,

Déterminer le lieu du risque : l’assurance maladie

James Brown
février 4, 2022

Identifier la localisation du risque dans le cas de l’assurance maladie peut être un sujet délicat, mais il est également crucial de le faire correctement. Un manquement à cette obligation peut entraîner une sous-déclaration des impôts dans un territoire particulier et la possibilité d’appliquer des pénalités une fois que ces déficits sont identifiés et réglés tardivement. Nous examinons la situation d’un point de vue européen.

Contexte juridique

Le point de départ dans ce domaine est la directive Solvabilité II (directive 138/2009/CE). Notamment, l’article 13(13) décrit les différentes catégories de risques d’assurance qui sont utilisées pour déterminer les lieux de risque. Étant donné que l’assurance maladie ne relève pas des dispositions spécifiques relatives aux risques liés aux biens, aux véhicules et aux voyages, elle est traitée par la disposition fourre-tout de l’article 13, paragraphe 13, point d).

Cet article fait référence à la "résidence habituelle du preneur d’assurance" ou, lorsque le preneur d’assurance est une personne morale, à "l’établissement de ce preneur d’assurance auquel le contrat se rapporte". Nous examinerons ces scénarios séparément, étant donné la distinction entre les personnes physiques et les personnes morales.

Lorsque le preneur d’assurance est un particulier

Pour les personnes physiques, la situation est généralement simple. Sur la base de ce qui précède, le facteur clé est la résidence habituelle du titulaire de la police. Le domicile permanent du titulaire de la police est relativement facile à confirmer.

Des cas plus difficiles peuvent se présenter lorsqu’une personne se déplace d’un lieu à risque à un autre. Par exemple, lorsqu’une personne souscrit une assurance dans un pays donné, qu’elle y a vécu pendant une longue période avant de déménager dans un autre pays peu après, le lieu de risque sera le pays d’origine. Comme la législation européenne n’entre pas dans les détails sur ce point, les exemples d’absence apparente de résidence habituelle seront traités au cas par cas.

Lorsque le preneur d’assurance est une personne morale

Dans ce scénario, il faut d’abord considérer "l’établissement du preneur d’assurance auquel le contrat se rapporte". L’établissement est traité de manière assez large, comme en témoigne l’affaire de la Cour de justice européenne Kvaerner plc contre Staatssecretaris van Financiën (C-191/99), qui est antérieure à Solvabilité II.

Nonobstant ce qui précède, la résidence habituelle de l’assuré doit être utilisée pour identifier le lieu du risque même lorsque le preneur d’assurance est une personne morale dans certaines circonstances. C’est le cas lorsque l’assuré est indépendamment partie à un contrat d’assurance, ce qui lui donne le droit de présenter une demande d’indemnisation lui-même plutôt que par l’intermédiaire de la société titulaire de la police.

Cette logique peut également être étendue aux personnes à charge de l’assuré ajoutées à la police et qui peuvent également présenter une demande d’indemnisation distincte en vertu du contrat. Elles créeront également un lieu de risque, bien que celui-ci soit souvent situé dans le même pays que la personne assurée. En fin de compte, l’approche conforme sera dictée par la configuration globale de la police.

Si des assureurs souscrivant des affaires en Europe ont des questions sur les règles de localisation du risque, qu’il s’agisse d’assurance maladie ou de toute autre assurance, Sovos est le mieux placé pour fournir des conseils afin de garantir que les taxes sont correctement déclarées.

Passez à l’action

Contactez nous pour obtenir de l’aide sur la conformité aux règles de localisation des risques de l’assurance maladie ou téléchargez notre e-book Règles de localisation des risques pour les TPI pour plus d’informations.

Inscrivez-vous aux mises à jour par e-mail

Restez à jour avec les dernières mises à jour fiscales et de conformité qui peuvent avoir un impact sur votre entreprise.
Author

James Brown

James Brown is a Consultant at Sovos. His academic background is in Law having studied the subject at undergraduate level, and he has since enjoyed various roles in the IPT Managed Services Department at Sovos.
Share This Post

EMEA
June 16, 2022
TVA sur les jetons non fongibles (NFT)

La popularité récente des jetons non fongibles (NFT) a captivé les investisseurs, les gouvernements et les autorités fiscales. Un NFT est un actif numérique qui représente des objets du monde réel tels qu’une œuvre d’art numérique, un clip audio, un jeu en ligne ou toute autre chose. Les NFT sont achetés et vendus en ligne […]

Conformité fiscale des primes d'assurance EMEA
June 15, 2022
Gros plan : Pourquoi le régime italien des TPI est-il si difficile ?

Conformité fiscale en Italie – par où commencer ? Des règlements fiscaux mensuels à la déclaration annuelle, en passant par le paiement anticipé, la déclaration supplémentaire et le traitement des primes négatives , tous ces facteurs font de l’Italie une juridiction unique et l’une des plus difficiles du point de vue de la conformité à […]

Déclaration d'impôt et de TVA EMEA
June 15, 2022
Les accords de réciprocité et leur importance lors du recouvrement de la TVA

Sovos a récemment organisé un webinaire en ligne sur le recouvrement de la TVA où nous avons couvert les accords de réciprocité entre le Royaume-Uni et les États membres de l’UE lors de la demande de remboursement de la TVA de la 13e directive. L’une des questions qui revenait sans cesse est de savoir ce […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 14, 2022
Le projet de résolution apporte des modifications au document relatif au transport électronique du Pérou

La facturation électronique a été introduite au Pérou en 2010, suivant la tendance des contrôles continus des transactions (CTC) dans les pays d’Amérique latine pour une collecte plus efficace des taxes à la consommation. Depuis lors, le gouvernement a mis en place des mesures visant à englober un nombre important de contribuables dans le cadre […]

E-Invoicing Compliance EMEA
June 9, 2022
La Belgique se rapproche de la facturation électronique obligatoire

Conformément aux obligations fixées par la directive européenne 2014/55 sur la facturation électronique dans les marchés publics, la Belgique a introduit un mandat pour les entités publiques de recevoir et de traiter les factures électroniques en 2019.Pour Bruxelles, la Flandre et la Wallonie, l’initiative est allée au-delà du strict minimum des exigences de la directive […]