,

Le paquet TVA sur le commerce électronique de l’UE – Qu’avons-nous appris neuf mois plus tard ?

Russell Hughes
avril 15, 2022

Un peu plus de neuf mois se sont écoulés depuis l’introduction de l’un des plus grands changements dans les règles de TVA de l’UE pour les détaillants en ligne, le paquet TVA sur le commerce électronique qui étend le One Stop Shop (OSS) et introduit l’Import One Stop Shop (IOSS).

L’objectif du paquet TVA sur le commerce électronique de l’UE est de simplifier le commerce transfrontalier B2C dans l’UE, en allégeant la charge des entreprises, en réduisant les coûts administratifs de la mise en conformité avec la TVA et en garantissant que la TVA est correctement facturée sur ces ventes.

Dans le cadre des nouvelles règles, les seuils de vente à distance de marchandises spécifiques à chaque pays ont été supprimés et remplacés par un seuil européen de 10 000 euros pour les entreprises établies dans l’UE, les entreprises établies hors de l’UE n’ayant désormais aucun seuil. Pour de nombreuses entreprises, cela signifie que la TVA est due dans tous les pays où elles vendent, ce qui les oblige à être enregistrées à la TVA dans beaucoup plus de pays qu’avant juillet 2021. Toutefois, l’introduction de l’OSS de l’Union leur a permis de simplifier leurs obligations en matière de TVA en leur permettant de déclarer la TVA sur toutes les ventes dans l’UE dans une seule déclaration OSS.

L’impact du paquet TVA sur le commerce électronique de l’UE sur les entreprises

Si, pour de nombreuses entreprises, l’idée de devoir facturer la TVA dans tous les pays où elles vendent leurs produits a pu paraître insurmontable au départ, elles constatent aujourd’hui les nombreux avantages que l’introduction de l’OSS était censée apporter. Le plus grand avantage pour les entreprises est la simplification des exigences en matière de conformité à la TVA, avec une seule déclaration trimestrielle de TVA au lieu de respecter de nombreux délais de dépôt et de paiement dans différents États membres de l’UE.

Les entreprises qui externalisent leur conformité à la TVA ont pu réduire leurs coûts de manière significative en s’affranchissant du régime de la TVA dans de nombreux États membres où elles étaient précédemment enregistrées. Bien que certains enregistrements supplémentaires puissent être nécessaires en fonction des chaînes d’approvisionnement spécifiques et de la localisation des stocks dans l’UE. Les entreprises bénéficient également d’un avantage en termes de trésorerie dans le cadre du régime OSS, car la TVA est due sur une base trimestrielle, et non mensuelle ou bimestrielle comme c’était le cas auparavant dans de nombreux États membres. Dans le cadre de la mise en œuvre du paquet TVA sur le commerce électronique de l’UE, nous avons également assisté à la suppression de l’exonération des envois de faible valeur, ce qui signifie que la TVA à l’importation était due sur toutes les marchandises entrant dans l’UE. De nombreux fournisseurs non européens ont ainsi été intégrés au régime de TVA de l’UE, la Commission européenne (CE) ayant annoncé que plus de 8 000 opérateurs étaient actuellement enregistrés.

Les premiers problèmes sont apparus lorsque les États membres de l’UE n’ont pas reconnu les numéros IOSS à l’importation, ce qui a entraîné une double imposition pour certains vendeurs. Mais pour la majorité des entreprises, IOSS leur a permis de rationaliser la vente de marchandises aux clients de l’UE pour les commandes inférieures à 150 €. La Commission européenne a récemment salué le succès initial de ce système en publiant des chiffres préliminaires qui montrent que 1,9 milliard d’euros de recettes de TVA ont été collectés à ce jour.

L’avenir des OSS et des IOSS

La CE procède actuellement à une consultation sur le site , afin de recueillir les réactions des parties prenantes sur la manière dont les nouveaux systèmes ont fonctionné, en vue d’apporter d’éventuels changements. Parmi les changements envisagés, on peut citer le fait de rendre le système IOSS obligatoire pour toutes les entreprises, ce qui élargirait considérablement son utilisation en faisant entrer beaucoup plus d’opérateurs dans le champ d’application. Il a également été question d’augmenter le seuil actuel de 150 €, ce qui permettrait à un plus grand nombre d’envois d’être éligibles au système IOSS, bien que le seuil actuel des droits de douane étant également de 150 €, il serait intéressant de voir comment ils alignent ces règles. La CE publiera également des propositions dans le courant de l’année sur l’extension éventuelle de l’OSS pour inclure les transactions de marchandises B2B, en vue d’une mise en œuvre d’ici 2024.

Passez à l’action

Contactez notre équipe à l’adressepour savoir comment nous pouvons aider votre entreprise à comprendre les nouvelles exigences en matière de logiciels libres.

Vous voulez en savoir plus sur le paquet TVA sur le commerce électronique et le guichet unique de l’UE et sur l’impact qu’ils peuvent avoir sur votre entreprise ? Téléchargez notre e-book .

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

Russell Hughes

At Sovos, Russell works within the Consulting team providing UK and cross-border supply advice, detailed reviews on existing and new business activities and practical solutions to clients’ businesses. Prior to joining Sovos, Russell was the VAT manager of an award-winning tax team based in a firm of Chartered Accountants in the South East of England. Having initially begun his career in audit and accounts, he specialized in VAT in 2011, where he gained significant experience in cross-border issues, imports and exports, land and property, group registrations, partial exemption, HMRC enquiries and other complex VAT transactions. From June 2015, Russell was the sole VAT specialist in his previous company, where he led the firm’s VAT compliance and consultancy projects including all day-to-day VAT queries. Russell is also a member of the VAT Practitioners Group (VPG).
Share This Post

EMEA
June 16, 2022
TVA sur les jetons non fongibles (NFT)

La popularité récente des jetons non fongibles (NFT) a captivé les investisseurs, les gouvernements et les autorités fiscales. Un NFT est un actif numérique qui représente des objets du monde réel tels qu’une œuvre d’art numérique, un clip audio, un jeu en ligne ou toute autre chose. Les NFT sont achetés et vendus en ligne […]

Conformité fiscale des primes d'assurance EMEA
June 15, 2022
Gros plan : Pourquoi le régime italien des TPI est-il si difficile ?

Conformité fiscale en Italie – par où commencer ? Des règlements fiscaux mensuels à la déclaration annuelle, en passant par le paiement anticipé, la déclaration supplémentaire et le traitement des primes négatives , tous ces facteurs font de l’Italie une juridiction unique et l’une des plus difficiles du point de vue de la conformité à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
June 15, 2022
Les accords de réciprocité et leur importance lors du recouvrement de la TVA

Sovos a récemment organisé un webinaire en ligne sur le recouvrement de la TVA où nous avons couvert les accords de réciprocité entre le Royaume-Uni et les États membres de l’UE lors de la demande de remboursement de la TVA de la 13e directive. L’une des questions qui revenait sans cesse est de savoir ce […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 14, 2022
Le projet de résolution apporte des modifications au document relatif au transport électronique du Pérou

La facturation électronique a été introduite au Pérou en 2010, suivant la tendance des contrôles continus des transactions (CTC) dans les pays d’Amérique latine pour une collecte plus efficace des taxes à la consommation. Depuis lors, le gouvernement a mis en place des mesures visant à englober un nombre important de contribuables dans le cadre […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 9, 2022
La Belgique se rapproche de la facturation électronique obligatoire

Conformément aux obligations fixées par la directive européenne 2014/55 sur la facturation électronique dans les marchés publics, la Belgique a introduit un mandat pour les entités publiques de recevoir et de traiter les factures électroniques en 2019.Pour Bruxelles, la Flandre et la Wallonie, l’initiative est allée au-delà du strict minimum des exigences de la directive […]