gros plan : Pourquoi le régime italien des TPI est-il si difficile ?

Conformité fiscale en Italie – par où commencer ? Des règlements fiscaux mensuels à la déclaration annuelle, en passant par le paiement anticipé, la déclaration supplémentaire et le traitement des primes négatives , tous ces facteurs font de l’Italie une juridiction unique et l’une des plus difficiles du point de vue de la conformité à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
June 15, 2022
Les accords de réciprocité et leur importance lors du recouvrement de la TVA

Sovos a récemment organisé un webinaire en ligne sur le recouvrement de la TVA où nous avons couvert les accords de réciprocité entre le Royaume-Uni et les États membres de l’UE lors de la demande de remboursement de la TVA de la 13e directive. L’une des questions qui revenait sans cesse est de savoir ce […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 14, 2022
Le projet de résolution apporte des modifications au document relatif au transport électronique du Pérou

La facturation électronique a été introduite au Pérou en 2010, suivant la tendance des contrôles continus des transactions (CTC) dans les pays d’Amérique latine pour une collecte plus efficace des taxes à la consommation. Depuis lors, le gouvernement a mis en place des mesures visant à englober un nombre important de contribuables dans le cadre […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 9, 2022
La Belgique se rapproche de la facturation électronique obligatoire

Conformément aux obligations fixées par la directive européenne 2014/55 sur la facturation électronique dans les marchés publics, la Belgique a introduit un mandat pour les entités publiques de recevoir et de traiter les factures électroniques en 2019.Pour Bruxelles, la Flandre et la Wallonie, l’initiative est allée au-delà du strict minimum des exigences de la directive […]