Gabriel Romero est le directeur national de Sovos pour le Mexique, où il supervise tous les aspects des opérations de l’entreprise. Gabriel est un leader à forte visibilité qui croit en l’importance de construire des relations à long terme avec les clients. Sa philosophie consiste à se concentrer sur l’ensemble de l’expérience client, du premier point de contact à la livraison de la solution et au support après-vente.

Au cours de son mandat, Gabriel a contribué à positionner SOVOS comme une solution de pointe en matière de fiscalité et de signature électronique au Mexique. Il y est parvenu en alignant les équipes techniques, de back-office et de contact client au sein de SOVOS vers un objectif commun.

La base de la stratégie régionale de croissance de Gabriel a été centrée sur les ventes consultives, qui permettent de mieux informer l’entreprise sur les besoins des clients et de fournir des solutions et des services qui correspondent aux besoins du marché.

En dehors du bureau, Gabriel aime trouver un équilibre dans sa vie en faisant de longues randonnées, de l’exercice régulier, de la méditation et du yoga. Il est le plus heureux lorsqu’il passe du temps avec sa famille et ses amis à Mexico.

Pour en savoir plus, consultez   le profil LinkedIn de Gabriel.

Dans la " Déclaration desur une solution à deux piliers pour relever les défis fiscaux découlant de la numérisation de l’économie" publiée le 1er juillet 2021, les membres du Cadre inclusif du G20 sur l’érosion de la base et le transfert de bénéfices (" BEPS ") ont convenu d’un cadre pour faire avancer un accord sur une réforme fiscale mondiale.

Cela permettra de relever les défis fiscaux d’une économie mondiale de plus en plus numérique. Au 9 juillet 2021, 132 des 139 juridictions membres de l’OCDE/G20 ont accepté le Cadre inclusif sur les BEPS.

Détails du pilier

Pilier 1

Le pilier 1 confère un nouveau droit d’imposition, le montant A, aux pays de marché afin de garantir que les entreprises paient l’impôt sur une partie des bénéfices résiduels tirés des activités menées dans ces juridictions, indépendamment de leur présence physique. Le pilier 1 s’appliquera aux entreprises multinationales ("EMN") dont le chiffre d’affaires mondial est supérieur à 20 milliards d’euros et dont la rentabilité est supérieure à 10 %.

Il y aura une nouvelle règle de lien permettant l’attribution du montant A à une juridiction de marché lorsque l’entreprise multinationale du champ d’application tire au moins 1 million d’euros de revenus de cette juridiction. Pour les juridictions dont le PIB est inférieur à 40 milliards d’euros, le nexus sera plutôt fixé à 250 000 euros.

La "règle du lien à des fins particulières" détermine si une juridiction peut bénéficier de l’allocation du montant A. En outre, les pays se sont mis d’accord sur une allocation de 20 à 30 % des bénéfices résiduels des multinationales du champ d’application aux juridictions de marché, avec un lien utilisant une clé d’allocation basée sur les revenus.

Les recettes seront attribuées aux juridictions du marché final où les biens ou les services sont consommés, les règles d’origine détaillées restant à venir.

D’autres détails sur la segmentation sont encore en cours d’élaboration, tout comme la conception finale d’une zone de sécurité pour les bénéfices de marketing et de distribution qui plafonnera les bénéfices résiduels autorisés pour la juridiction du marché par le biais du montant A.

Enfin, les pays ont convenu de rationaliser et de simplifier le montant B en mettant l’accent sur les besoins des pays à faible capacité. Les détails finalisés devraient être achevés d’ici la fin de 2022.

Pilier 2

Le deuxième pilier consiste en des règles mondiales de lutte contre l’érosion de la base ("GloBE") qui garantiront que les entreprises multinationales qui atteignent le seuil de 750 millions d’euros paient un taux d’imposition minimum d’au moins 15 %. Les règles GloBE consistent en une règle d’inclusion des revenus et une règle sur les paiements sous-imposés, cette dernière devant encore être finalisée.

Le deuxième pilier comprend également une règle d’assujettissement à l’impôt, qui est une règle fondée sur une convention, permettant aux juridictions sources d’imposer une imposition à la source limitée sur certains paiements entre parties liées soumis à un impôt inférieur à un taux minimum. Ce taux sera compris entre 7,5 et 9 pour cent.

Quand le plan sera-t-il mis en œuvre ?

Il existe actuellement un engagement à poursuivre les discussions, afin de finaliser les éléments de conception du plan dans le cadre convenu d’ici octobre 2021. Les membres de l’Inclusive Framework conviendront et publieront un plan de mise en œuvre.

Selon le calendrier actuel, l’instrument multilatéral par lequel le montant A est mis en œuvre sera élaboré et ouvert à la signature en 2022, le montant A entrant en vigueur en 2021. De même, le deuxième pilier devrait être promulgué en 2022, pour une entrée en vigueur en 2023.

Plus de détails à venir

Bien que les éléments clés de la solution à deux piliers aient été convenus, un plan de mise en œuvre détaillé incluant la résolution des problèmes restants reste à venir.

Étant donné que de nombreux pays pourraient mettre en œuvre ces changements dans un avenir proche, il est important que les entreprises actives dans l’économie numérique suivent attentivement et comprennent les développements entourant le projet OCDE/G20 sur l’érosion de la base et le transfert de bénéfices.

Passez à l’action

Vous devez assurer la conformité avec les dernières réglementations en matière de documents électroniques ? Prenez contact avec nos experts fiscaux.

Télécharger Tendances en matière de TVA : Toward Continuous Transaction Controls pour en savoir plus sur l’évolution des systèmes fiscaux dans le monde.

FACTURATION ÉLECTRONIQUE AU MEXIQUE

Le Mexique possède l'une des réglementations les plus anciennes et les plus complexes au monde en matière de facturation électronique.

Le Mexique est un pionnier de la facturation électronique depuis plus de 10 ans. Son mandat de facturation électronique de type Clearance est extrêmement complexe et donc semé d’embûches. 

Les entreprises ne peuvent tout simplement pas opérer au Mexique sans un système de facturation électronique capable d’intégrer et d’automatiser toutes les exigences fiscales (factures, paiements électroniques, COMEX, comptabilité électronique) au sein de leurs systèmes ERP.

Derniers changements

Les maquiladoras, ces usines américaines opérant à la frontière mexicaine, doivent maintenant indiquer des informations supplémentaires (Complemento de leyendas) lors de l'importation virtuelle des composants de leurs produits (par exemple, les pneus d'une voiture ou le sucre contenu dans un soda).
Le processus d'annulation d'un CFDI (ou facture électronique) a été modifié en novembre 2018 pour obliger les fournisseurs à soumettre une demande d'annulation au lieu de créer des notes de crédit afin d'annuler une facture ou un CFDI. L'acheteur est quant à lui obligé d'accepter ou de refuser la demande dans les 72 heures.
Le système fréquemment utilisé du supplément, qui s'applique à tous les paiements partiels ou complets reçus après l'émission d'un CFDI, est également entré en vigueur en septembre 2018.

Le mandat en bref

  • Le mandat de type Clearance nécessite que chaque transaction soit approuvée en temps réel par le gouvernement.
  • Des informations supplémentaires, ou « complementos », doivent figurer sur les factures électroniques en fonction du type de transaction.
  • Les factures électroniques doivent comporter une signature numérique pour authentifier l’intégrité de la facture.

Pénalités

  • Une amende de 300 à 4 602 dollars par facture électronique manquante ou incorrecte
  • Une amende de 15 à 4 092 dollars par facture qui ne correspond pas aux documents comptables (eContabilidad)
  • Une amende pouvant s’élever à 200 dollars pour chaque transaction reprise dans des polizas frauduleuses ou inexactes
  • Une augmentation des audits directs des erreurs de conformité par l’autorité fiscale mexicaine (SAT)
  • Un ajustement du revenu imposable basé sur la présomption de revenus non déclarés, ce qui peut entraîner des intérêts, des pénalités et des amendes sur les impôts impayés dus (souvent entre 80 % et 100 % du déficit fiscal)
  • Une possibilité d’arrêt des opérations

Comment Sovos aide les entreprises à garantir la conformité de leur facturation électronique au Mexique

La solution pour la conformité de la facturation électronique Sovos permet de gérer toutes les obligations relatives à la facturation électronique au Mexique et dans le reste du monde. L’utilisation de solutions locales disparates dans les différents pays du monde s’avère coûteuse et risquée. La solution Sovos s’appuie sur SAP et est conçue pour gérer les scénarios de facturation électronique spécifiques au Mexique ainsi que les exigences réglementaires d’autres pays. Comme elle est parfaitement intégrée à SAP, les entreprises peuvent facturer, mais aussi surveiller les processus de mise en conformité des factures fournisseur, des commandes client et de la comptabilité électronique, du début à la fin, directement depuis l’ERP.

Remplissage automatique des tables SAP

La solution de facturation électronique de Sovos pour le Mexique extrait et publie les données conformément aux mandats du gouvernement, puis les conserve dans SAP afin que les entreprises puissent gérer les informations sur une seule plateforme et se préparer aux audits.

Certifié pour Namespace et SAP avec un chemin vers S/4HANA

La solution Sovos intégrée à SAP permet aux utilisateurs de factures fournisseur et de commandes client de gérer les opérations quotidiennes directement dans SAP afin de simplifier les processus et d'utiliser SAP comme unique source de référence.

Plus de 70 OEM

Les solutions de Sovos pour la conformité de la facturation électronique s'intègrent parfaitement à Ariba, à Coupa, ainsi qu'à d'autres solutions de paiement.
Guide gratuit

Exigences en matière de facturation électronique et de déclaration au Mexique

Pour en savoir plus sur l’évolution et les exigences du mandat, téléchargez le guide sur la facturation électronique au Mexique.

Liste des fonctionnalités

Configurez facilement les processus de facturation électronique.

Sovos met ses experts SAP à disposition partout dans le monde afin que les clients de SAP n'aient pas à trouver eux-mêmes des spécialistes.

Des solutions pour la conformité de la facturation électronique adaptées aux exigences et aux scénarios spécifiques à chaque marché.

La solution intégrée à SAP permet aux utilisateurs de factures fournisseur et de commandes client de gérer les opérations quotidiennes directement dans SAP afin de simplifier les processus et d'utiliser SAP comme unique source de référence. Grâce à son équipe interne d'experts en réglementation de la facturation des transactions sur les modèles Clearance et Post-audit, Sovos s'adresse aux clients du monde entier. Lorsque les administrations fiscales rajoutent des mandats ou modifient les mandats existants, Sovos s'assure de préserver la conformité des clients de SAP. Ces derniers n'ont donc pas à s'en soucier et évitent également toute interruption de leur activité.

Fonctionnalité intégrée à plus de 60 réseaux EDI et P2P internationaux, dont SAP Ariba.

La solution de conformité de la facturation électronique de Sovos est directement intégrée aux systèmes EDI et P2P les plus courants et les plus complexes. Vous n'avez donc plus à financer ni à gérer de coûteux projets d'intégration.

Une fonction de gestion du changement surveille le système de facturation électronique et en assure la maintenance.

Les clients de SAP ne font pas seulement des économies en s'affranchissant des tâches d'extraction interne des données SAP et de mappage de la logique au sein de SAP pour leurs processus de facturation électronique. Ils ne financent pas non plus les coûts importants associés à la surveillance et à la maintenance de ces systèmes.

Espace nom réservé et natif pour SAP.

Directement intégrée à SAP avec son propre espace nom, la solution pour la conformité de la facturation électronique Sovos fournit aux clients de SAP les outils dont ils ont besoin pour gérer, contrôler et surveiller en temps réel les processus de mise en conformité de la facturation.

Le 1er mai 2021, l’administration fiscale mexicaine (SAT) a publié l’une des plus importantes mises à jour du système de facturation électronique du pays depuis 2017.

La mise à jour concernait le nouveau supplément au connaissement (connu localement sous le nom de Suplemento de Carta Porte) qui doit être ajouté en annexe à la facture électronique (CFDI) de transfert (CFDI de Traslado) ou à la CFDI de revenus (CFDI de Ingresos) qui sont émises pour les services de transport.

Ce supplément est basé sur les dispositions des articles 29 et 29-A du code fiscal du Mexique, et sur la règle 2.7.1.9 de la résolution fiscale diverse. Les articles du code fiscal confèrent à l’administration fiscale le pouvoir de définir les documents à utiliser pour justifier le transport légal de marchandises à l’intérieur du pays par le biais de règles spécifiques. La règle mentionnée décrit les exigences spécifiques du Supplément de Carta Porte.

Pourquoi le Mexique a-t-il introduit le supplément Carta Porte ?

Les pays d’Amérique latine connaissent un grave problème d’évasion fiscale, généralement rendue possible par la contrebande de marchandises sans payer les taxes correspondantes. Selon les informations fournies par la SAT, 60% des marchandises transportées au Mexique ont une origine illégale.

Par conséquent, l’utilisation du supplément Carta Porte, qu’il soit annexé à la CFDI des transferts ou à la CFDI des revenus, a pour but d’assurer la traçabilité des produits déplacés à l’intérieur du territoire mexicain en exigeant la fourniture d’informations supplémentaires sur l’origine, la localisation, la destination précise et les voies de transport des produits transférés par voie routière, ferroviaire, maritime ou aérienne au Mexique.

Dès que ce changement entrera en vigueur, les transporteurs de marchandises par route, rail, eau ou air devront avoir dans le véhicule une copie du Supplément de Carta Porte qui prouve le respect légal de ce mandat.

Qui est tenu de délivrer le supplément Carta Porte ?

Quand le supplément deviendra-t-il obligatoire et quand devra-t-il être délivré ?

La Carta Porte comme complément de l’IDFC de transferts ou de l’IDFC de revenus

Comme nous le savons, la nouvelle réglementation exige que le supplément Carta Porte soit ajouté à l’IDFC des transferts ou à l’IDFC des revenus, selon la personne qui transporte les marchandises.

Le supplément Carta Porte sera ajouté à l’IDFC des transferts lorsque le transport des marchandises est effectué par le propriétaire (c’est-à-dire distributions internes entre entrepôts et magasins, consignation, etc.) ou lorsque le vendeur assume l’expédition des produits à l’acheteur.

Le supplément Carta Porte sera également ajouté à l’IDFC des transferts lorsque l’expédition des marchandises est effectuée par un intermédiaire ou par un agent de transport comme expliqué précédemment. Dans ces cas, la réglementation actuelle prévoit que l’IDFC doit avoir zéro comme valeur des produits et la clé RFC à utiliser est la clé générique établie pour les transactions effectuées avec le public. Dans le champ de description, il faut préciser l’objet du transfert.

Lorsque le supplément Carta Porte est émis dans le cadre de la CFDI des recettes (CFDI de Ingresos) en raison du transport des marchandises par une entreprise de transport, cette dernière doit émettre la CFDI des recettes avec le supplément Carta Porte. Toutefois, à la différence du cas précédent où l’IDC avait une valeur nulle, la valeur à inclure dans l’IDC de recettes sera le prix des services de transport facturés par l’entreprise de transport au client.

Il est important de mentionner que le supplément Carta Porte ne remplace pas les autres documents nécessaires pour prouver l’origine légitime ou la propriété des produits. D’autres documents supplémentaires seront exigés à cette fin.

Documents accompagnant le supplément Carta Porte

Si le supplément Carta Porte fournit des informations claires sur le transport des marchandises transférées, ce document ne suffit pas à prouver le statut légal des marchandises transportées. Ce statut doit être prouvé par la personne qui assure le transport, avec les documents correspondants prouvant l’origine des produits transportés, tels que les documents d’importation, les CFDI de Pagos, les enregistrements et les licences, etc.

Dans le cas du transport de produits pétroliers, le statut légal du produit sera prouvé par la représentation imprimée du supplément établi pour ce type de produits (le Complemento de Hidrocarburos y Petroliferos).

Structure du supplément Carta Porte

Selon la documentation technique publiée par l’ASF, les informations fournies par le supplément Carta Porte seront transmises par le biais d’un certain nombre de champs (environ 215) qui contiendront des informations facultatives et obligatoires sur le produit transporté, le type d’emballage utilisé, le poids, la quantité, l’assurance, le permis de transport fourni à l’entreprise de transport par le secrétaire aux transports publics, la plaque et l’immatriculation du véhicule à moteur utilisé, le conducteur, ainsi que des informations sur le destinataire des produits transportés au Mexique.

Les informations de ces champs seront remplies par la saisie directe des contribuables ou, dans certains cas, par les choix spécifiques disponibles dans un ensemble de catalogues établis par l’ASF.

Ces catalogues peuvent être regroupés comme suit :

Catalogue des transports : Contient les clés permettant de choisir le moyen de transport utilisé pour déplacer les marchandises (01 transport terrestre, 02 transport maritime, etc.)

Catalogue de la station : Décrit le lieu d’où la marchandise a été expédiée

Catalogue des ports, aéroports et gares de voies navigables : Liste de tous les ports, aéroports et gares du Mexique

Catalogue des unités de mesures et d’emballage : Informe les choix sur le type de conteneur et les mesures liées aux marchandises transportées.

Catalogue des produits et services : Indique les différents codes utilisés pour identifier les produits transportés.

Catalogue des matières dangereuses : Liste les options permettant de décrire et d’identifier les produits considérés comme dangereux, lors de leur transport.

Les autres catalogues inclus dans ce supplément sont ceux relatifs au type de transport et aux remorques utilisées pour le transfert des produits par voie terrestre, à l’emballage, aux types de permis, aux municipalités, aux quartiers et aux emplacements, entre autres.

Pénalités et sanctions

Lorsque l’utilisation du supplément Carta Porte deviendra obligatoire, le non-respect de cette exigence aura plusieurs conséquences immédiates pour les contrevenants.

Précisions supplémentaires sur le champ d’application du supplément Carta Porte :

Lorsque le SAT a publié la nouvelle Résolution fiscale diverse pour 2021, plusieurs doutes ont été émis quant à la portée de ce mandat. En effet, dans le cas du transport terrestre, la règle établissait que l’utilisation du supplément ne serait requise que lorsque les marchandises étaient transportées par des routes fédérales. La publication initiale de la résolution fiscale diverse établissait également que les propriétaires de biens nationaux faisant partie de leurs actifs seraient tenus de se conformer à ce mandat lorsqu’ils transportent ces biens au Mexique.

Pour lever ces malentendus et ces limitations, l’ASF a récemment publié une nouvelle modification précisant que le mandat sera requis pour tous les mouvements de marchandises, quelle que soit la route utilisée. La nouvelle résolution a également exclu la référence à « aux marchandises nationales qui font partie de leurs actifs », de sorte qu’il est clair maintenant qu’elle s’applique à toute marchandise transférée, quelle que soit son origine.

Passez à l’action

Contactez nous pour discuter de vos besoins en matière de conformité à la TVA dans la région LATAM. Tenez-vous au courant de l’évolution du paysage de la conformité en matière de TVA en téléchargeant VAT Trends : Vers des contrôles continus des transactions.

EESPA, l’association européenne des prestataires de services de facturation électronique, a récemment publié les définitions standard EESPA pour la facturation électronique conforme à la loi et leur utilisation .

Ce document a pour but de fournir une base permettant aux fournisseurs de services de facturation électronique et à leurs clients de se mettre d’accord sur la répartition de la responsabilité de la conformité juridique des processus pris en charge par les services. Ces définitions standard contribueront à des accords plus clairs, encourageront les meilleures pratiques et garantiront le professionnalisme dans le secteur de la facturation électronique.

Dans la plupart des pays européens, les fournisseurs de services de facturation électronique peuvent proposer différentes options pour les processus de conformité à la TVA ; toute offre de ce type est un choix concurrentiel individuel du fournisseur de services. Quel que soit le processus de conformité à la TVA utilisé, il est important de définir clairement quelle partie est légalement responsable des processus pris en charge. Les définitions standard de l’EESPA visent à fournir une base pour un accord sur la répartition des responsabilités, qui identifiera les tâches dont chaque partie sera responsable.

Lors de l’élaboration du document de définitions standard, le groupe de travail sur la politique publique et la conformité (PPCWG) de l’EESPA a commencé par se concentrer sur les définitions ou concepts clés qui sont pertinents pour les sujets liés à la conformité qui se présentent généralement dans le contexte de la facturation électronique.

Sur la base de ces définitions, le document fournit une "matrice de responsabilité" prédéfinie qui peut être utilisée pour la gestion des responsabilités entre un prestataire de services et son client. Parmi les éléments suggérés qui devraient être pris en compte entre les prestataires de services et leurs clients dans un processus de facturation électronique conforme, on peut citer :

La "matrice de responsabilité" susmentionnée fournit un guide d’utilisation qui permet aux parties de convenir et de documenter quelle partie est responsable de chaque élément de conformité : surveiller les exigences pertinentes, mettre en œuvre et maintenir des mesures pour assurer une conformité continue, et l’assurance de la conformité pour confirmer la conformité des mesures prises.

L’utilisation de ces définitions standard et de la "matrice de responsabilité" permettra de clarifier les accords et, en fin de compte, d’améliorer les relations entre les clients et les fournisseurs de services. Le document peut également servir de liste de contrôle que les entreprises peuvent utiliser pour les demandes de renseignements ou les demandes de propositions visant à comparer les offres des fournisseurs de services.

Passez à l’action

Pour en savoir plus sur ce que nous pensons que l’avenir nous réserve, téléchargez VAT Trends : Vers des contrôles continus des transactions. Suivez-nous sur LinkedIn et Twitter pour vous tenir au courant de l’actualité réglementaire et des mises à jour.

La résolution fiscale diverse (MFR) du Mexique pour 2021 comprend un certain nombre de changements, dont le premier est présenté à l’adresse , notre précédent blog sur le sujet.

Dans ce blog, nous aborderons les modifications techniques spécifiques approuvées liées aux validations que les Authorised Certification Providers (PAC) doivent effectuer sur les factures électroniques qui leur sont envoyées pour certification.

Des modifications ont été introduites dans l’annexe 29 de la MFR qui tient compte spécifiquement des règles que les PAC doivent suivre en tant que prestataires de services de certification pour l’administration fiscale mexicaine (SAT).

Certaines des nouvelles validations les plus importantes que les PAC doivent effectuer sur les factures électroniques (CFDI) sont les suivantes :

A. Forme et mode de paiement : Lorsque des factures de revenu, de paiement ou de paie sont émises (également appelées Comprobantes de tipo Ingreso, Egreso o Nómina), les PAC doivent valider qu’elles contiennent les attributs relatifs à la forme et au mode de paiement (FormaPago et MetodoPago). Bien que ces attributs soient généralement facultatifs, ils deviennent obligatoires lorsque la facture est de type ‘I’ (Ingresos), ‘E’ (Egresos) ou ‘N’ (Nomina). Les CFDI de revenu, de paiement ou de paie qui ne possèdent pas ces attributs ou les catalogues correspondants ne doivent pas être validés par les PAC.

B. Taux de change : Les PAC doivent effectuer des validations supplémentaires concernant le taux de change indiqué dans l’attribut ‘TipoCambio’ lorsque le paiement déclaré est dans une devise étrangère. Si la valeur figurant sur la facture se situe en dehors du pourcentage acceptable, l’émetteur de la facture doit obtenir une clé du PAC validant l’ICFC pour confirmer que la valeur est correcte.

C. Total : Une nouvelle interprétation de l’attribut « total » de la facture a été introduite. Lorsque la valeur déclarée dépasse les limites établies par l’ASF via la résolution, l’émetteur de la facture doit inclure une clé de confirmation du PAC validant l’ICDI et confirmant que la valeur est correcte. Cette clé doit être incluse dans l’attribut « Confirmacion » de l’IDFC.

D. Transferts (Traslados) : Si une CFDI ne comprend que des éléments exonérés, elle n’a pas besoin de la note « traslados » qui contient normalement le détail des impôts transférés.

E. « NumeroPedimento »: Le numéro attribué aux « Pedimentos » (nom donné à la déclaration déposée lorsque des marchandises entrent au Mexique ou en sortent) qui ont plus de 10 ans doit être enregistré dans l’attribut « Descripcion ; » du document.

F. Autres changements : Retenues et paiements Les CFDI ne doivent pas inclure de nombres négatifs. Cette clarification a été introduite car les XSD et la norme technique de ces suppléments ne limitent pas ou ne rejettent pas l’utilisation de nombres négatifs malgré le fait qu’il n’existe pas de paiement négatif des impôts. Il est désormais obligatoire pour les PAC de rejeter tout document comportant des nombres négatifs. Des processus spécifiques d’annulation et de réémission ont été établis pour les factures contenant des erreurs et, en cas de pertes, il existe des champs spécifiques où ces valeurs doivent être signalées.

Les PAC doivent valider que le Supplément de réception de paiements (Complemento de Recepcion de Pagos) CFDIs contient des notes de paiement (Pago) et que le document associé (Documento Relacionado) contient au moins un enregistrement. La clarification de cette exigence a été nécessaire car ces notes sont conditionnelles plutôt qu’obligatoires pour les XSD et la documentation technique. La résolution fiscale diverse pour 2021 a également inclus de nouvelles validations concernant les suppléments CFDI émis pour l’affacturage financier et les transactions avec des tiers.

Suite à la publication de la résolution fiscale diverse pour 2021, l’ASF a émis de multiples modifications pour compléter la RFP initialement approuvée. Quatre modifications supplémentaires ont été proposées et/ou approuvées mais aucune n’a eu d’impact majeur sur le mandat de facturation électronique.

Nous nous attendons à d’autres changements avant la fin de l’année et nous vous tiendrons au courant via nos flux réglementaires et nos blogs.

Passez à l’action

Tenez-vous au courant de l’évolution du paysage de la conformité en matière de TVA en téléchargeant VAT Trends : Toward Continuous Transaction Controls et suivez-nous sur LinkedIn et Twitter.

Le Mexique a apporté des modifications à la résolution fiscale diverse (MFR) cette année. La Miscellaneous Fiscal Resolution est un ensemble de règlements publiés par l’administration fiscale mexicaine (SAT). Ces règlements contiennent les interprétations officielles des règles édictées pour l’application des impôts, taxes et obligations connexes applicables aux contribuables au Mexique.

La MFR est construite sur les dispositions de résolutions similaires émises les années précédentes, mais en intégrant les interprétations de tous les changements juridiques promulgués pour la nouvelle année fiscale. Dans cette série de blogs, nous allons expliquer les changements introduits par la version 2021 du MFR. Il s’agit notamment de certaines modifications adoptées concernant le mandat de facturation électronique et les obligations de conformité connexes.

Diverses modifications de la résolution fiscale 2021

Nous examinerons plus en détail les autres changements introduits par la résolution fiscale diverse de 2021 au Mexique dans notre blog de suivi.

Passez à l’action

Tenez-vous au courant de l’évolution du paysage de la conformité en matière de TVA en téléchargeant Trends : Continuous Global VAT Compliance et suivez-nous sur LinkedIn et Twitter.

Le Mexique : Facturation électronique et exigences en matière de rapports

Le Mexique est un pionnier de la facturation électronique et de l’application de la TVA, ayant commencé son parcours de numérisation en 2010. Aujourd’hui, le Mexique possède l’une des administrations fiscales les plus avancées technologiquement au monde. Les entreprises qui ne sont pas au courant des mandats de facturation électronique mexicains ou qui ne s’y préparent pas pourraient se voir infliger des amendes et des pénalités importantes, ainsi que des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et des problèmes de trésorerie. Ce document donne un aperçu des mandats et des réglementations en vigueur au Mexique.

Brown-Forman n’a plus aucun mal à respecter les nouvelles réglementations en matière de facturation électronique grâce à Sovos

Étude de cas

Brown Forman

La solution de conformité de la facturation électronique de Sovos a permis à Brown-Forman d’alléger la charge de travail de son équipe informatique.

Synthèse

Défis métier

  • Une stratégie de croissance entravée par des réglementations complexes

  • Les réponses et processus en temps réel requis par les mandats ont une incidence sur les opérations de l’entreprise

  • Des ressources informatiques limitées pour suivre et appliquer la réglementation

Solution

Brown-Forman a choisi la plateforme régionale de déclaration B2G de Sovos afin de s’aligner sur :

  • La Nota Fiscal au Brésil
  • Le CFDI au Mexique
  • La eContabilidad au Mexique

Avantages

  • Une intégration fluide avec SAP

  • Une surveillance et une assistance constantes ont permis d’éliminer les interruptions

  • Possibilité de redéployer les ressources vers les fonctions principales de l’entreprise

  • Élimination des mises à jour continues de SAP et réduction de la charge de travail du service informatique

L'entreprise

Brown-Forman est l’un des 10 plus grands producteurs d’alcool au monde et distribue ses produits dans plus de 160 pays. Établie à Louisville, dans le Kentucky, la société Brown-Forman possède également des bureaux dans le monde entier et produit des marques emblématiques telles que Jack Daniels, Southern Comfort et Woodford Reserve.

Le défi

L’expansion internationale explique en grande partie la réussite de Brown-Forman, mais cette stratégie de croissance a posé quelques difficultés à son équipe informatique. Les systèmes SAP de la société devaient être conformes aux différentes législations financières du monde entier et les mandats de facturation électronique menaçaient de dépasser la bande passante de l’équipe informatique de Brown-Forman. Ces problèmes étaient particulièrement préoccupants au Brésil et au Mexique, des pays dans lesquels la société exploite neuf installations et où la réglementation change fréquemment.

Au vu des exigences liées aux processus et aux réponses en temps réel, toute erreur de facturation électronique dans ces pays aurait une incidence sur les tâches financières et logistiques, et pourrait même avoir un impact significatif sur toutes les opérations de l’entreprise. 

La solution

Étant donné que Brown-Forman ne possède que des ressources informatiques internes limitées pour suivre et appliquer la législation fiscale de chaque pays, la société avait besoin d’une solution lui permettant de s’adapter à la réglementation variable de l’Amérique latine et de l’intégrer à son ERP SAP mondial.

Compte tenu de l’étendue de ses activités en Amérique latine, Brown-Forman s’est rendu compte qu’il lui fallait un expert en la matière. En outre, l’entreprise avait besoin d’une structure tarifaire prévisible pour continuer son expansion.

« Comme Sovos fournit les mises à jour du réseau ainsi que les configurations de l’ERP SAP, nous avons pu travailler avec un seul fournisseur dans plusieurs pays et appliquer en toute confiance les modifications apportées à la Nota Fiscal au Brésil et au CFDI au Mexique. »

Randy Isdahl

Directeur, architecture des processus SAP chez Brown-Forman

Les avantages

Sovos fournit à Brown-Forman une surveillance et une assistance constantes, ce qui permet à l’entreprise d’éviter toute perturbation due à des problèmes de conformité. De plus, la solution de Sovos a pu être intégrée de manière fluide aux systèmes utilisés par Brown-Forman afin que la société puisse gérer les règles de conformité de plusieurs pays directement dans son propre système SAP.

Les résultats

Après avoir adopté la solution de conformité de la facturation électronique de Sovos, Brown-Forman a pu redéployer des ressources vers les fonctions principales de l’entreprise, comme les comptes client et les comptes fournisseur, et se concentrer sur les améliorations à apporter à la chaîne d’approvisionnement et à la logistique. Ce partenariat a également éliminé la nécessité de mettre constamment à jour SAP et réduit la charge de travail du service informatique due à l’évolution constante de la réglementation relative à la facturation électronique.

Pourquoi Sovos ?

Brown-Forman a choisi d’utiliser eInvoice et eAccounting de Sovos pour simplifier les tâches relatives à la mise en conformité au Brésil et au Mexique. La société recherchait une solution qui pourrait l’aider à réduire ses investissements en matière de ressources humaines et de technologie, et la plateforme SaaS de Sovos lui a permis d’atteindre cet objectif.